Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 09:20

1 Rachid évoque la geste des Keblout lors d’un voyage à la Mecque, puis le séjour à Nadhor

1.1 La mère de Nedjma, enlevée par Sidi Ahmed, père de Mourad puis par le puritain, père de Kamel puis encore par le père de Rachid, ce dernier assassiné probablement par Si Mokhtar, le père supputé de Nedjma. Nedjma qui hante Rachid venu la chercher à Bône.

1.1.1 Au bout de quelques jours, j'avais à peu près reconstitué le récit que Rachid ne me fit jamais jusqu'au bout

1.1.2 C'était une femme que Rachid poursuivait à Bône

1.1.3 Puis une attaque de paludisme le retint plus d'une semaine dans ma chambre;

1.1.4 Comprends-tu '? Des hommes comme ton père et le mien... Des hommes dont le sang déborde et menace de nous emporter dans leur existence révolue

1.1.5 ... Le vieux brigand

1.1.6 Il était le rival de mon père. Qui sait lequel d'entre eux donna le jour à Nedjma...

1.1.7 Si Mokhtar descendait comme moi de l'ancêtre Keblout

1.1.8 Femmes mariées dont j'étais le second époux juste le temps de bouleverser la chronologie du sang, pour abandonner un terrain de plus à la douteuse concurrence des deux lignées - celle de la tradition, de l'honneur, de la certitude, et l'autre, lignée d'arbre sec jamais sûr de se propager, mais partout vivace en dépit de son obscure origine...

1.1.9 Pas même un passant pour proclamer à l'heure de la déchéance : « Je suis l'enfant de ce cadavre, je suis un bourgeon de cette branche pourrie »

1.1.10 Mon père et Si Mokhtar avaient appris que le puritain, le père légitime de Kamel, aimait par-delà l'océan, contrairement aux saints principes, la femme d'un notaire marseillais qui s'était enfuie avec un hobereau bônois...

1.1.11 Qui était le Bônois?

1.1.12 , - C'était ton père, sidi Ahmed

1.1.13 la Française avait échappé à ton père pour suivre le puritain dont l'épouse était alors la maîtresse de Si Mokhtar

1.1.14 Si Mokhtar proclamait

1.1.15 Jurant d'humilier le puritain une fois de plus, et de venger Sidi Ahmed

1.1.16 Car il était lié avec mon père autant qu'avec le tien...

1.1.17 Au tournant se tenait mon père, le quatrième soupirant...

1.1.18 Mon père étant alors sur le Rocher de Constantine une sorte de centaure toujours à l'affût

1.1.19 En le faisant naître peu après 1830

1.1.20 J'en parle sans avoir jamais connu mon père, car il mourut sous le feu de son propre fusil, tué au fond d'une grotte par un inconnu qui dut s'enfuir

1.1.21 : De connivence avec mon père, Si Mokhtar l'avait enlevée en plein jour

1.1.22 La Française ravie fut conduite dans les bois, jusqu'à une grotte

1.1.23 Lorsque je naquis, lorsque s'élevèrent mes premiers cris parmi les imprécations de ma mère déjà veuve, l'enquête suivait son cours.

1.1.24 Retrouvé, raide et froid près du fusil, son propre fusil de chasse qui l'avait trahi comme avait dû le faire la Française enfuie avec Si Mokhtar

1.1.25 Réplique de l'insatiable Française, trois fois enlevée, maintenant morte ou folle ou repentie

1.1.26 Nedjma est née d'une Française, et plus précisément d'une juive,

1.1.27 Qui avait pu tuer l'autre rival, le mort de la grotte, sinon le vieux bandit et séducteur, le vieux Si Mokhtar qui est à la fois le père de Kamel, celui de Nedjma

1.1.28 : C'était Nedjma, alors âgée de trois ans, abandonnée par sa mère, la Française, et confiée par Si Mokhtar à l'époux de Lella Fatma reconnue stérile

1.2 Rachid rencontre Nedjma à Constantine, puis la perd

1.2.1 Elle vint à Constantine sans que Rachid sût comment

1.2.2 La rencontre de Rachid et de l'inconnue avait eu lieu dans une clinique où Si Mokhtar avait ses entrées

1.2.3 Ne quittant plus sa ville natale,

1.2.4 « Fille d'une famille qui est aussi la tienne », avait-il dit

1.2.5 Je sortis avec elle. Mais vers minuit, comme je l'avais prévu, elle me quitta au coin d'une rue, d'un pas rapide et sûr, sans une parole d'adieu - et depuis, pas un signe d'elle, ni de Si Mokhtar, qui prétendit ne pas la connaître sous son nouveau nom (elle venait d'être mariée, m'apprit laconiquement le vieux gredin

1.3 Voyage raté à la Mecque de Rachid et Si Mokhtar

1.3.1 Si Mokhtar partait pour La Mecque

1.3.2 Rachid était déserteur à l'époque; retour de Tripolitaine, il vivait dans les bois du Rimmis, non loin d'une grotte de sinistre mémoire...

1.3.3 Jusqu'au vendredi où Si Mokhtar cessa soudain de boire

1.3.4 Rachid revint la semaine suivante, exhibant sous le nez du vieillard un fascicule de navigateur tamponné

1.3.5 Alors, nous partons ensemble'? Prépare-toi. Moi, je suis prêt.

1.3.6 Rachid était encore à Constantine; il galopait de rue en rue, sans but, sans fatigue, à la recherche du vétéran ; puis il se procura de quoi prendre le train de Bône, guère plus

1.3.7 Ils se trouvèrent nez à nez sous les projecteurs du quai, la nuit de l'appareillage, dans la cohue.

1.3.8 Suis-moi, dit Si Mokhtar. Qu'est-ce que tu attends?

1.3.9 Si Mokhtar descendit acheter pour lui et pour Rachid deux tenues à peu près complètes de pèlerins

1.3.10 Plus question de passer pour navigateur; tous les hommes d'équipage étaient connus, chacun à son poste.

1.3.11 Chaque nuit. Rachid se mêlait aux passagers

1.3.12 A Port-Said, l'escale dura toute la journée

1.3.13 Alors Si Mokhtar calcula qu'il avait à peine de quoi payer le guide obligatoire chargé d'accompagner chaque hadj de Djeddah à Médine

1.3.14 Nous passerons ensemble ou nous ne passerons pas

1.3.15 Les machines ralentissaient ; les chaînes des ancres commencèrent à grincer

1.3.16 Il n'était rien dans ce navire, où il avait simplement suivi le vieux brigand, par habitude simplement, peut-être aussi à cause de la chimère, l'inconnue de la clinique, la nuit de l'été passé

1.3.17 Ils sont tous descendus?

1.3.18 Bon débarras, dit le Tunisien

1.3.19 Rachid alla droit vers l'officier, qui le prit pour un homme d'équipage (il y en avait près de trois cents); peu après, un groupe de soutiers, de garçons de cuisine, de matelots - parmi lesquels Rachid et le Tunisien - prenaient place dans le canot, avec le commandant et le docteur

1.3.20 il pensa que les pères de ces gens-là, de ces polichinelles suant la vanité, avaient banni le Prophète, et bannissaient maintenant le progrès, la foi et tout le reste, uniquement pour obstruer le désert de leur superbe ignorance, étant probablement le dernier troupeau à se repaître de poussière, ne sachant plus que renouveler leur défroque et somnoler en murmurant les mêmes versets qui auraient dû les réveiller

1.3.21 Si Mokhtar fut rejoint par Rachid, alors qu'il errait seul dans les souks

1.3.22 . La moitié de ceux qui viennent ici n'ont que le commerce en tête; c'est comme une foire annuelle patronnée par Dieu...

1.3.23 Demain, tous les hommes doivent être à bord

1.3.24 On va chercher du charbon et des vivres... A Port-Soudan.

1.3.25 Je ne suis pas venu pour le Paradis

1.3.26 Sur la passerelle, Rachid se détacha peu à peu du groupe de marins qui se pressaient autour du vieux brigand, et il fila droit vers la salle de bains, où Si Mokhtar n'allait pas tarder à le rejoindre.

1.3.27 A présent, nous allons à Port-Soudan.

1.3.28 Rachid fut entraîné chez l'infirmier.

1.3.29 Je vais mourir. Ma cassette a été volée.

1.3.30 Je ne veux plus aller à La Mecque. Vous ne pouvez pas m'obliger. J'ai payé l'aller et le retour.

1.3.31 Il obtint un lit à l'infirmerie, tout près de la cachette de Rachid qui n'y comprenait goutte.

1.3.32 L'infirmier s'absentait souvent pour rendre visite à ses amis, dans leurs cabines

1.4 Si Mokhtar évoque, devant Rachid, Keblout et la soumission de la tribu par les Français

1.4.1 Rachid fut réveillé par le vieux bandit; ils montèrent sur le pont.

1.4.2 ... Oui, la même tribu. Il ne s'agit pas d'une parenté au sens où la comprennent les Français; notre tribu, autant qu'on s'en souvienne, avait dû venir du Moyen-Orient, passer par l'Espagne et séjourner au Maroc, sous la conduite de Keblout.

1.4.3 Tout ce que je sais, je le tiens de mon père, qui le tient de son père, et ainsi de suite. Mais il existe une probabilité pour que Keblout ait vécu en Algérie. au moins dans la dernière partie de son existence

1.4.4 Keblout serait venu d'Espagne avec les Fils de la Lune, et se serait d'abord établi au Maroc, puis serait passé en Algérie.

1.4.5 Des Tolbas, des étudiants errants; ils étaient musiciens et poètes de père en fils

1.4.6 Mais un exilé, ayant des goûts et des idées à part, établi en Algérie par un pur hasard, élu ou adopté en quelque sorte par les natifs

1.4.7 Keblout autoritaire, chef d'une tribu nomade ou d'un clan armé vivant depuis le Moyen Age dans la province de Constantine, sur le mont Nadhor qui domine la région orientale de Guelma

1.4.8 Après le siège de Constantine, les Français revinrent point par point à la tactique des Romains

1.4.9 Les habitants du Nadhor étaient restés insoumis

1.4.10 C'est alors que la tribu fut décimée

1.4.11 Tout se passa en quelques jours, après qu'on eut découvert, lardés de coups de couteau, les corps d'un homme et de sa femme déposés dans la mosquée de Keblout

1.4.12 ... Le Nadhor fut mis à feu et à sang

1.4.13 Après les six exécutions, la tribu demeurait sans chef; mais Keblout avait une telle progéniture que d'autres jeunes mâles qui avaient grandi dans la terreur et le désarroi commencèrent à quitter secrètement le Nadhor pour s'établir incognito en d'autres points de la province

1.4.14 tout en laissant une poignée de vieillards, de veuves et d'orphelins dans le patrimoine profané, qui devait pour le moins garder la trace, le souvenir de la tribu défunte.

1.4.15 les fils des six condamnés n'avaient pas quitté le berceau quand ils furent nommés caïds et cadis d'office

1.4.16 Nom de Keblout fut à jamais proscrit,

1.4.17 La mosquée resta en ruines; seul se dressait encore l'étendard vert du mausolée, taillé dans les loques des veuves et des vieillards.

1.4.18 Les fils de Keblout en quatre branches

1.4.19 le premier registre furent dotés de domaines

1.4.20 le second registre reçurent des emplois dans la magistrature

1.4.21 Les hommes de la troisième branche

1.4.22 la quatrième branche, ils gardaient la mosquée détruite, le mausolée, le peu de terre, l'étendard de l'ancêtre

1.5 Mokhtar confie à Rachid son projet d'enlever Nedjma, sa propre fille

1.5.1 Dans sa cellule de déserteur, Rachid croyait entendre sur le pont les révélations passionnées de Si Mokhtar,

1.5.2 Et je vais te dire : j'avais une fille, la fille d'une Française.

1.5.3 C'était l'inconnue de la clinique

1.5.4 La mère adoptive vient de marier ma fille. Je n'y puis rien

1.5.5 Mariée contre son gré; je le sais, à présent qu'elle a retrouvé ma trace, m'a écrit, et qu'elle me rend visite, c'est ainsi que tu l'as vue à Constantine, lorsque son époux l'y conduit de temps à autre avec lui...

1.5.6 Je suis décidé à l'enlever moi­même, sans ton aide, mais je t'aime aussi comme un fils... Nous irons vivre au Nadhor, elle et toi, mes deux enfants

1.6 Le sacrifice des deux vierges pour le repos de Keblout

1.6.1 La tribu demeurait sans chef; deux femmes y moururent, nommées Zohra et Ouarda, la première répudiée, la seconde veuve avec ses deux filles, les soeurs de Mustapha, les deux vierges du Nadhor qui virent l'aigle assiégé les bombarder dans les airs

1.6.2 Et la petite soeur disparut un soir d'été, l'aînée ne dit rien à personne; son corps fut retrouvé le jour suivant au pied du pic, un couteau glissé à sa ceinture

1.6.3 L'aigle lui-même ne se montra plus; et les dernières radoteuses de la tribu sans chef s'emparèrent de l'énigme : si l'aigle était parti avec sa proie, c'était peut-être le signe que la malédiction s'éloignait, grâce aux deux vierges sacrifiées pour le repos de Keblout.

1.6.4 Et le vieux Keblout légendaire apparut en rêve à Rachid

Partager cet article

Repost 0

commentaires