Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 16:41

Benhadj.jpg

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 14:39

Une déclaration traduite de l’arabe par Algérie en Question

Tunis, le 31 octobre 2011

Sommes-nous devant une ère nouvelle à l’université tunisienne, faite d’atteintes aux libertés individuelles, et en particulier d’agressions contre les femmes ?

Depuis quelques semaines, avant et après les élections du 23 octobres, des agressions ont lieu à l’intérieur des enceintes universitaires tunisiennes.  Ces élections demeurent une leçon de démocratie, donnée par le peuple Tunisien à tous ceux qui doutaient de sa capacité à instaurer la démocratie et les droits de l’homme, et ce, malgré des dépassements sur lesquels la justice aura à dire son mot.

Ces agissements portent atteinte à nos libertés, et plus exactement aux libertés de nos collègues femmes.

A l’université de la Chari’a et des dogmes de la religion, peu avant le scrutin, un groupe d’étudiants s’en est pris à des enseignantes, au prétexte qu’elles ne portaient pas le hidjab. Leurs enseignements furent boycottés pour les obliger à changer de tenue vestimentaire.

A l’École supérieure de commerce de la Manouba, un petit groupe d’étudiants s’en est pris, le 28 octobre 2011, à l’une de nos collègues dont la tenue vestimentaire ne correspondait pas à leurs vues. Elle fut l’objet d’interpellations, moqueries, sifflements et autres insultes jusqu’à son entrée en salle de classe. Le groupe renouvela ses comportements vexatoires quand  notre collègue sortit, à la fin de son cours.

A l’entrée de la même institution, une autre enseignante a été agressée, alors qu’elle était dans sa voiture, par le même groupe qui asséna des coups de pied au véhicule, alors qu’un des éléments du groupe, faisant entrer son bras par la fenêtre de la portière avant, parvenait à agresser physiquement notre collègue.

Ces agissements ont occasionné  la perturbation des enseignements ; des étudiants et professeurs présents ayant tenu, en présence du directeur de l’institution, à exprimer leur volonté de défendre les libertés individuelles à l’université.

Le lundi 31 octobre 2011, au nom du syndicat et en présence du secrétaire général de l’université publique d’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a été organisé au sein de l’institution un meeting auquel ont pris part les enseignants chercheurs et des syndicalistes, le Président de l’université, et nombre de directeurs de l’institution universitaire.  Les participants ont réaffirmé leur solidarité avec les deux collègues agressées, et ont décidé de suspendre les cours durant 1 heure trente pour exprimer leur indignation. Pendant ce même temps, une étudiante connue pour son soutien aux professeures fut elle-même l’objet d’une agression (par une autre étudiante).

C’est dans ce contexte que nous appelons à des Assemblées générales dans l’ensemble des institutions universitaires, à compter du mardi 1er novembre 2011, pour discuter de ces problèmes. Il s’agit d’exprimer la position des enseignants universitaires sur ces phénomènes, et d’étudier les meilleures réponses à donner à ces agissements et agressions contre nos collègues femmes, et contre les universitaires en général.

Le nouveau contexte nous commande de nous adapter, en prenant position contre les atteintes aux libertés individuelles et collectives, et les provocations gratuites et médiocres qui se répètent. En particulier, les agressions physiques et morales visant nos collègues femmes (insultes, menaces d’agressions, calomnies…).

Par ces agissements, ces groupes veulent impulser un mouvement de pression morale pour imposer  un nouveau style de vie, conforme à leur compréhension de l’islam ; une interprétation qui ne reflète que des vues et expérimentations extrémistes et mensongères.

Nous interpellons le pouvoir pour qu’il s’oppose  à ces phénomènes et protège les universitaires, en particulier les femmes. Tout comme nous demandons que soit appliquée la loi et que soit présenté à la justice tout individu contre lequel existent les preuves d’un recours à ces agissements dégradantes. Enfin, nous exprimons notre disponibilité à participer au débat, au niveau de chaque institution universitaire, avec les étudiants et leurs représentants, dans le but d’isoler les tenants de telles pratiques, et lever le drapeau des libertés à l’intérieur des enceintes universitaires. Pour la confection d’une charte d’honneur de la coexistence à l’intérieur de l’université.

Nous appelons les différentes composantes de la société civile à prendre leurs responsabilités devant ces agissements, de même que les Partis et mouvements politiques qui, tous, nous ont gorgé de belles paroles sur l’engagement démocratique et les Droits de l’Homme. Que tous disent leur mot et dénoncent les atteintes à la démocratie et aux libertés, non seulement à l’université, mais aussi dans toute la Tunisie.

Nous ne resterons pas bras croisés et ne nous tairons pas devant ce danger qui menace nos libertés individuelles et collectives et qui attentera aux libertés académiques à l’avenir.

Non à l’extrémisme et aux pratiques irresponsables

Non au silence des acteurs politiques devant ces agissements

Non au renoncement à nos libertés acquises

Mobilisons nous pour isoler ces comportements marginaux, avant qu’ils ne s’enracinent.

Hocine Boudjra

Secrétaire général de l’université publique pour l’enseignement supérieur et la recherche scientifique


 

 تونس في 31 أكتوبر 2011

 

هل نحن بصدد دخول عهد جديد بالجامعة التونسية:

عهد الاعتداء على الحريات الفردية وعلى المرأة تحديدا ؟

 

 تتالت الاعتداءات خلال الأسابيع القليلة على الحرّيات الفردية بالجامعة التونسية، قبيل وبعيد انتخابات 23 أكتوبر التي شكّلت عموما درسا في الديمقراطية لقّنه الشعب التونسي لكلّ من كان يحقّر من أهلية التونسيين في إرساء الديمقراطية وحقوق الإنسان، وذلك بالرغم من بعض الخروقات والانتهاكات التي سيقول فيها القضاء كلمته.

إنّ المستهدف الأساسي من هذه الاعتداءات هي حرّياتنا، وتحديدا أكثر حرية زميلاتنا.

ففي جامعة الشريعة وأصول الدين وقبيل الانتخابات، أقبلت مجموعات من الطلبة على مضايقة بعض الأستاذات لا لشيء إلا لأنهن غير محجّبات، وعلى مقاطعة دروسهن إلى أن يقبلن بارتداء الحجاب.

أمّا في المدرسة العليا للتجارة بمنوبة فقد قامت مجموعة صغيرة من الطلبة يوم الجمعة 28 أكتوبر 2011 بمضايقة إحدى زميلاتنا تحت دعوى أنّ لباسها غير محتشم، وذلك بالهتاف والتصفير والصراخ إلى أن دخلت قاعة التدريس، ثمّ أعادت هذه المجموعة الكرّة عند خروج الأستاذة المعنية من القاعة بعد أن أنهت الدرس. وهو ما تسبّب في عرقلة السير الطبيعي للدروس بهذه المؤسسة، وما حدا بطلبة زميلتنا إلى الدّفاع عن حرمة أستاذتهم وبالأساتذة الذين كانوا متواجدين في مقرّ العمل آنذاك إلى حماية زميلتهم والقيام بوقفة احتجاجية فورية في ساحة المدرسة بحضور مدير المؤسسة، حاولوا في إطارها إقناع الطلبة بالدفاع عن مؤسستهم وعن سير الدروس بها وبالذّود عن حرّيات كلّ فرد بها، سواء كان من الأساتذة أو من الطلبة والعملة والموظّفين. هذا و قد تعرّضت أستاذة أخرى من نفس المؤسسة إلى اعتداء أكثر عنفا، تمثل في مهاجمتها وهي بسيارتها أمام باب المؤسسة من قبل مجموعة من الطلبة تنتمي لنفس المدرسة قامت بركل سيارتها من الخلف كما قام أحدهم بإدخال يديه من نافذة الباب الأمامي وتوجيه لكمات لها.  

اليوم، الاثنين 31 أكتوبر 2011 وتحت إشراف النقابة الأساسية وبحضور الكاتب العام للجامعة العامة للتعليم العالي والبحث العلمي وقع تنظيم اجتماع بالمؤسسة حضره الأساتذة الباحثون والعديد من النقابيين إضافة لمثلي نقابة السلك المشترك وممثلي نقابة الموظفين والسيد رئيس الجامعة والعديد من مديري المؤسسات الجامعية، عبّر فيه الجميع عن تضامنهم مع الأستاذتين ومع عموم الأساتذة، كما وقع خلاله الإعلان عن تعليق الدروس لساعة ونصف احتجاجا على ما حصل. في الأثناء ونحن في قاعة الاجتماع وقع الاعتداء على طالبة عرفت بمساندتها للأستاذة الأولى التي وقع الاعتداء عليها وهي بداخل المؤسسة، من قبل إحدى زميلاتها...

وفي هذا الإطار ندعو إلى عقد اجتماعات بكافة المؤسسات الجامعية لطرح هذه القضية والتعبير عن مواقف الأساتذة الجامعيين من هذه الظاهرة، ولتدارس الأشكال النضالية الملائمة التي تستوجبها مثل هذه الانتهاكات والاعتداءات السافرة على زميلاتنا خصوصا وعلى الجامعيين عموما، وخوضها مباشرة ابتداء من يوم الثلاثاء 1 نوفمبر 2011.

نحن مدعوّون إلى التعامل مع هذه الوضعية الجديدة وإلى التصدّي إلى كافّة أشكال الاعتداء على الحرّيات الفردية والعامّة والاستفزاز الحقير والمجاني، المستهدفة على وجه الخصوص لحرمة زميلاتنا الجسدية والمعنوية (باعتماد السّبّ والشتم والتّشهير الغوغائي وغير المشروع والتهديد باستعمال العنف)، والرّامية إلى تشكيل قوّة ضغط معنوية وترويع الرّأي العامّ الجامعي ( وغير الجامعي) من أجل فرض الأمر الواقع وتشكيل نمط جديد للحياة العامّة يعتبرونه يتماشى وتصوّراتهم للإسلام في حين أنّه لا يتماشى إلاّ مع التأويلات والتجارب الأكثر تشدّدا ومغالاة...

إنّنا نطالب سلطة الإشراف بالتّصدّي لهذه الظواهر المرضية وبحماية الجامعيات والجامعيين، كما إنّنا ندعو إلى تطبيق القانون وإحالة كلّ من ثبت تورّطه في مثل هذه الممارسات على مجلس التّأديب، بل وعلى القضاء إن تطلّب الأمر ذلك. هذا وإنّنا نعبّر عن استعدادنا للدّخول في حوار داخل كلّ مؤسسة جامعية  مع الطلبة وممثّليهم في المجالس العلمية وفي الاتحاد العامّ لطلبة تونس، لمحاصرة هذه الظواهر وعزلها ولإعلاء راية الحرّيات داخل الفضاء الجامعي، ولصياغة ميثاق شرف للتعايش في الفضاء الجامعي. كما أنّنا ندعو مختلف مكوّنات المجتمع المدني إلى تحمّل مسؤولياتها كاملة أمام هذه الظواهر القديمة- الجديدة، وكذلك مختلف الأحزاب والحركات السياسية التي كلّها دون استثناء أشبعتنا حديثا عن التزامها بالديمقراطية وحقوق الإنسان لكي تقول كلمتها وتدين هذه المخاطر التي تهدّد الديمقراطية والحرّيات لا فقط بالجامعة التونسية بل وبعموم البلاد.

لن نقف مكتوفي الأيدي ولن نصمت أبدا أمام هذا الخطر الذي يستهدف حرّياتنا الفردية والعامّة والذي قد يهدّد الحرّيات الأكاديمية مستقبلا:

لا للتطرّف والممارسات غير المسؤولة

لا للصّمت المريب عن هذه الظاهرة من قبل الأطراف السياسية

لا للتّراجع والنّكوص عن حرّياتنا المكتسبة

لنتجنّد من أجل محاصرة هذه الظّواهر المعزولة قبل أن تتحوّل إلى أمر واقع

   

                                                            حسين بوجرّة

الكاتب العامّ للجامعة العامّة للتعليم العالي والبحث العلمي


Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 15:25

Mon ami Nacer Djabi a publié sur Facebook un article en arabe intitulé « Leçon de Libye ». Il y attaque violement la gauche algérienne, lui reprochant d’avoir soutenu Kadhafi, au prétexte d’anti-impérialisme. Dans le même article, il justifie l’appel du CNT à l’intervention étrangère (en l’occurrence de l’Otan) par le caractère répressif, voire sanguinaire, du pouvoir sous Kadhafi. Enfin, il voit dans la nature autoritaires des régimes arabes, en même temps que dans la récurrence des revendications « régionales », « culturelles » et « sociales », les vecteurs d’une déflagration subite potentielle.

 

La lecture de cet article m’a inspiré les remarques suivantes.

 

- La gauche Algérienne n’a jamais, ni hier ni aujourd’hui, soutenu Kadhafi.

- Elle s’oppose à l’intervention de l’Otan qui a occasionné en quelques mois 1000 fois plus de morts en Libye que ne l’a fait le régime en plus de 40 ans.

- La responsabilité du régime Kadhafi dans l’intervention de l’Otan est effectivement totale, en ce sens qu’il n’a pas su édifier un large front démocratique et patriotique intérieur, seul garant de la pérennité nationale.

- Cette responsabilité ne doit pas nous empêcher de condamner les atrocités commises par l’Otan semant partout (Libye, Irak, Afghanistan…) mort et désolation. Ni excuser la trahison du CNT : l’option pour la lutte pacifique sur un base patriotique est un choix de civilisation (rien, mis à part l’occupation étrangère, ne saurait justifier le recours à la lutte armée, et encore moins l’appel à l’intervention armée étrangère)

- Si nous admettons que ce sont les forces armées de l’Otan et des monarchies moyen-orientales (y compris du Soudan) qui ont renversé Kadhafi, avec l’appui de supplétifs locaux (composés d’anciens terroristes islamistes et d’anciens agents de Kadhafi essentiellement), alors les questions suivantes en découlent :

- cette alliance est-elle également en œuvre dans ce qui se passe en Syrie, en Tunisie, en Égypte, au Yémen et…en Algérie ? Ne sommes nous pas devant une action coordonnée entre l’Internationale islamiste  et les puissances impérialistes de la planète ? Disant cela, nous ne cherchons en aucun cas à diminuer la valeur des révoltes populaires dans les pays arabes. Les islamistes et les « États occidentaux » y sont des acteurs qui travaillent de concert à orienter ces révoltes dans une direction précise.

- que signifie cette alliance ? Quel est son projet pour le « monde arabe » ? Est-ce l’édification de sociétés démocratiques comme il est prétendu ou est-ce, au contraire, la main mise encore plus directe sur les hydrocarbures de ces pays pour la période qui vient ? Une main mise qui s’accommoderait volontiers de régimes autoritaires stables.

- L’épuisement des ressources en hydrocarbures n’est-il pas en train d’aiguiser la lutte à la fois pour le contrôle de cette énergie sans laquelle les machines du monde entier ne pourraient plus tourner et pour l’accaparement des énormes ressources financières engrangées par les  rentiers arabes ?

- Au lieu d’applaudir l’Otan ou de justifier la trahison de ses supplétifs locaux, ne faut-il pas appeler à construire un large front démocratique et patriotique ? Un front qui ne fasse pas des revendications « régionales », « culturelles », « sociales » des éléments de fragilité mais bien au contraire des lignes de forces d’une formulation nouvelle du projet national ? Un projet qui soit fondé sur le travail, la liberté, la tolérance, la solidarité ?

 

Ramdane HAKEM

 

Ci-joint l'article de Nacer Djabi

 

الدرس الليبي  . 

نويت أكثر من مرة أن اكتب حول الأوضاع في ليبيا ،حول نظام معمر القدافي و الحراك في العالم العربي وكيف قسم الرأي العام في الجزائر .خاصة بعد أن لاحظت أن قوى يسارية ووطنية مهمة أخذت موقف الدفاع عن نظام القذافي ، وشككت في نوايا هذا الحراك الذي يعيشه العالم العربي، بوحي واضح من نظرية المؤامرة التي لا يحصل بموجبها أي شيء مهم في المنطقة، إلا من تحت يد أمريكا والغرب الخفية . 

مواقف معادية ومشككة في هذا الحراك نجدها أكثر وضوحا  لدى بقايا اليسار الجزائري الذي يبدوا أنه لاستسيغ كيف تحصل ثورة في العالم العربي وهو في حالة تقاعد..نظرة ليست بعيدة عن تلك الرؤية الاستشراقية التي لا تنتظر من العرب  أن يقوموا بثورة أو أي حراك  سياسي نوعي، فكل ما يستطيعونه هو نوع من الانتفاضات والتذمرات  لا غير .فالثورة وجدت في الغرب وقد تكون موجودة في بعض دول أمريكا الجنوبية، لكنها بكل تأكيد لا يمكن أن تتواجد عند العرب . الذين لابد وأن يكونوا محركين من قبل يد خفية ،كما حصل ذلك أكثر من مرة ،في تاريخهم السياسي الطويل  .

العرب الذين قسمتهم الأحداث الأخيرة التي يعيشونها لحدتها وقوة مفعولها وليس اليسار الجزائري فقط ،فمن كان يتصور منذ شهور أن يشاهد القذافي وهو يضرب ويهان ويغتال على المباشر ،من قبل شباب لم يعرفوا رئيسا ولا زعيما غيره على  رأس ليبيا؟.ومن كان يعتقد أنه سيأتي اليوم الذي تشارك فيه قوة عسكرية عربية قطرية أو أردنية أو إماراتية في ضرب التراب الليبي ؟ ومن كان يصدق  منذ شهور قليلة أن تعيش ليبيا الهادئة ،حرب أهلية  طاحنة وتدخل عسكري  للحلف الأطلسي، بهذه القوة ؟

سرعة الأحداث وقوة تداعياتها في ليبيا تحديدا، هي التي قد  تفسر كيف أثرت أكثر من غيرها على عقول وقلوب الجزائريين الذين انقسموا بحدة هم كذلك، في تقييمهم للأحداث التي تعيشها جارتهم ليبيا.لدرجة أن نسيان الجزائريين  بسرعة  لما حصل في تونس ومصر وتركيز  اهتمامهم على ما يحصل عند الجار الليبي، بدءا من  أعلي هرم السلطة .فما حصل في ليبيا  على سبيل المثال ،أوقع الدبلوماسية الجزائرية في حالة شلل فعلي،جعلها تكتفي بالتذكير ،بمواقف مبدئية  لا خلاف جدي حولها ،كرفض التدخل الأجنبي وضرورة الحفاظ على الوحدة الترابية لليبيا ووحدة الشعب الليبي ..الخ.في حين كان مطلوبا  من الجزائر مواقف أكثر براغماتية وقربا من الواقع ، دون التنكر لمواقفها المعروفة خاصة وهي تشاهد  وصول قوات الحلف الأطلسي إلى حدودها الشرقية .أداء دبلوماسي في حالة دفاعية واضحة .لا يجب أن يستمر حتى لا يترسخ الاعتقاد بأن الجزائر الجامدة سياسيا  تعيش  حالة حصار، من محيطها  العربي المتحرك .

شعبيا كذلك حصل هذا النوع من الانقسام ،بحيث نجد من لا يزال يدافع عن نظام القذافي الذي أفسد في الأرض لمدة أكثر من أربع عقود .دفاع عن القذافي وصل حد اكتشاف ادوار ومهام للرجل تقدمه كمصلح وصاحب مشاريع قارية  ،كتلك الحكاية التي تدعي أنه كان ينوي ربط القارة الإفريقية عن طريق استعمال أحدث التكنولوجيات . وأنه قد ضرب  من قبل الغرب بسبب هذا المشروع العملاق بالذات .في حين الواقع يقول لنا أن ملك ملوك أفريقيا كان أقرب في سلوكاته وتصوراته إلى بوكاسا وعدي أمين دادا، لمن لازال يتذكرهما ،مع وفرة مالية لم تكن موجودة لدى الرجلين .فالقذافي كان همه الأوحد ،الاستمرار في الحكم، بأي ثمن كان وتحت أي شعار أو مسمى   .

استغل القذافي ضعف الدولة في إفريقيا وتهافت نخبها وفسادها، لرشوتها للدخول معه في سياسة هي أقرب للمغامرة السياسية الممزوجة بالمزاح الصامط.كما فعل تماما لمدة أربعين سنة داخل ليبيا التي أفرغها من نخبها القليلة أصلا .ليبيا التي عرف ابن القذاذفة  كيف يستغل تركيبتها القبلية  الهشة، لصالح استمرار حكمه عن طريق الرشوة والفساد أو باستعمال العنف الفردي و الجماعي.فالليبي كان غير آمن لا على عرضه ولا على ماله ونفسه ،أقترب أو ابتعد من نار القذافي، نتيجة التسيير النزواتي للسلطة، الذي  يمكن أن يحول الحليف والصديق إلى معارض ،رأسه مطلوبة، في رمشة عين .هو وعائلته وأبناء قبيلته إن كانوا لازالوا  يتذكرونه  .

هذه المعطيات الموضوعية المتعلقة بليبيا كمجتمع ودولة ونخب هي التي تفسر–لكنها لاتبرر دائما – لجوء المجلس الانتقالي إلى الاستنجاد بالحلف الأطلسي .زيادة بالطبع على الممارسات الدموية لنظام القذافي الذي كان يمكن أن يؤدي إلى حمام دم فعلي، ضد الشعب الليبي، لو تركت الأمور على حالها ،من دون تدخل أجنبي. فالليبيين يعرفون  أكثر من غيرهم أن القذافي هو الذي ورطهم،تحت الإكراه ،على التحالف مع الحلف الأطلسي، في غياب تضامن عربي فاعل ،كان يمكن أن يكون سندا لهم في مواجهة القذافي الذي سهل مهمة التدخل الأجنبي برد فعله الغبي والمتعجرف في بداية الأحداث، بل استطاع القذافي تحريك حتى  جثة الجامعة العربية الهامدة بزنقة زنقة وملايين الأنصار الزاحفين ... .

الدرس الليبي يعلمنا أن "السكوت" عل الظلم والظالم لمدة طويلة ،كما حصل في ليبيا ،لأسباب موضوعية ،كضعف النخب والقوى الاجتماعية الفاعلة أو لأسباب ذاتية كالقبول بمنطق الرشوة والحلول الفردية، من قبل النخب .هذا "السكوت " سيدفع ثمنه الباهظ  الجميع ،مهما طال الزمن .الدرس الليبي الذي يخبر الغافل كذلك ، أن مجتمعاتنا تعرف الكثير من الشروخ والانقسامات ذات الطابع الثقافي والاجتماعي،تجعلها قابلة للانفجار في أي لحظة، إذا لم نعرف كأنظمة سياسية ونخب كيف لا نتركها تتسع ونتفادى استغلالها خارجيا وداخليا .فمسامات مثل القبيلة والجهة واللغة والثقافة  ،يمكن أن تكون المنفذ لتدخلات أجنبية قاتلة تعيدنا إلى ما قبل الاستقلال والدولة الوطنية التي ضحت من أجلها أجيال .

الدرس الليبي،كما كان الحال في العراق ،يخبرنا من جهة أخرى أن النظام السياسي الذي لا يصلح نفسه في الوقت المناسب ويتنازل لمواطنيه ،سيتنازل وتحت الإكراه، للأجنبي في عالم  لا يرحم  وشرس.خاصة عندما يتعلق الأمر بمنطقة غنية وقريبة من شواطئ أوروبا،كما هو حالنا في العالم العربي.فقرب ليبيا وبترولها هو الذي يفسر جزء مهم من التدخل العسكري الأجنبي الذي مهدت له موضوعيا سياسة القذافي وليس المجلس الانتقالي الذي وجد نفسه مورط في حرب أهلية غير قادر عمليا على أدائها،من دون مساعدة خارجية .  

 أخيرا فإن الدرس الليبي يؤكد لنا حقيقية تاريخية وسياسية مهمة ،كان قد تكلم عنها أحد المفكرين الغربيين، مفادها أن  هناك  دائما سياستان وليس أكثر في كل مجتمع ولدى كل سياسي ودولة.فأما أن تبنى السياسة على  مكامن القوة وهي موجودة ومتوفرة في كل مجتمع.أما أن تنطلق وتبني على مكامن الضعف، الموجودة هي الأخرى، في أي مجتمع .الدرس الليبي يؤكد لنا أن القذافي بنا كل سياسته، لمدة أربعين سنة،على نقاط ضعف المجتمع الليبي الموجودة وتلك التي خلقها هو، فكان ما كان .فهل يبني جماعة المجلس الانتقالي ،سياستهم على مكامن القوة الموجودة في المجتمع الليبي ؟ نتمنى ذلك لصالح الشعب الليبي الشقيق .

ناصر جابي /29 أكتوبر 2011

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 14:01

Nous défendons dans ce blog l’idée que les révoltes populaires dans les pays arabes expriment leur échec à s’adapter au contexte de la mondialisation libérale. Les questions économiques et sociales, au-delà des apparences, sont au cœur du problème. Les solutions passent par un changement profond des structures politiques et culturelles, pour qu’émerge une normalisation en accord avec les exigences du temps. L’intérêt de cet article de Yasmine Saleh (Reuter 7 octobre 2011), que nous avons traduit de l’anglais, est justement de montrer, en prenant appui sur l’exemple égyptien, combien ces questions sont d’une actualité brûlante.

Ramdane HAKEM

 

Mahalla al-Kubra en Égypte.

Comme nombre d’Égyptiens, ouvrier d'usine textile, Magdi el-Aleemy attendait de l'insurrection qui renversa Hosni Moubarak un changement dans  sa vie. Le changement s’est produit, mais pas pour le mieux.

La firme où il avait travaillé 10 années durant, à l’instar de tant d'autres entreprises en Égypte, a été atteinte  par l’effondrement de l’économie,  la fuite des investisseurs, et l’absence de commandes. Aleemy a perdu son emploi.

« La révolution ne fait rien pour nous », a déclaré Aleemy, qui campe avec des dizaines d'autres protestataires devant les grilles de son usine de Mahalla el-Kubra, au nord du Caire. « Nous resterons ici jusqu'à ce que nos exigences soient satisfaites », a-t-il dit, sous une clameur de soutien de ses camarades.

Les attentes étaient très fortes en février, quand Mubarak fut renversé. Pour beaucoup, la chute du raïs était le signe probant que les politiques orientées vers l’enrichissement d’une élite au détriment des citoyens égyptiens n’auraient plus cours. Les travailleurs s’attendaient à un gain économique rapide.

Huit mois plus tard, la déception alimente une vague de troubles dans les milieux ouvriers que le gouvernement militaire, par peur de provoquer l’embrasement, hésite à réprimer.

Les grèves perturbent la production et les investissements, réduisent encore plus les ressources disponibles pour rémunérer les travailleurs. Les données manquent sur la fréquence des grèves, mais Nabil Abdel Fattah, analyste au Centre Al-Ahram pour les Études politiques et stratégiques du Caire, a estimé que leur nombre a presque doublé depuis l'éviction de Moubarak.

Et si la colère dans les villes industrielles comme Mahalla el-Kubra ne sont pas apaisées, les aspirations frustrées de travailleurs peuvent donner lieu à une nouvelle vague de troubles politiques, prédisent les analystes.

« Compte tenu de la détérioration des conditions économiques, et si la gouvernance du pays reste paralysée et incapable de résoudre les problèmes des travailleurs, les protestations augmenteront probablement et pourraient conduire à un autre grand soulèvement, "a déclaré Abdel Fattah.

Il n'y a pas de solutions faciles. Beaucoup de grévistes sont salariés d’entreprises d'État, mais le le gouvernement a peu de ressources pour satisfaire la hausse des salaires,  sachant qu’il prévoit un déficit budgétaire de 8,6 % du produit intérieur brut à juin 2012. Les économistes disent que le déficit réel sera probablement plus important.

Une production chancelante

« Les manifestants ont des exigences légitimes, leurs salaires ne peuvent couvrir leurs besoins, mais nous n'avons pas les ressources pour les satisfaires, » a déclaré aux journalistes le ministre des finances, Hazem el-Beblawi.

Les entreprises privées sentent également la pression. Gamal el-Deeb, propriétaire d’usine produisant de la pierre pour la construction, à Manoufiya dans le Delta du Nil, dit que le ralentissement économique a asséché le marché de son produit, le contraignant à arrêter l’activité.

« Nous n'avons plus de commande, plus de rentrée d’argent, et la situation devient misérable ces six derniers mois. Je n’ai plus d’entrée d’argent, et pourtant je suis tenu de payer les salaires de mes travailleurs et de garder l'usine ouverte" a déclaré Deeb à Reuters.

Ses 35 salariés gagnent environ 30 à 40 livres (5 à 7 $) par journée de six heures. « Les travailleurs ont besoin d'argent et se fâchent contre nous, si nous ne les payons pas, indépendamment de la situation », dit-il.

A l'échelle du pays, les expériences comme celle de Deeb pèsent lourdement sur la croissance; un sondage d'analystes de Reuters, publié la semaine dernière, prédit que le produit intérieur brut ne progresserait que de 1,3 % sur l'année fiscale au 30 juin 2012,  et de 3,6 % l'année suivante, après une croissance de 1,8 % au dernier exercice.

Lecico, l’entreprise égyptienne de céramique, a averti en août que 2011 pourrait être sa pire année depuis 2004, après le plongeon de 80% de son résultat net au deuxième trimestre, en partie en raison d'une grève de neuf jours qui a interrompu le travail de ses usines de carreaux et articles sanitaires.

Cette semaine le marché boursier de l'Égypte est tombé à son niveau d’il y a 30 mois, atteint par la menace d'une grève des employés de courtage. La bourse a publié une déclaration affirmant que son dirigeant, Mohamed Omran, avait rencontré les traders et discuté de leurs préoccupations.

Avant les troubles ayant entraîné la chute de Mubarak, l'économie connaissait un taux de croissance de quelque 6 %, un taux que les analystes Égyptiens estiment devoir générer suffisamment de nouveaux emplois, pour une population de 80 millions de personnes dans laquelle prédominent les jeunes.

La peur des révoltes ouvrières décourage les investisseurs nationaux et étrangers, déjà préoccupés  par les perspectives politiques incertaines liées aux élections parlementaires de novembre.

Jusqu'au renversement de Moubarak, l'investissement direct étranger a été un pilier de l'économie. Sur l'exercice financier 2007-2008, il a dépassé 13 milliards de dollars. Sa chute de moitié s’explique en partie par la crise financière mondiale, mais pas uniquement, puisqu’elle aura été plus forte que dans de nombreuses autres économies émergentes de taille similaire. Désormais, les capitaux fuient l’Egypte, et les réserves de la Banque centrale ont baissé de 12 milliards de dollars depuis le début de cette année, à 24, 01 milliards de dollars en septembre.

Simon Williams, économiste à la HSBC et spécialiste du Moyen-Orient, dit que certains investisseurs cherchaient à placer à long terme des fonds en Égypte. « Mais avec des performances économiques encore faible, une activité industrielle contrariée, et les perspectives politiques incertaines, rares sont ceux encore persuadés qu'ils doivent investir maintenant », a-t-il dit, ajoutant que les faibles perspectives mondiales ont aggravé les défis de l'Égypte.

« PLUS de révolte »

Dans le but de contenir le mécontentement des travailleurs et de satisfaire aux appels à plus d'égalité sociale, le gouvernement a porté le salaire minimum à 708 livres égyptiennes par mois, contre 422.20 en juillet.

Le Porte-parole du ministère du travail, Alaa Awad, a déclaré que la réglementation sur le salaire minimum est appliquée dans les sociétés d'État. Mais il a également dit que le ministère ne dialoguerait pas avec des salariés en grève, qui interrompraient l’activité de leur entreprise.

« Le ministre dit qu’il n’y aurait pas de pourparlers avec tout travailleur qui protesterait en interrompant la production. "Il doit retourner au travail avant d'entrer dans les négociations avec l'État » a-t-il indiqué.

Les syndicats considèrent que le nouveau salaire minimum est encore trop faible. Ahmed Abdel Zaher, l’actuel dirigeant de l’Union des Travailleurs Égyptiens, a déclaré qu’en fait, de nombreux ouvriers d'usines perçoivent encore un revenu inférieur à  l’ancien salaire minimum.

« Les travailleurs demandent une amélioration des rémunérations, une structure des salaires plus équitable, et des conditions de travail améliorées. Le gouvernement est très lent à répondre à ces exigences, ce qui, éventuellement, pourrait conduire à plus d'instabilité et de troubles », a déclaré Zaher.

Le syndicat des travailleurs étaient, au cours des 30 ans de règne Moubarak, à l’instar des autres organismes publics, soumis au Parti National démocratique. La situation a changé. Zaher a pris la tête de l'Union après que son prédécesseur ait été convaincu de corruption.

Selon des activistes et membres de l'Union, il y aurait au moins 3 millions de personnes inscrites comme salariées en Égypte, dont environ 360 000 dans le secteur public.

« Ils ont certainement la capacité d’entraîner nombre d’autres secteurs de la classe moyenne inférieure, qui constituent la majorité du peuple, et cela pourrait mener à un soulèvement plus important. » dit Abdel Fattah d’Al-Ahram.

Même sous Moubarak, les travailleurs ont montré qu’ils avaient la capacité d’affronter les employeurs. Des grèves ont eu lieu à Mahalla el-Kubra en 2006 et 2008. A cette époque, l'État avait plus d'argent dans les coffres et pouvait satisfaire aux revendications de hausses des salaires, et il avait une puissante force de police qui avait durement réprimé les manifestations.

Maintenant, les marges de manœuvre du gouvernement sont désormais étroites. Nagi Rashad, un syndicaliste, employé par la société d’Etat « Moulins et Boulangeries du Sud du Caire et Gizeh » dit que les ouvriers ont besoin de nouvelles lois qui empêcheraient les propriétaires d'entreprise de les maltraiter ou de commettre des abus.

« Nous protesterons jusqu'à ce que ces lois soient adoptées », a-t-il ajouté.

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 19:19

La mission de la Croix rouge internationale, venue s'enquérir du sort des habitants de Sirte, a été contrainte de repartir précipitamment par les tirs de missiles du CNT, visant un hôpital.

Cela fait plus d'un mois maintenant que les villes de Sirte et de Bni Walid font l'objet d'une agression continue par les armées du CNT, de l'Otan (France, Angleterre, Usa) et des pétromonarchies Moyen Orientales.

Cela fait plus d’un mois que les habitants de Sirte et Bni Walid vivent sous un déluge de bombes. Que des crimes collectifs sont perpétrés contre les populations  de Tawarga. Que les Noirs et les Touaregs  de Libye sont désignés à la vindicte revancharde.

Indifférent, le monde entier regarde le carnage, sur le petit écran.

Rappelez-vous : l’Otan disait qu’elle intervenait, sous mandat formel du Conseil de sécurité de l'ONU, pour protéger les populations. Voyez aujourd’hui comment l’Otan protège les populations de Libye : en leur envoyant des torpilles ! Mais, paraît-il, les bombes de l'Otan ne tuent que les méchants.

Honte ! Honte à ceux qui jettent des bombes sur les enfants. Honte à ceux qui donnent l’argent. Honte à ceux qui applaudissent. Honte à ceux qui se taisent.

Le sort du grotesque dictateur renversé ne nous importe pas. Il sera remplacé par un autre despote comme seuls les arabes savent en inventer. Du Golfe persique à l’Atlantique, leurs dirigeants ne sont que les photocopies (plus ou moins réussies) les uns des autres : tous de simples variantes d’un modèle dont l'original est à la Mecque.

Kaddafi fait partie du passé. La paix doit revenir en Libye. Une paix honorable pour les différentes parties, pour les différentes populations, doit être négociée. L'opposition au CNT doit avoir droit de cité, pour que la Libye aille à la démocratie.

Ramdane HAKEM

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:12

 

 

Samir Amin a rendu public le 17 mai 2011 un texte (« 2011 : LE PRINTEMPS ARABE ? »)  qui éclaire de manière intéressante les transformations en cours en Egypte, en les inscrivant dans une perspective longue. Au-delà des singularités liées au contexte égyptien, et à maint égards, la problèmatique qu’il analyse nous rappelle les termes de la transformation sociale en Algérie. Le document de Samir Amin étant relativement long, nous avons cru bon d’en faciliter la lecture par quelques interventions sur le texte. Il est évident que le mérite de cette contribution revient à S.Amin, tandis que ses insuffisances nous incombent exclusivement. Nous invitons instamment nos lecteurs à lire le document dans sa version originelle qu’il trouveront sur ce blog.

La thèse de Samir Amin peut-être ainsi résumée : à l’ère de l’impérialisme (capitalisme de la finance et des monopoles mondialisés), le combat pour le progrès social se déroule au travers de longues phases d’essor et de reflux des luttes. Le Printemps arabe 2011 est peut-être annonciateur d’une nouvelle phase d’essor qui mûrira encore plus les conditions d’un dépassement du capitalisme. Son échec, au contraire, pourrait contribuer à faire faire à l’humanité un nouveau pas vers la barbarie généralisée.

Ramdane HAKEM

 

 

De la montée des luttes pour l’émancipation et le progrès (1919-1967)

L’Egypte est le premier pays de la périphérie du capitalisme mondialisé a avoir tenté « d’émerger ». Mohammed Ali avait conçu et mis en œuvre un projet de rénovation du pays. L’analyse de son échec ne peut ignorer la violence de l’agression extérieure de la Grande Bretagne. L’Égypte est alors soumise pour près de quarante ans (1880-1920), réduite au statut de périphérie dominée.

Le refus égyptien de la soumission sera à l’origine d’une vague de mouvements ascendants qui s’est déployée de 1919 à 1967.  Ces mouvements avaient trois objectifs indissociables : démocratie, indépendance nationale, progrès social. L’unité de ces objectifs vient de l’intégration de l’Égypte moderne dans le système du capitalisme / impérialisme mondialisé de l’époque.

Le premier chapitre de ce moment long d’avancée des luttes, inauguré par la constitution du Wafd en 1919, a mis l’accent sur la modernisation politique par l’adoption d’une forme bourgeoise de démocratie constitutionnelle et sur la reconquête de l’indépendance.

La puissance britannique, avec le soutien actif du bloc réactionnaire constitué par la monarchie, les grands propriétaires et les paysans riches, s’est systématiquement employée à faire reculer les avancées démocratiques de l’Égypte wafdiste. L’ambassade britannique et le Palais royal ont alors soutenu activement la création des Frères musulmans (1927) qui s’inspiraient de la pensée « islamiste » dans sa version « salafiste » (passéiste) wahabite formulée par Rachid Reda.

L’essor des luttes a repris dès le 21 février 1946, avec la constitution du bloc étudiant-ouvrier. Le premier coup d’État des Officiers libres (1952), et surtout le second, inaugurant la prise de contrôle de Nasser (1954), sont venus « couronner » cette période de montée continu des luttes selon les uns, ou pour y mettre un terme, selon les autres.

Le nassérisme ne s’est cristallisé comme projet anti-impérialiste qu’après Bandoung (avril 1955). Il a alors réalisé ce qu’il pouvait donner : une posture internationale résolument anti-impérialiste (associée aux mouvements panarabe et panafricain), des réformes sociales progressistes (mais non « socialistes »). Le tout, par en haut, non seulement « sans démocratie » (en interdisant aux classes populaires le droit de s’organiser par elles-mêmes et pour elles-mêmes), mais en « abolissant » toute forme de vie politique.

Le nassérisme a substitué à la lecture objective de l’éveil égyptien un discours idéologique abolissant toute l’histoire des années 1919-1952 pour faire remonter la « révolution égyptienne » à juillet 1952. En dix années, de 1955 à 1965, il a épuisé son potentiel de progrès. L’essoufflement offrait à l’impérialisme, dirigé par les États-Unis, l’occasion de briser le mouvement, en mobilisant à cet effet leur instrument militaire régional : Israël. La défaite de 1967 marque alors la fin de ce demi-siècle de flux.

…. À  la domination néo-libérale associée à un reflux (1967-2011)

Le reflux est amorcé par Nasser lui-même, en choisissant la voie des concessions à droite  (« l’infitah » – l’ouverture « à la mondialisation capitaliste ») plutôt que la radicalisation. Sadate qui succède, accentue la portée de la dérive à droite et intègre les Frères musulmans dans son nouveau système autocratique. Moubarak poursuit dans la même voie.

La période de reflux qui suit (1967-2011) couvre à son tour presqu’un demi-siècle. L’Égypte, soumise aux exigences du libéralisme mondialisé et aux stratégies des Etats-Unis, a cessé d’exister comme acteur actif régional et international.

Sous Nasser, elle avait mis en place un système économique et social critiquable mais cohérent. Sadate et Moubarak ont œuvré au démantèlement du système productif égyptien, auquel ils ont substitué un système totalement incohérent, exclusivement fondé sur la recherche de la rentabilité d’entreprises qui ne sont pour la plupart que des sous-traitants du capital des monopoles impérialistes. La croissance s’est accompagnée d’une incroyable montée des inégalités et du chômage. Cette situation était explosive ; elle a explosé.

De fait, l’apparente « stabilité du régime » reposait sur une machine policière monstrueuse              (1 200 000 hommes contre 500 000 seulement pour l’armée), qui se livrait à des abus criminels quotidiens.

Les puissances impérialistes prétendaient que ce régime « protégeait » l’Égypte de l’alternative islamiste. En fait, le régime avait parfaitement intégré l’Islam politique réactionnaire (le modèle wahabite du Golfe) dans son système de pouvoir, en lui concédant la gestion de l’éducation, de la justice et des médias majeurs (la télévision en particulier).

Le seul discours autorisé était celui des mosquées confiées aux Salafistes, leur permettant de surcroît de faire semblant de constituer « l’opposition ».

Le soutien à l’Islam politique annihile les capacités de la société à faire face aux défis du monde moderne (il est à l’origine du déclin catastrophique de l’éducation et de la recherche).

Le régime pouvait paraître « tolérable » tant que fonctionnait la soupape de sécurité que représentait l’émigration en masse des pauvres et des classes moyennes vers les pays pétroliers. L’épuisement de ce système (la substitution d’immigrés asiatiques à ceux en provenance des pays arabes) a entraîné un renouveau des résistances.

Les grèves ouvrières de 2007, la résistance obstinée des petits paysans menacés d’expropriation par le capitalisme agraire, la formation de cercles de protestation démocratique dans les classes moyennes (les mouvements Kefaya et du 6 avril) annonçaient l’inévitable explosion - attendue en Égypte, même si elle a surpris les « observateurs étrangers ».

Sommes-nous devant un 2ème flux des luttes pour l’émancipation et le progrès ? (2011…)

Nous sommes entrés dans une phase nouvelle de flux des luttes d’émancipation dont il convient d'analyser les directions et les chances de développement.

Les forces sociales du mouvement démocratique

La « révolution égyptienne » en cours remet en cause le système néo-libéral dans toutes ses dimensions politiques, économiques et sociales. Ce mouvement associe trois composantes actives : les jeunes « re-politisés », les forces de la gauche radicale, celles rassemblées par les classes moyennes démocrates.

Les Frères musulmans n’ont accepté le mouvement qu’après que l’appel, entendu par l’ensemble du peuple égyptien, a produit des mobilisations de 15 millions de manifestants.

Les jeunes et la gauche radicale poursuivent trois objectifs communs : la restauration de la démocratie (la fin du régime militaire et policier), la mise en œuvre d’une nouvelle politique économique et sociale favorable aux classes populaires (la rupture avec la soumission aux exigences du libéralisme mondialisé), et celle d’une politique internationale indépendante (la rupture avec la soumission aux exigences de l’hégémonie des États-Unis et du déploiement de son contrôle militaire sur la planète). La révolution démocratique à laquelle ils appellent est une révolution démocratique et sociale anti-impérialiste.

Les classes moyennes se rassemblent dans l’ensemble autour du seul objectif démocratique, sans nécessairement remettre intégralement en cause le « marché » (tel qu’il est) et l’alignement international de l’Égypte.

A noter le rôle d’un groupe de blogueurs qui participent – consciemment ou pas – à un véritable complot organisé par la CIA. Ses animateurs sont généralement des jeunes issus des classes aisées, américanisés à l’extrême, qui se posent néanmoins en « contestataires » des dictatures en place. Ils agissent de façon à dévoyer le mouvement vers une « révolution démocratique » sur le modèle « des révolutions colorées » de l’Europe de l’Est. Le dévoiement aura lieu si le mouvement ne parvient pas à réaliser la convergence de ses diverses composantes, à identifier des objectifs stratégiques communs et à inventer des formes d’organisation et d’action efficaces.

L’appel à la manifestation formulé par les trois composantes actives du mouvement a été rapidement entendu par l’ensemble du peuple égyptien. Hilary Clinton et Obama ont découvert alors qu’il leur fallait lâcher Moubarak qu’ils avaient soutenu jusqu’alors, tandis que les dirigeants de l’armée sortaient du silence, refusaient de participer à la relève de la répression – sauvegardant ainsi leur image – et finalement déposaient Moubarak et quelque uns de ses suppôts majeurs.

L’entrée dans la bataille de la classe ouvrière (environ 5 millions de travailleurs) peut être décisive. La résistance opiniâtre des petits paysans aux expropriations est également importante. Il restera qu’une masse gigantesque de « pauvres » ont participé activement aux manifestations de février 2011 et se retrouvent souvent encore dans des comités populaires constitués dans les quartiers pour « défendre la révolution ».

Ces « pauvres » peuvent donner l’impression (par les barbes, les voiles, les accoutrements vestimentaires) que le pays profond est « islamique », voire mobilisé par les Frères musulmans. En fait, leur entrée en scène s’est imposée à la direction de l’organisation islamiste.

La course est engagée : qui des Frères et de leurs associés islamistes (les Salafistes) ou de l’alliance démocratique parviendra à formuler des alliances efficaces avec les masses désorientées ?

Des avancées non négligeables dans la construction du front uni des forces démocratiques et des travailleurs sont en cours en Egypte. Cinq partis d’orientation socialiste (le Parti Socialiste égyptien, l’Alliance populaire démocratique – une majorité sortie de l’ancien parti du Tagammu, le Parti démocratique des travailleurs, le Parti des Socialistes révolutionnaires – trotskiste, et le Parti Communiste égyptien – qui avait été une composante du Tagammu) ont constitué en avril 2011 une Alliance des forces socialistes, et se sont engagés à poursuivre, à travers elle, leurs luttes en commun.

Parallèlement un Conseil National (Maglis Watany) à été constitué par toutes les forces politiques et sociales acteurs du mouvement (les partis à orientation socialiste, les partis démocratiques divers, les syndicats indépendants, les organisations paysannes, les réseaux de jeunes, de nombreuses associations sociales).

Les Frères Musulmans et les partis de droite ont refusé de participer à ce Conseil, réaffirmant ainsi ce qu’on sait : leur opposition à la poursuite du mouvement.

 

Les forces sociales du bloc réactionnaire

En termes sociaux, le bloc réactionnaire est dirigé par la bourgeoisie égyptienne considérée dans son ensemble. Les formes d’accumulation dépendante à l’œuvre au cours des 40 dernières années ont permis l’émergence d’une bourgeoisie riche, bénéficiaire exclusive de l’inégalité scandaleuse qui a accompagné ce modèle « libéral-mondialisé ».

Des dizaines de milliers non pas « d’entrepreneurs inventifs », mais de millionnaires et de milliardaires qui tous doivent leur fortune à leur collusion avec l’appareil politique (la « corruption » est une composante organique de ce système).

Cette bourgeoisie compradore soutient activement l’insertion de l’Égypte dans la mondialisation impérialiste contemporaine. Elle compte dans ses rangs de nombreux généraux de l’armée et de la police, des « civils » associés à l’État et au parti dominant (« National démocratique ») créé par Sadate et Moubarak, des religieux (la totalité des dirigeants des Frères musulmans et des cheikhs majeurs de l’Azhar sont « milliardaires »).

Certes, il existe encore une bourgeoisie de petits et moyens entrepreneurs actifs. Mais ceux-là sont les victimes du système de racket mis en place par la bourgeoisie compradore, réduits le plus souvent au statut de sous-traitants dominés par les monopoles locaux, eux-mêmes courroies de transmission des monopoles étrangers. Ainsi, dans le BTP par exemple, cette situation est presque généralisée : les « gros » raflent les marchés puis les sous-traitent aux « petits ». Cette bourgeoisie d’entrepreneurs authentiques sympathise avec le mouvement démocratique.

Le versant rural du bloc réactionnaire est constitué de paysans riches qui ont été les bénéficiaires majeurs de la réforme agraire nassérienne, se substituant à l’ancienne classe des grands propriétaires. Les paysans riches ont toujours constitué dans l’Égypte moderne une classe réactionnaire et ils le sont plus que jamais. Ils sont le soutien majeur de l’Islam conservateur dans les campagnes et, par leurs rapports étroits (souvent de parenté) avec les représentants des appareils d’État et de la religion, dominent la vie sociale rurale. Une bonne partie des classes moyennes urbaines (en particulier les officiers de l’armée et de la police, mais également les technocrates et les professions libérales) sont directement issus de la paysannerie riche.

Ce bloc social réactionnaire dispose d’instruments politiques à son service : l’armée et la police, les institutions de l’État, le Parti national démocratique créé par Sadate –, l’appareil religieux (l’Azhar), les courants de l’Islam politique (les Frères musulmans et les Salafistes).

L’aide militaire octroyée par les États-Unis à l’armée égyptienne (1,5 milliard de dollars annuels) n’a jamais servi à renforcer la capacité de défense du pays, mais au contraire à en annihiler le danger par la corruption systématique. Cette « aide » a permis aux plus hauts officiers de s’approprier des segments importants de l’économie compradore égyptienne.  

Le commandement de l’armée qui dirige la transition n’est de ce fait pas « neutre ». Le gouvernement « civil » à ses ordres, composé en partie d’hommes de l’ancien régime, choisis parmi les personnalités les moins visibles de celui-ci, a pris une série de mesures destinées à freiner la radicalisation du mouvement. Parmi ces mesures une loi scélérate antigrève (sous prétexte de remettre en route l’économie du pays) et une loi imposant des restrictions sévères à la constitution des partis politiques.

En dépit de tout cela, l’attitude de l’armée demeure imprévisible. Car malgré la corruption de ses cadres, le sentiment nationaliste n’est pas absent chez tous les militaires. De surcroît l’armée souffre d’avoir pratiquement été écartée du pouvoir au profit de la police.

Le rôle crucial des Frères musulmans dans le projet US pour l’Egypte

L’introduction de l’Islam wahabite en Égypte a été amorcée par Rachid Reda dans les années 1920 et repris par les Frères musulmans dès 1927. Mais il n’a pris toute sa vigueur qu’après la seconde guerre mondiale lorsque la rente pétrolière des pays du Golfe, soutenus par les États-Unis en conflit avec la vague de libération nationale populaire des années 1960, a permis d’en démultiplier les moyens financiers.

Les Frères musulmans constituent la seule force politique dont le régime égyptien avait soutenu activement l’épanouissement. Sadate et Moubarak leur avaient confié la gestion de trois institutions fondamentales : l’éducation, la justice et la télévision.

Les islamistes n’ont jamais été et ne peuvent pas être « modérés », encore moins « démocratiques ». Leur chef - le mourchid (traduction arabe de « guide » - Führer) est autoproclamé et l’organisation repose sur le principe de la discipline et de l’exécution des ordres des chefs, sans discussions d’aucune sorte.

La direction est constituée exclusivement d’hommes immensément riches (grâce, entre autre, au soutien financier de l’Arabie Saoudite), l’encadrement est assuré par des hommes issus des fractions obscurantistes des classes moyennes, la base est composée de gens du peuple recrutés par les services sociaux de charité offerts par la confrérie (et financés toujours par l’Arabie Saoudite), tandis que la force de frappe est constituée par les milices (les baltaguis) recrutés dans le lumpen.

Les Frères musulmans sont acquis à un système économique basé sur le marché et totalement dépendant de l’extérieur. Ils sont une composante de la bourgeoisie compradore.

Ils ont toujours refusé de formuler un programme économique et social quelconque et, de fait, ne remettent pas en cause les politiques néo-libérales réactionnaires, et acceptent de facto la soumission aux exigences du déploiement du contrôle des États-Unis dans le monde et dans la région. Ils sont des alliés utiles pour Washington (y-a-t-il un meilleur allié des États-Unis que l’Arabie Saoudite, patron des Frères ?)

Mais les États-Unis ne peuvent avouer que leur stratégie vise à mettre en place des régimes « islamiques » dans la région. Ils ont besoin de faire comme si « cela leur faisait peur ». Par ce moyen, ils légitiment leur « guerre permanente au terrorisme », qui poursuit en réalité d’autres objectifs : le contrôle militaire de la planète destiné à réserver aux États-Unis-Europe-Japon l’accès exclusif aux ressources.

Les États-Unis, (et derrière eux l’Europe) craignent plus que tout une Égypte réellement démocratique qui remettrait en cause son alignement sur le libéralisme économique et la stratégie agressive des États-Unis et de l’OTAN. Ils feront tout pour que l’Égypte ne soit pas démocratique et, à cette fin, soutiendront, par tous les moyens, mais avec hypocrisie, la fausse alternative des Frères musulmans qui ont montré n’être qu’en minorité dans le mouvement pour un changement réel.

Les Frères musulmans sont épaulés par le courant salafiste (« traditionaliste »), également largement financé par les pays du Golfe. Les Salafistes s’affirment extrémistes (wahabites convaincus, intolérants à l’égard de tout autre interprétation de l’Islam) et sont à l’origine des meurtres systématiques perpétrés contre les Coptes. Des opérations difficiles à imaginer sans le soutien tacite (et parfois la complicité) de l’appareil d’État, en particulier de la Justice, largement confiée aux Frères musulmans.

Il reste qu’il faut s’attendre à des luttes violentes entre courants religieux islamistes en Égypte. Car l’Islam historique dominant en Egypte est « soufi », et les confréries rassemblent aujourd’hui 15 millions de fidèles. Un Islam ouvert, tolérant, insistant sur la conviction individuelle plutôt que sur la pratique des rites (« il y a autant de voies vers Dieu que d’individus » disent-ils). Le soufisme égyptien a toujours été tenu en suspicion par les pouvoirs d’État.

L’Islam wahabite a déclaré la guerre au soufisme qu’il veut « extirper » et compte sur l’appui des autorités pour y parvenir. En réaction, les soufistes d’aujourd’hui sont laïcisants, sinon laïques ; ils appellent à la séparation entre la religion et la politique (le pouvoir d’État et celui des autorités religieuses reconnues par lui, l’Azhar). Les soufistes sont des alliés du mouvement démocratique.

Le projet des États-Unis pour l’Egypte : le modèle pakistanais

L’objectif de Washington et de ses alliés, Israël et l’Arabie Séoudite, est de faire avorter le mouvement démocratique en Égypte. A cette fin, ils cherchent à imposer un « régime islamique » dirigé par les Frères Musulmans, qui est le seul moyen pour eux de perpétuer la soumission de l’Égypte.

Pour donner une légitimité à un gouvernement des Frères musulmans (« ralliés à la démocratie ! »), il est beaucoup question de l’exemple turc. Mais l’armée turque, bien que non démocratique et de surcroit alliée fidèle de l’OTAN, reste la garantie, de par sa nature, de la « laïcité » en Turquie.

Le projet de Washington, ouvertement exprimé par Hilary Clinton, Obama et les think tanks à leur service, s’inspire du modèle pakistanais : l’armée (« islamique ») dans les coulisses, le gouvernement (« civil ») assumé par un (ou des) parti islamique « élu ». L’Arabie Séoudite soutient évidemment avec tous ses moyens (financiers) la mise en œuvre de ce projet.

La bataille porte sur l’article 2 de la constitution du régime déchu. Cet article qui stipule que « la sharia est la source du droit », est une nouveauté dans l’histoire politique de l’Égypte. Ni la constitution de 1923, ni celle de Nasser ne l’avaient imaginé. C’est Sadate qui l’a introduit dans sa nouvelle constitution.

Le projet des Frères Musulmans demeure la mise en place d’un Etat théocratique, comme en témoigne leur attachement à l’article 2 de la Constitution de Sadate/Moubarak. Le programme le plus récent de l’organisation durcit encore plus cette vision passéiste en proposant la mise en place d’un « Conseil des Ulémas » chargé de veiller à la conformité de toute proposition de loi aux exigences de la Sharia. Ce conseil constitutionnel religieux, est l’analogue de celui qui, en Iran, contrôle le « pouvoir élu ». Le régime est alors celui d’un super parti religieux unique et tous les partis qui se revendiqueraient de la laïcité deviennent « illégaux ». Leurs partisans, comme les non Musulmans (les Coptes), sont, de ce fait, exclus de la vie politique.

Le Parti de la Justice et de la Liberté, créé récemment et inspiré visiblement du modèle turc, n’est guère qu’un des instruments des Frères. Passés à l’offensive, ils créent des « syndicats », des « organisations paysannes » et une kyrielle de « partis politiques » revêtant des noms divers, dont le seul objectif est de diviser les fronts unis ouvriers, paysans et démocratiques en voie de construction.

Au cœur du projet démocratique en Egypte, l’abrogation de l’article 2 de la Constitution

Pendant les phases de reflux des luttes d’émancipation, la diversité d’opinions s’efface laissant la place au passéisme prétendu islamique. Même la Nahda (inaugurée par Afghani et poursuivie par Mohamed Abdou) s’inscrit dans cette dérive passéiste. Associée à l’illusion ottomaniste défendue par le nouveau Parti Nationaliste de Moustapha Kemal et Mohammad Farid, elle a conduit aux écrits ultra-réactionnaires de Rachid Reda, repris par Hassan el Banna, fondateur des Frères musulmans. Le constat est encore vrai pour les années 1970-2010. Le discours officiel du pouvoir (de Sadate et de Moubarak), parfaitement islamiste (introduction de la Sharia dans la constitution, délégation de pouvoirs essentiels aux Frères musulmans), est également celui de la seule opposition tolérée, celle des islamistes.

Les périodes d’essor des luttes pour le progrès, au contraire, sont caractérisées par une diversité d’opinions ouvertement exprimées qui relèguent la « religion » (toujours présente dans la société) à l’arrière-plan.

Il a suffi de quelques semaines de débats libres imposés dans les faits pour voir le slogan « l’islam est la solution » disparaître dans toutes les manifestations au bénéfice de revendications précises sur le terrain de la transformation concrète de la société (liberté d’opinion, de formation des partis, syndicats et autres organisations sociales, salaires et droits du travail, accès à la terre, école et santé, rejet des privatisations et appel aux nationalisations etc.)

Autre signe qui ne trompe pas : aux élections des étudiants, l’écrasante majorité (80%) des voix données aux Frères musulmans il y a cinq ans (lorsque seul ce discours était accepté comme prétendue opposition) a fait suite à une chute des Frères dans les élections d’avril à 20% !

Mais l’adversaire sait également organiser la riposte au « danger démocratique ». Les derniers aménagements de la constitution ont été proposés par un comité constitué exclusivement d’islamistes choisis par le conseil suprême (l’armée) et adoptés en avril par referendum (23% de « non »). Ils n’ont pas touché l’article 2.

Des élections présidentielles et législatives sont prévues pour septembre/octobre 2011. Le mouvement démocratique se bat pour une « transition démocratique » plus longue, de manière à permettre à ses discours d’atteindre véritablement les masses désemparées. Mais Obama a choisi dès les premiers jours de l’insurrection une transition brève, ordonnée (c’est à dire sans remise en cause des appareils du régime) et des élections (donnant une victoire souhaitée aux Islamistes).

Le Sud de la planète est la zone des tempêtes

L'hémisphère sud de la Terre constitue, à l’ère de la mondialisation, la « zone des tempêtes », le lieu de révoltes répétées, potentiellement porteuses d’avancées révolutionnaires en direction du dépassement socialiste du capitalisme.

Le « printemps arabe » s’inscrit dans cette réalité. Des révoltes, potentiellement porteuses d’avancées révolutionnaires, sont à prévoir partout ou presque dans les trois continents.

Il s’agit de révoltes sociales porteuses d’alternatives, pouvant à long terme s’inscrire dans la perspective socialiste. C’est la raison pour laquelle le capitalisme des monopoles dominants à l’échelle mondiale ne peut tolérer le développement de ces mouvements. Il mobilisera tous les moyens de déstabilisation possibles, des pressions économiques et financières à l'intervention militaire. Il soutiendra, selon les circonstances, soit les fausses alternatives fascistes ou fascisantes, soit la mise en place de dictatures militaires.

Les mouvements d’émancipation se doivent de surmonter leurs faiblesses, construire des convergences positives entre leurs composantes, concevoir et mettre en œuvre des stratégies efficaces, mais aussi s’opposer aux interventions (y compris militaires) de la triade impérialiste.

Le discours dominant aujourd’hui appelle à la mise en œuvre d’un « droit international » qui autorise l’intervention lorsque les droits fondamentaux d’un peuple sont bafoués. Mais les conditions ne sont pas réunies pour permettre d’avancer dans cette direction. La « communauté internationale » n’existe pas. Elle se résume à l’ambassadeur des États-Unis, suivi automatiquement par ceux de l’Europe.

Ces printemps du Sud coïncident avec « l’automne du capitalisme », le déclin du règne des monopoles généralisés, mondialisés et financiarisés. Les mouvements d’émancipation partent, comme au siècle précédent, de la reconquête de l’indépendance des peuples et des Etats des périphéries du système, reprenant l’initiative dans la transformation du monde. Ils sont donc avant tout des mouvements anti impérialistes et seulement potentiellement anti capitalistes. Si ces mouvements parviennent à converger avec l’autre réveil nécessaire, celui des travailleurs des centres impérialistes, une perspective authentiquement socialiste pourrait se dessiner à l’échelle de l’humanité entière.

Le déclin du capitalisme peut ouvrir la voie à la longue transition au socialisme comme il peut engager l’humanité sur la voie de la barbarie généralisée. Le projet de contrôle militaire de la planète par les forces armées des Etats Unis et de leurs alliés subalternes de l’Otan, toujours en cours, le déclin de la démocratie dans les pays du centre impérialiste, le refus passéiste de la démocratie dans les pays du Sud en révolte, font craindre le pire.

La lutte pour la démocratisation laïque prend alors une dimension décisive dans le moment actuel qui oppose la perspective d’une émancipation des peuples à celle de la barbarie généralisée.

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 19:56

L’année 2011 s’est ouverte par une série d’explosions fracassantes de colère des peuples arabes. Ce printemps arabe amorcera-t-il un second temps de « l’éveil du monde arabe » ? Ou bien ces révoltes vont-elles piétiner et finalement avorter – comme cela été le cas du premier moment de cet éveil évoqué dans mon livre “L’éveil du Sud”. Dans la première hypothèse, les avancées du monde arabe s’inscriront nécessairement dans le mouvement de dépassement du capitalisme / impérialisme à l’échelle mondiale. L’échec maintiendrait le monde arabe dans son statut actuel de périphérie dominée, lui interdisant de s’ériger au rang d’acteur actif dans le façonnement du monde.

Il est toujours dangereux de généraliser en parlant du « monde arabe », en ignorant par là même la diversité des conditions objectives qui caractérisent chacun des pays de ce monde. Je centrerai donc les réflexions qui suivent sur l’Égypte, dont on reconnaîtra sans difficulté le rôle majeur qu’elle a toujours rempli dans l’évolution générale de la région.

L’Égypte a été le premier pays de la périphérie du capitalisme mondialisé qui a tenté « d’émerger ». Bien avant le Japon et la Chine, dès le début du XIXe siècle Mohammed Ali avait conçu et mis en œuvre un projet de rénovation de l’Égypte et de ses voisins immédiats du Mashreq arabe. Cette expérience forte a occupé les deux tiers du XIXe siècle et ne s’est essoufflée que tardivement dans la seconde moitié du règne du Khédive Ismail, au cours des années 1870. L’analyse de son échec ne peut ignorer la violence de l’agression extérieure de la puissance majeure du capitalisme industriel central de l’époque – la Grande Bretagne. Par deux fois, en 1840, puis dans les années 1870 par la prise du contrôle des finances de l’Égypte khédivale, enfin par l’occupation militaire (en 1882), l’Angleterre a poursuivi avec acharnement son objectif : la mise en échec de l’émergence d’une Égypte moderne. Sans doute le projet égyptien connaissait-il des limites, celles qui définissaient l’époque, puisqu’il s’agissait évidemment d’un projet d’émergence dans et par le capitalisme, à la différence du projet de la seconde tentative égyptienne (1919-1967) sur laquelle je reviendrai. Sans doute, les contradictions sociales propres à ce projet comme les conceptions politiques, idéologiques et culturelles sur la base desquelles il se déployait ont-elles leur part de responsabilité dans cet échec. Il reste que sans l’agression de l’impérialisme ces contradictions auraient probablement pu être surmontées, comme l’exemple japonais le suggère.

L’Égypte émergente battue a été alors soumise pour près de quarante ans (1880-1920) au statut de périphérie dominée, dont les structures ont été refaçonnées pour servir le modèle de l’accumulation capitaliste / impérialiste de l’époque. La régression imposée a frappé, au-delà du système productif du pays, ses structures politiques et sociales, comme elle s’est employée à renforcer systématiquement des conceptions idéologiques et culturelles passéistes et réactionnaires utiles pour le maintien du pays dans son statut subordonné.

L’Égypte, c’est à dire son peuple, ses élites, la nation qu’elle représente, n’a jamais accepté ce statut. Ce refus obstiné est à l’origine donc d’une seconde vague de mouvements ascendants qui s’est déployée au cours du demi-siècle suivant (1919-1967). Je lis en effet cette période comme un moment continu de luttes et d’avancées importantes. L’objectif était triple : démocratie, indépendance nationale, progrès social. Ces trois objectifs – quelles qu’en aient été les formulations limitées et parfois confuses – sont indissociables les uns des autres. Cette interconnexion des objectifs n’est d’ailleurs rien d’autre que l’expression des effets de l’intégration de l’Égypte moderne dans le système du capitalisme / impérialisme mondialisé de l’époque. Dans cette lecture, le chapitre ouvert par la cristallisation nassériste (1955-1967) n’est rien d’autre que le dernier chapitre de ce moment long du flux d’avancée des luttes, inauguré par la révolution de 1919-1920.

Le premier moment de ce demi-siècle de montée des luttes d’émancipation en Égypte avait mis l’accent – avec la constitution du Wafd en 1919 – sur la modernisation politique par l’adoption d’une forme bourgeoise de démocratie constitutionnelle et sur la reconquête de l’indépendance. La forme démocratique imaginée permettait une avancée laïcisante – sinon laïque au sens radical du terme – dont le drapeau (associant le croissant et la croix – un drapeau qui a fait sa réapparition dans les manifestations de janvier et février 2011) constitue le symbole. Des élections « normales » permettaient alors non seulement à des Coptes d’être élus par des majorités musulmanes, mais encore davantage à ces mêmes Coptes d’exercer de très hautes fonctions dans l’Etat, sans que cela ne pose le moindre problème.

Tout l’effort de la puissance britannique, avec le soutien actif du bloc réactionnaire constitué par la monarchie, les grands propriétaires et les paysans riches, s’est employé à faire reculer les avancées démocratiques de l’Égypte wafdiste. La dictature de Sedki Pacha, dans les années 1930 (abolition de la constitution démocratique de 1923) s’est heurtée au mouvement étudiant, fer de lance à l’époque des luttes démocratiques anti-impérialistes. Ce n’est pas un hasard si, pour en réduire le danger, l’ambassade britannique et le Palais royal ont alors soutenu activement la création des Frères musulmans (1927) qui s’inspiraient de la pensée « islamiste » dans sa version « salafiste » (passéiste) wahabite formulée par Rachid Reda, c’est à dire la version la plus réactionnaire (antidémocratique et anti progrès social) du nouvel « Islam politique ».

La conquête de l’Ethiopie entreprise par Mussolini et la perspective d’une guerre mondiale se dessinant, Londres s’est trouvé obligé de faire des concessions aux forces démocratiques, permettant le retour du Wafd en 1936 et la signature du Traité anglo-égyptien de la même année – un Wafd au demeurant lui-même « assagi ». La seconde guerre mondiale a, par la force des choses, constitué une sorte de parenthèse. Mais le flux de montée des luttes a repris dès le 21 février 1946, avec la constitution du bloc étudiant-ouvrier, renforcé dans sa radicalisation par l’entrée en scène des communistes et du mouvement ouvrier. Là encore, les forces de la réaction égyptienne soutenues par Londres ont réagi avec violence et mobilisé à cet effet les Frères musulmans qui ont soutenu une seconde dictature de Sedki Pacha, sans parvenir à faire taire le mouvement. Le Wafd revenu au gouvernement, sa dénonciation du Traité de 1936, l’amorce de la guérilla dans la zone du Canal encore occupée, n’ont été mis en déroute que par l’incendie du Caire (1951), une opération dans laquelle les Frères musulmans ont trempé.

Le premier coup d’État des Officiers libres (1952), mais surtout le second inaugurant la prise de contrôle de Nasser (1954) sont alors venus pour « couronner » cette période de flux continu des luttes selon les uns, ou pour y mettre un terme, selon les autres. Le nassérisme a substitué à cette lecture que je propose de l’éveil égyptien un discours idéologique abolissant toute l’histoire des années 1919-1952 pour faire remonter la « révolution égyptienne » à juillet 1952. A l’époque, beaucoup parmi les communistes avaient dénoncé ce discours et analysé les coups d’Etat de 1952 et 1954 comme destinés à mettre un terme à la radicalisation du mouvement démocratique. Ils n’avaient pas tort, car le nassérisme ne s’est cristallisé comme projet anti-impérialiste qu’après Bandoung (avril 1955). Le nassérisme a alors réalisé ce qu’il pouvait donner : une posture internationale résolument anti-impérialiste (associée aux mouvements panarabe et panafricain), des réformes sociales progressistes (mais non « socialistes »). Le tout, par en haut, non seulement « sans démocratie » (en interdisant aux classes populaires le droit de s’organiser par elles-mêmes et pour elles-mêmes), mais en « abolissant » toute forme de vie politique. Le vide créé appelait l’Islam politique à le remplir. Le projet a alors épuisé son potentiel d’avancées en un temps bref – dix années de 1955 à 1965. L’essoufflement offrait à l’impérialisme, dirigé désormais par les États-Unis, l’occasion de briser le mouvement, en mobilisant à cet effet leur instrument militaire régional : Israël. La défaite de 1967 marque alors la fin de ce demi-siècle de flux. Le reflux est amorcé par Nasser lui-même, choisissant la voie des concessions à droite – (« l’infitah » – l’ouverture, entendre « à la mondialisation capitaliste ») plutôt que la radicalisation pour laquelle se battaient, entre autres, les étudiants (dont le mouvement occupe le devant de la scène en 1970, peu avant puis après la mort de Nasser). Sadate qui succède, accentue la portée de la dérive à droite et intègre les Frères musulmans dans son nouveau système autocratique. Moubarak poursuit dans la même voie.

La période de reflux qui suit (1967-2011) couvre à son tour presqu’un demi-siècle. L’Égypte, soumise aux exigences du libéralisme mondialisé et aux stratégies des Etats-Unis, a cessé d’exister comme acteur actif régional et international. Dans la région, les alliés majeurs des Etats-Unis – l’Arabie saoudite et Israël – occupent le devant de la scène. Israël peut alors s’engager dans la voie de l’expansion de sa colonisation de la Palestine occupée, avec la complicité tacite de l’Égypte et des pays du Golfe.

L’Égypte de Nasser avait mis en place un système économique et social critiquable mais cohérent. Nasser avait fait le pari de l’industrialisation pour sortir de la spécialisation internationale coloniale qui cantonnait le pays à l’exportation de coton. Ce système a assuré une répartition des revenus favorable aux classes moyennes en expansion, sans appauvrissement des classes populaires. Sadate et Moubarak ont œuvré au démantèlement du système productif égyptien, auquel ils ont substitué un système totalement incohérent, exclusivement fondé sur la recherche de la rentabilité d’entreprises qui ne sont pour la plupart que des sous-traitants du capital des monopoles impérialistes. Les taux de croissance égyptiens, prétendument élevés, qu’exalte depuis trente ans la Banque mondiale, n’ont aucune signification. La croissance égyptienne est vulnérable à l’extrême. Cette croissance, par ailleurs, s’est accompagnée d’une incroyable montée des inégalités et du chômage qui frappe une majorité de jeunes. Cette situation était explosive ; elle a explosé.

L’apparente « stabilité du régime » que Washington vantait reposait sur une machine policière monstrueuse (1 200 000 hommes contre 500 000 seulement pour l’armée), qui se livrait à des abus criminels quotidiens. Les puissances impérialistes prétendaient que ce régime « protégeait » l’Égypte de l’alternative islamiste. Or, il ne s’agit là que d’un mensonge grossier. En fait, le régime avait parfaitement intégré l’Islam politique réactionnaire (le modèle wahabite du Golfe) dans son système de pouvoir, en lui concédant la gestion de l’éducation, de la justice et des médias majeurs (la télévision en particulier). Le seul discours autorisé était celui des mosquées confiées aux Salafistes, leur permettant de surcroît de faire semblant de constituer « l’opposition ». La duplicité cynique du discours de l’establishment des États-Unis (et sur ce plan Obama n’est pas différent de Bush) sert parfaitement ses objectifs. Le soutien de fait à l’Islam politique annihile les capacités de la société à faire face aux défis du monde moderne (il est à l’origine du déclin catastrophique de l’éducation et de la recherche), tandis que la dénonciation occasionnelle des « abus » dont il est responsable (assassinats de Coptes, par exemple) sert à légitimer les interventions militaires de Washington engagé dans la soit disant « guerre contre le terrorisme ». Le régime pouvait paraître « tolérable » tant que fonctionnait la soupape de sécurité que représentait l’émigration en masse des pauvres et des classes moyennes vers les pays pétroliers. L’épuisement de ce système (la substitution d’immigrés asiatiques à ceux en provenance des pays arabes) a entraîné la renaissance des résistances. Les grèves ouvrières de 2007 – les plus fortes du continent africain depuis 50 ans – la résistance obstinée des petits paysans menacés d’expropriation par le capitalisme agraire, la formation de cercles de protestation démocratique dans les classes moyennes (les mouvements Kefaya et du 6 avril) annonçaient l’inévitable explosion - attendue en Égypte, même si elle a surpris les « observateurs étrangers ». Nous sommes donc entrés dans une phase nouvelle de flux des luttes d’émancipation dont il nous faut alors analyser les directions et les chances de développement.

Les composantes du mouvement démocratique

La « révolution égyptienne » en cours illustre la possibilité de la fin annoncée du système « néolibéral », remis en cause dans toutes ses dimensions politiques, économiques et sociales. Ce mouvement gigantesque du peuple égyptien associe trois composantes actives : les jeunes « re-politisés » par leur propre volonté et dans des formes « modernes » qu’ils ont inventées, les forces de la gauche radicale, celles rassemblées par les classes moyennes démocrates.

Les jeunes (environ un million de militants) ont été le fer de lance du mouvement. Ils ont été immédiatement rejoints par la gauche radicale et les classes moyennes démocrates. Les Frères musulmans dont les dirigeants avaient appelé à boycotter les manifestations pendant les quatre premiers jours (persuadés que celles-ci seraient mises en déroute par la répression) n’ont accepté le mouvement que tardivement, lorsque l’appel, entendu par l’ensemble du peuple égyptien, a produit des mobilisations gigantesques de 15 millions de manifestants.

Les jeunes et la gauche radicale poursuivent trois objectifs communs : la restauration de la démocratie (la fin du régime militaire et policier), la mise en œuvre d’une nouvelle politique économique et sociale favorable aux classes populaires (la rupture avec la soumission aux exigences du libéralisme mondialisé), et celle d’une politique internationale indépendante (la rupture avec la soumission aux exigences de l’hégémonie des États-Unis et du déploiement de son contrôle militaire sur la planète). La révolution démocratique à laquelle ils appellent est une révolution démocratique anti-impérialiste et sociale. Bien que le mouvement des jeunes reste diversifié dans sa composition sociale et ses expressions politiques et idéologiques, il se situe dans l’ensemble « à gauche ». Les manifestations de sympathie spontanées et fortes avec la gauche radicale en sont le témoignage.

Les classes moyennes se rassemblent dans l’ensemble autour du seul objectif démocratique, sans nécessairement remettre intégralement en cause le « marché » (tel qu’il est) et l’alignement international de l’Égypte. On ne doit pas ignorer le rôle d’un groupe de blogueurs qui participent – consciemment ou pas – à un véritable complot organisé par la CIA. Ses animateurs sont généralement des jeunes issus des classes aisées, américanisés à l’extrême, qui se posent néanmoins en « contestataires » des dictatures en place. Le thème de la démocratie, dans la version que sa manipulation par Washington impose, domine leurs interventions sur le « net ». Ils participent de ce fait à la chaîne des acteurs des contrerévolutions orchestrées par Washington, déguisées en « révolutions démocratiques » sur le modèle « des révolutions colorées » de l’Europe de l’Est. Mais on aurait tort de conclure que ce complot est à l’origine des révoltes populaires. La CIA tente néanmoins de renverser le sens du mouvement, d’éloigner les militants de leurs objectifs de transformation sociale progressiste et de les dévoyer sur d’autres terrains. Les chances de succès du complot deviennent sérieuses si le mouvement échoue dans la construction de la convergence de ses diverses composantes, à identifier des objectifs stratégiques communs et à inventer des formes d’organisation et d’action efficaces. On connaît des exemples de cet échec, aux Philippines et en Indonésie par exemple. Il est intéressant de noter à ce propos que nos blogueurs, qui s’expriment en anglais plutôt qu’en arabe ( !), partis dans la défense de la « démocratie » - à l’américaine- développent souvent, en Egypte, des arguments destinés à légitimer les Frères Musulmans.

L’appel à la manifestation formulé par les trois composantes actives du mouvement a été rapidement entendu par l’ensemble du peuple égyptien. La répression, d’une violence extrême les premiers jours (plus d’un millier de morts) n’a pas découragé ces jeunes et leurs alliés (qui, à aucun moment, n’ont appelé à leur secours les puissances occidentales comme on a pu le voir ailleurs). Leur courage a été l’élément décisif qui a entraîné dans la protestation à travers tous les quartiers des grandes et des petites villes, voire de villages, une quinzaine de millions de manifestants pendant des jours et des jours (et parfois des nuits). Ce succès politique foudroyant a produit ses effets : la peur a changé de camp ; Hilary Clinton et Obama ont découvert alors qu’il leur fallait lâcher Moubarak qu’ils avaient soutenu jusqu’alors, tandis que les dirigeants de l’armée sortaient du silence, refusaient de participer à la relève de la répression – sauvegardant ainsi leur image – et finalement déposaient Moubarak et quelque uns de ses suppôts majeurs.

La généralisation du mouvement à l’ensemble du peuple égyptien constitue par elle-même un défi positif. Car ce peuple est, comme tous les autres, loin de constituer un « bloc homogène ». Certains des segments qui le composent renforcent incontestablement la perspective d’une radicalisation possible. L’entrée dans la bataille de la classe ouvrière (environ 5 millions de travailleurs) peut être décisive. Les travailleurs en lutte (à travers de nombreuses grèves) ont fait progresser des formes d’organisation amorcées depuis 2007. On compte désormais plus d’une cinquantaine de syndicats indépendants. La résistance opiniâtre des petits paysans aux expropriations rendues possibles par l’annulation de la réforme agraire (les Frères musulmans ont voté au parlement pour ces lois scélérates, sous prétexte que la propriété privée serait « sacrée » dans l’Islam et que la réforme agraire était inspirée par le diable communiste !) participe également de la radicalisation possible du mouvement. Il reste qu’une masse gigantesque de « pauvres » ont participé activement aux manifestations de février 2011 et se retrouvent souvent dans des comités populaires constitués dans les quartiers pour « défendre la révolution ». Ces « pauvres » peuvent donner l’impression (par les barbes, les voiles, les accoutrements vestimentaires) que le pays profond est « islamique », voire mobilisé par les Frères musulmans. En fait, leur entrée en scène s’est imposée à la direction de l’organisation. La course est donc engagée : qui des Frères et de leurs associés islamistes (les Salafistes) ou de l’alliance démocratique parviendra à formuler des alliances efficaces avec les masses désorientées, voire à les « encadrer » (terme que je récuse) ?

Des avancées non négligeables dans la construction du front uni des forces démocratiques et des travailleurs sont en cours en Egypte. Cinq partis d’orientation socialiste (le Parti Socialiste égyptien, l’Alliance populaire démocratique –une majorité sortie de l’ancien parti du Tagammu, le Parti démocratique des travailleurs, le Parti des Socialistes révolutionnaires –trotskiste, et le Parti Communiste égyptien –qui avait été une composante du Tagammu) ont constitué en avril 2011 une Alliance des forces socialistes, et se sont engagés à poursuivre, à travers elle, leurs luttes en commun. Parallèlement un Conseil National (Maglis Watany) à été constitué par toutes les forces politiques et sociales acteurs du mouvement (les partis à orientation socialiste, les partis démocratiques divers, les syndicats indépendants, les organisations paysannes, les réseaux de jeunes, de nombreuses associations sociales). Les Frères Musulmans et les partis de droite ont refusé de participer à ce Conseil, réaffirmant ainsi ce qu’on sait : leur opposition à la poursuite du mouvement. Le Conseil rassemble environ 150 membres.

Face au mouvement démocratique : le bloc réactionnaire

Tout comme dans la période de flux des luttes du passé, le mouvement démocratique anti-impérialiste et social se heurte en Égypte à un bloc réactionnaire puissant. Ce bloc peut être identifié dans les termes de ses composantes sociales (de classes, évidemment) mais il doit l’être tout également dans ceux qui définissent ses moyens d’intervention politique et des discours idéologiques au service de celle-ci.

En termes sociaux, le bloc réactionnaire est dirigé par la bourgeoisie égyptienne considérée dans son ensemble. Les formes d’accumulation dépendante à l’œuvre au cours des 40 dernières années ont produit l’émergence d’une bourgeoisie riche, bénéficiaire exclusive de l’inégalité scandaleuse qui a accompagné ce modèle « libéral-mondialisé ». Il s’agit de dizaines de milliers non pas « d’entrepreneurs inventifs » - comme le discours de la Banque mondiale les présente – mais de millionnaires et de milliardaires qui tous doivent leur fortune à leur collusion avec l’appareil politique (la « corruption » est une composante organique de ce système). Cette bourgeoisie est compradore (dans la langue politique courante en Égypte le peuple les qualifie de « parasites corrompus »). Elle constitue le soutien actif de l’insertion de l’Égypte dans la mondialisation impérialiste contemporaine, l’allié inconditionnel des États-Unis. Cette bourgeoisie compte dans ses rangs de nombreux généraux de l’armée et de la police, de « civils » associés à l’État et au parti dominant (« National démocratique ») créé par Sadate et Moubarak, de religieux (la totalité des dirigeants des Frères musulmans et des cheikhs majeurs de l’Azhar, sont tous des « milliardaires »). Certes, il existe encore une bourgeoisie de petits et moyens entrepreneurs actifs. Mais ceux-là sont les victimes du système de racket mis en place par la bourgeoisie compradore, réduits le plus souvent au statut de sous-traitants dominés par les monopoles locaux, eux-mêmes courroies de transmission des monopoles étrangers. Dans le domaine de la construction, cette situation est presque généralisée : les « gros » raflent les marchés puis les sous-traitent avec les « petits ». Cette bourgeoisie d’entrepreneurs authentiques sympathise avec le mouvement démocratique.

Le versant rural du bloc réactionnaire n’est pas moins important. Il s’est constitué de paysans riches qui ont été les bénéficiaires majeurs de la réforme agraire nassérienne, se substituant à l’ancienne classe des grands propriétaires. Les coopératives agricoles mises en place par le régime nassérien associaient les petits paysans et les paysans riches et de ce fait fonctionnaient principalement au bénéfice des riches. Mais le régime avait pris des précautions pour limiter les agressions possibles contre les petits paysans. Ces précautions ayant été abandonnées par Sadate et Moubarak, sur la recommandation de la Banque mondiale, la paysannerie riche s’emploie maintenant à accélérer l’élimination de la petite paysannerie. Les paysans riches ont toujours constitué dans l’Égypte moderne une classe réactionnaire et ils le sont plus que jamais. Ils sont également le soutien majeur de l’Islam conservateur dans les campagnes et, par leurs rapports étroits (souvent de parenté) avec les représentants des appareils d’État et de la religion (l’Azhar est en Égypte l’équivalent d’une Église musulmane organisée) dominent la vie sociale rurale. De surcroît une bonne partie des classes moyennes urbaines (en particulier les officiers de l’armée et de la police, mais également les technocrates et les professions libérales) sont sorties directement de la paysannerie riche.

Ce bloc social réactionnaire dispose d’instruments politiques à son service : l’armée et la police, les institutions de l’État, le parti politique privilégié (une sorte de parti unique de fait) – le Parti national démocratique créé par Sadate –, l’appareil religieux (l’Azhar), les courants de l’Islam politique (les Frères musulmans et les Salafistes). L’aide militaire octroyée par les États-Unis à l’armée égyptienne (1,5 milliard de dollars annuels) n’a jamais été destinée à renforcer la capacité de défense du pays mais au contraire à en annihiler le danger par la corruption systématique, non pas connue et tolérée, mais soutenue positivement, avec cynisme. Cette « aide » a permis aux plus hauts officiers de s’approprier des segments importants de l’économie compradore égyptienne, au point qu’on parle en Égypte de « la société anonyme / armée » (Sharika al geish). Le commandement de l’armée qui a pris la responsabilité de « diriger » la période de transition, n’est de ce fait pas « neutre » bien qu’il ait pris la précaution de paraître l’être en se dissociant de la répression. Le gouvernement « civil » à ses ordres (dont les membres ont été nommés par le haut commandement) composé en partie d’hommes de l’ancien régime, choisis néanmoins parmi les personnalités les moins visibles de celui-ci, a pris une série de mesures parfaitement réactionnaires destinées à freiner la radicalisation du mouvement. Parmi ces mesures une loi scélérate antigrève (sous prétexte de remettre en route l’économie du pays), une loi imposant des restrictions sévères à la constitution des partis politiques qui vise à ne permettre la possibilité d’entrer dans le jeu électoral qu’aux courants de l’Islam politique (les Frères musulmans en particulier) déjà bien organisés grâce au soutien systématique du régime ancien. Et cependant, en dépit de tout cela, l’attitude de l’armée demeure en dernier ressort imprévisible. Car en dépit de la corruption de ses cadres (les soldats sont des conscrits mais les officiers sont des professionnels) le sentiment nationaliste n’est pas toujours absent chez tous. De surcroît l’armée souffre d’avoir pratiquement été écartée du pouvoir au profit de la police. Dans ces circonstances, et parce que le mouvement a exprimé avec force sa volonté d’écarter l’armée de la direction politique du pays, il est probable que le haut commandement envisagera pour l’avenir de rester dans les coulisses, renonçant à présenter ses hommes dans les élections à venir.

Si, évidemment, l’appareil policier demeure intact (aucune poursuite n’est envisagée contre ses responsables) comme l’ensemble de l’appareil d’État (les nouveaux gouverneurs sont tous des anciens du régime), le Parti national démocratique a par contre disparu dans la tourmente et sa dissolution prononcée par la justice. Néanmoins faisons confiance à la bourgeoisie égyptienne, elle saura faire renaître son parti sous des appellations nouvelles diverses.

L’Islam politique

Les Frères musulmans constituent la seule force politique dont le régime avait non seulement toléré l’existence, mais dont il avait soutenu activement l’épanouissement. Sadate et Moubarak leur avaient confié la gestion de trois institutions fondamentales : l’éducation, la justice et la télévision. Les Frères musulmans n’ont jamais été et ne peuvent pas être « modérés », encore moins « démocratiques ». Leur chef - le mourchid (traduction arabe de « guide » - Führer) est autoproclamé et l’organisation repose sur le principe de la discipline et de l’exécution des ordres des chefs, sans discussions d’aucune sorte. La direction est constituée exclusivement d’hommes immensément riches (grâce, entre autre, au soutien financier de l’Arabie Saoudite, c’est-à-dire de Washington), l’encadrement par des hommes issus des fractions obscurantistes des classes moyennes, la base par des gens du peuple recrutés par les services sociaux de charité offerts par la confrérie (et financés toujours par l’Arabie Saoudite), tandis que la force de frappe est constituée par les milices (les baltaguis) recrutés dans le lumpen.

Les Frères musulmans sont acquis à un système économique basé sur le marché et totalement dépendant de l’extérieur. Ils sont en fait une composante de la bourgeoisie compradore. Ils ont d’ailleurs pris position contre les grandes grèves de la classe ouvrière et les luttes des paysans pour conserver la propriété de leur terre. Les Frères musulmans ne sont donc « modérés » que dans le double sens où ils ont toujours refusé de formuler un programme économique et social quelconque et que, de fait, il ne remettent pas en cause les politiques néo-libérales réactionnaires, et qu’ils acceptent de facto la soumission aux exigences du déploiement du contrôle des États-Unis dans le monde et dans la région. Ils sont donc des alliés utiles pour Washington (y-a-t-il un meilleur allié des États-Unis que l’Arabie Saoudite, patron des Frères ?) qui leur a décerné un « certificat de démocratie » !

Mais les États-Unis ne peuvent avouer que leur stratégie vise à mettre en place des régimes « islamiques » dans la région. Ils ont besoin de faire comme si « cela leur faisait peur ». Par ce moyen, ils légitiment leur « guerre permanente au terrorisme », qui poursuit en réalité d’autres objectifs : le contrôle militaire de la planète destiné à réserver aux États-Unis-Europe-Japon l’accès exclusif aux ressources. Avantage supplémentaire de cette duplicité : elle permet de mobiliser « l’islamophobie » des opinions publiques. L’Europe, comme on le sait, n’a pas de stratégie particulière à l’égard de la région et se contente de s’aligner au jour le jour sur les décisions de Washington. Il est plus que jamais nécessaire de faire apparaître clairement cette véritable duplicité de la stratégie des États-Unis, dont les opinions publiques – manipulées avec efficacité – sont dupes. Les États-Unis, (et derrière eux l’Europe) craignent plus que tout une Égypte réellement démocratique qui, certainement, remettrait en cause son alignement sur le libéralisme économique et la stratégie agressive des États-Unis et de l’OTAN. Ils feront tout pour que l’Égypte ne soit pas démocratique et, à cette fin, soutiendront, par tous les moyens, mais avec hypocrisie, la fausse alternative Frères musulmans qui ont montré n’être qu’en minorité dans le mouvement du peuple égyptien pour un changement réel.

La collusion entre les puissances impérialistes et l’Islam politique n’est d’ailleurs ni nouvelle, ni particulière à l’Égypte. Les Frères musulmans, depuis leur création en 1927 jusqu’à ce jour, ont toujours été un allié utile pour l’impérialisme et le bloc réactionnaire local. Ils ont toujours été un ennemi féroce des mouvements démocratiques en Égypte. Et les multimilliardaires qui assurent aujourd’hui la direction de la Confrérie ne sont pas destinés à se rallier à la cause démocratique ! L’Islam politique est tout également l’allié stratégique des États-Unis et de leurs partenaires subalternes de l’OTAN à travers le monde musulman. Washington a armé et financé les Talibans, qualifiés de « héros de la liberté » (« Freedom Fighters ») dans leur guerre contre le régime national populaire dit « communiste » (avant et après l’intervention soviétique). Lorsque les Talibans ont fermé les écoles de filles créées par les « communistes », il s’est trouvé des « démocrates » et même des « féministes » pour prétendre qu’il fallait « respecter les traditions » !

En Égypte, les Frères musulmans sont désormais épaulés par le courant salafiste (« traditionaliste »), tout également largement financé par les pays du Golfe. Les Salafistes s’affirment extrémistes (wahabites convaincus, intolérants à l’égard de tout autre interprétation de l’Islam) et sont à l’origine des meurtres systématiques perpétrés contre les Coptes. Des opérations difficiles à imaginer sans le soutien tacite (et parfois davantage de complicité) de l’appareil d’État, en particulier de la Justice, largement confiée aux Frères musulmans. Cette étrange division du travail permet aux Frères musulmans de paraître modérés ; ce que Washington feint de croire. Il y a néanmoins des luttes violentes en perspective au sein des courants religieux islamistes en Égypte. Car l’Islam égyptien historique dominant est « soufi » dont les confréries rassemblent aujourd’hui 15 millions de fidèles. Islam ouvert, tolérant, insistant sur la conviction individuelle plutôt que sur la pratique des rites (« il y a autant de voies vers Dieu que d’individus » disent-ils), le soufisme égyptien a toujours été tenu en suspicion par les pouvoirs d’État, lesquels, néanmoins, maniant la carotte et le bâton, se gardaient d’entrer en guerre ouverte contre lui. L’Islam wahabite du Golfe se situe à ses antipodes : il est archaïque, ritualiste, conformiste, ennemi déclaré de toute interprétation autre que la sienne, laquelle n’est que répétitive des textes, ennemie de tout esprit critique – assimilé au Diable. L’Islam wahabite a déclaré la guerre au soufisme qu’il veut « extirper » et compte sur l’appui des autorités du pouvoir pour y parvenir. En réaction, les soufistes d’aujourd’hui sont laïcisants, sinon laïques ; ils appellent à la séparation entre la religion et la politique (le pouvoir d’État et celui des autorités religieuses reconnues par lui, l’Azhar). Les soufistes sont des alliés du mouvement démocratique. L’introduction de l’Islam wahabite en Égypte a été amorcée par Rachid Reda dans les années 1920 et repris par les Frères musulmans dès 1927. Mais il n’a pris toute sa vigueur qu’après la seconde guerre mondiale lorsque la rente pétrolière des pays du Golfe, soutenus par les États-Unis en conflit avec la vague de libération nationale populaire des années 1960, a permis d’en démultiplier les moyens financiers.

La stratégie des États-Unis : le modèle pakistanais

Les trois puissances qui ont dominé la scène moyen-orientale au cours de toute la période de reflux (1967-2011) sont les États-Unis, patron du système, l’Arabie Saoudite et Israël. Il s’agit là de trois alliés intimes. Ils partagent tous les trois la même hantise de l’émergence d’une Égypte démocratique. Car celle-ci ne pourrait être qu’anti-impérialiste et sociale, prendrait ses distances à l’égard du libéralisme mondialisé, condamnerait l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe à l’insignifiance, réanimerait la solidarité des peuples arabes et imposerait la reconnaissance de l’État palestinien par Israël.

L’Égypte est une pièce angulaire dans la stratégie états-unienne de contrôle de la Planète. L’objectif exclusif de Washington et de ses alliés Israël et l’Arabie Séoudite est de faire avorter le mouvement démocratique en Égypte et, à cette fin, veulent impose un « régime islamique » dirigé par les Frères Musulmans, qui est le seul moyen pour eux de perpétuer la soumission de l’Égypte. Le « discours démocratique » d’Obama n’est là que pour tromper les opinions naïves, celles des États-Unis et de l’Europe en premier lieu.

On parle beaucoup, pour donner une légitimité à un gouvernement des Frères musulmans (« ralliés à la démocratie ! »), de l’exemple turc. Mais il ne s’agit là encore que de poudre aux yeux. Car l’armée turque, qui reste présente dans les coulisses, bien que certainement non démocratique et de surcroit un allié fidèle de l’OTAN, reste la garantie de la « laïcité » en Turquie. Le projet de Washington, ouvertement exprimé par Hilary Clinton, Obama et les think tanks à leur service, s’inspire du modèle pakistanais : l’armée (« islamique ») dans les coulisses, le gouvernement (« civil ») assumé par un (ou des) parti islamique « élu ». Évidemment, dans cette hypothèse, le gouvernement « islamique » égyptien serait récompensé pour sa soumission sur l’essentiel (la non remise en cause du libéralisme et des soit disant « traités de paix » qui permettent à Israël la poursuite de sa politique d’expansion territoriale) et pourrait poursuivre, en compensation démagogique, la mise en œuvre de ses projets « d’islamisation de l’État et de la politique », et les assassinats des Coptes ! Belle démocratie que celle conçue à Washington pour l’Égypte. L’Arabie Séoudite soutient évidemment avec tous ses moyens (financiers) la mise en œuvre de ce projet. Car Ryad sait parfaitement que son hégémonie régionale (dans le monde arabe et musulman) exige la réduction de l’Égypte à l’insignifiance. Et le moyen est « l’islamisation de l’État et de la politique » ; en fait, une islamisation à la wahabite, avec tous ses effets – entre autres celui de dévoiements fanatiques à l’égard des Coptes et d’une négation des droits à l’égalité des femmes.

Cette forme d’islamisation est-elle possible ? Peut être, mais au prix de violences extrêmes. La bataille est conduite sur l’article 2 de la constitution du régime déchu. Cet article qui stipule que « la sharia est la source du droit », est une nouveauté dans l’histoire politique de l’Égypte. Ni la constitution de 1923, ni celle de Nasser ne l’avaient imaginé. C’est Sadate qui l’a introduit dans sa nouvelle constitution, avec le soutien triple de Washington (« respecter les traditions » !), de Ryad (« le Coran tient lieu de Constitution ») et de Jérusalem (« l’État d’Israël est un État juif »).

Le projet des Frères Musulmans demeure la mise en place d’un Etat théocratique, comme en témoigne leur attachement à l’article 2 de la Constitution de Sadate/Moubarak. De surcroît le programme le plus récent de l’organisation renforce encore cette vision passéiste par la proposition de mise en place d’un « Conseil des Ulémas » chargé de veiller à la conformité de toute proposition de loi aux exigences de la Sharia. Ce conseil constitutionnel religieux, est l’analogue de celui qui, en Iran, contrôle le « pouvoir élu ». Le régime est alors celui d’un super parti religieux unique et tous les partis qui se revendiqueraient de la laïcité deviennent « illégaux ». Leurs partisans, comme les non Musulmans (les Coptes), sont, de ce fait, exclus de la vie politique. En dépit de tout cela les pouvoirs à Washington et en Europe font comme si on pouvait prendre au sérieux la récente déclaration des Frères « renonçant » au projet théocratique (sans modifier leur programme !), une déclaration opportuniste mensongère de plus. Les experts de la CIA ne savent-ils donc pas lire l’arabe ? La conclusion s’impose : Washington préfère le pouvoir de Frères, qui leur garantit le maintien de l’Egypte dans leur giron et celui de la mondialisation libérale, à celui de démocrates qui risqueraient fort de remettre en question le statut subalterne de l’Egypte. Le Parti de la Justice et de la Liberté, créé récemment et inspiré visiblement du modèle turc, n’est guère qu’un instrument des Frères. Les Coptes y seraient admis ( !), ce qui signifie qu’ils sont invités à accepter l’Etat musulman théocratique consacré par le programme des Frères, s’ils veulent avoir le droit de « participer » à la vie politique de leur pays. Passés à l’offensive, les Frères Musulmans créent des « syndicats », des « organisations paysannes » et une kyrielle de « partis politiques » revêtant des noms divers, dont le seul objectif est de diviser les fronts unis ouvriers, paysans et démocratiques en voie de construction, au bénéfice, bien entendu, du bloc contrerévolutionnaire.

Le mouvement démocratique égyptien sera-t-il capable d’abroger cet article dans la nouvelle constitution à venir ? On ne peut répondre à cette question que par un retour sur un examen des débats politiques, idéologiques et culturels qui se sont déployés dans l’histoire de l’Égypte moderne.

On constate en effet que les périodes de flux sont caractérisées par une diversité d’opinions ouvertement exprimées qui relèguent la « religion » (toujours présente dans la société) à l’arrière-plan. Il en fut ainsi pendant les deux tiers du XIXe siècle (de Mohamed Ali au Khédive Ismaïl). Les thèmes de la modernisation (dans une forme de despotisme éclairé plutôt que démocratique) dominent alors la scène. Il en fut de même de 1920 à 1970 : l’affrontement est ouvert entre les « démocrates bourgeois » et les « communistes » qui occupent largement le devant de la scène jusqu’au nassérisme. Celui-ci abolit ce débat pour lui substituer un discours populiste pan arabe, mais simultanément « modernisant ». Les contradictions de ce système ouvrent la voie au retour de l’Islam politique. On constate, en contrepoint, que dans les phases de reflux la diversité d’opinions s’efface, laissant la place au passéisme prétendu islamique, qui s’octroie le monopole du discours autorisé par le pouvoir. De 1880 à 1920 les Britanniques ont construit cette dérive, entre autre par la condamnation à l’exil (en Nubie, pour l’essentiel) de tous les penseurs et acteurs modernistes égyptiens formés depuis Mohamed Ali. Mais on remarquera aussi que « l’opposition » à cette occupation britannique se range également dans cette conception passéiste. La Nahda (inaugurée par Afghani et poursuivie par Mohamed Abdou) s’inscrit dans cette dérive, associée à l’illusion ottomaniste défendue par le nouveau Parti Nationaliste de Moutapha Kemal et Mohammad Farid. Que cette dérive ait conduit vers la fin de l’époque aux écrits ultra-réactionnaires de Rachid Reda, repris par Hassan el Banna, fondateur des Frères musulmans, ne devrait pas surprendre.

Il en est de même encore dans la période de reflux des années 1970-2010.Le discours officiel du pouvoir (de Sadate et de Moubarak), parfaitement islamiste (la preuve : l’introduction de la Sharia dans la constitution et la délégation de pouvoirs essentiels aux Frères musulmans), est également celui de la fausse opposition, la seule tolérée, celle du discours des mosquées. L’article 2 peut paraître de ce fait, bien solidement ancré dans la « conviction » générale (la « rue » comme on se plaît à dire, par imitation du discours étatsunien). On ne saurait sous-estimer les effets dévastateurs de la dépolitisation mise en œuvre systématiquement pendant les périodes de reflux. La pente n’est jamais facile à remonter. Mais cela n’est pas impossible. Les débats en cours en Égypte sont axés – explicitement ou implicitement – sur cette question de la prétendue dimension « culturelle » du défi (en l’occurrence islamique). Indicateurs positifs : il a suffi de quelques semaines de débats libres imposés dans les faits pour voir le slogan « l’islam est la solution » disparaître dans toutes les manifestations au bénéfice de revendications précises sur le terrain de la transformation concrète de la société (liberté d’opinion, de formation des partis, syndicats et autres organisations sociales, salaires et droits du travail, accès à la terre, école et santé, rejet des privatisations et appel aux nationalisations etc.) Signe qui ne trompe pas : aux élections des étudiants, l’écrasante majorité (80%) des voix données aux Frères musulmans il y a cinq ans (lorsque seul ce discours était accepté comme prétendue opposition) a fait suite à une chute des Frères dans les élections d’avril à 20% ! Mais l’adversaire sait également organiser la riposte au « danger démocratique ». Les modifications insignifiantes de la constitution (toujours en vigueur !) proposées par un comité constitué exclusivement d’islamistes choisis par le conseil suprême (l’armée) et adoptées à la hâte en avril par referendum (23% de « non », mais une majorité de « oui », forcée par les fraudes et un chantage massif des mosquées) ne concernent évidemment pas l’article 2. Des élections présidentielles et législatives sont prévues pour septembre / octobre 2011. Le mouvement démocratique se bat pour une « transition démocratique » plus longue, de manière à permettre à ses discours d’atteindre véritablement les masses désemparées. Mais Obama a choisi dès les premiers jours de l’insurrection : une transition brève, ordonnée (c’est à dire sans remise en cause des appareils du régime) et des élections (donnant une victoire souhaitée aux Islamistes). Les « élections » comme on le sait, en Égypte comme ailleurs dans le monde, ne sont pas le meilleur moyen d’asseoir la démocratie, mais souvent celui de mettre un terme à la dynamique des avancées démocratiques.

Un dernier mot concernant la « corruption ». Le discours dominant du « régime de transition » place l’accent sur sa dénonciation, associée de menaces de poursuites judiciaires (on verra ce qu’il en sera dans les faits). Ce discours est certainement bien reçu, en particulier par la fraction sans doute majeure de l’opinion naïve. Mais on se garde d’en analyser les raisons profondes et de faire comprendre que la « corruption » (présentée comme une déviance morale, façon discours moralisant étatsunien) est une composante organique nécessaire à la formation de la bourgeoisie. Non seulement dans le cas de l’Égypte et dans les pays du Sud en général, s’agissant de la formation d’une bourgeoisie compradore dont l’association aux pouvoirs d’État constitue le seul moyen pour son émergence. Je soutiens qu’au stade du capitalisme des monopoles généralisés, la corruption est devenue un élément constitutif organique de la reproduction du modèle d’accumulation : le prélèvement de la rente des monopoles exige la complicité active de l’État. Le discours idéologique (« le virus libéral ») proclame « pas d’État » ; tandis que sa pratique est : « l’État au service des monopoles ».

La zone des tempêtes

Mao n’avait pas tort lorsqu’il affirmait que le capitalisme (réellement existant, c’est-à-dire impérialiste par nature) n’avait rien à offrir aux peuples des trois continents (la périphérie constituée par l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine – cette « minorité » qui rassemble 85% de la population de la planète !) et que donc le Sud constituait la « zone des tempêtes », c’est-à-dire des révoltes répétées, potentiellement (mais seulement potentiellement) porteuses d’avancées révolutionnaires en direction du dépassement socialiste du capitalisme.

Le « printemps arabe » s’inscrit dans cette réalité. Il s’agit de révoltes sociales potentiellement porteuses de la cristallisation d’alternatives, qui peuvent à long terme s’inscrire dans la perspective socialiste. C’est la raison pour laquelle le système capitaliste, le capital des monopoles dominants à l’échelle mondiale, ne peut tolérer le développement de ces mouvements. Il mobilisera tous les moyens de déstabilisation possibles, des pressions économiques et financières jusqu’à la menace militaire. Il soutiendra, selon les circonstances, soit les fausses alternatives fascistes ou fascisantes, soit la mise en place de dictatures militaires. Il ne faut pas croire un mot de ce que dit Obama. Obama, c’est Bush, mais avec un autre langage. Il y a là une duplicité permanente dans le langage des dirigeants de la triade impérialiste (États-Unis, Europe occidentale, Japon).

Je n’ai pas l’intention, dans cet article, d’examiner avec autant de précision chacun des mouvements en cours dans le monde arabe (Tunisie, Libye, Syrie, Yémen et autres). Car les composantes du mouvement sont différents d’un pays à l’autre, tout comme le sont les formes de leur intégration dans la mondialisation impérialiste et les structures des régimes en place.

La révolte tunisienne a donné le coup d’envoi et certainement fortement encouragé les Egyptiens. Par ailleurs le mouvement tunisien bénéficie d’un avantage certain : la semi laïcité introduite par Bourguiba ne pourra sans doute pas être remise en cause par les Islamistes rentrés de leur exil en Grande Bretagne. Mais simultanément le mouvement tunisien ne paraît pas être en mesure de remettre en question le modèle de développement extraverti inscrit dans la mondialisation capitaliste libérale.

La Libye n’est ni la Tunisie, ni l’Égypte. Le bloc au pouvoir (Khadafi) et les forces qui se battent contre lui n’ont rien d’analogues avec ce qu’ils sont en Tunisie et en Égypte. Khadafi n’a jamais été qu’un polichinelle dont le vide de la pensée trouve son reflet dans son fameux « Livre vert ». Opérant dans une société encore archaïque, Khadafi pouvait se permettre de tenir des discours successifs - sans grande portée réelle - « nationalistes et socialistes » puis se rallier le lendemain au « libéralisme ». Il l’a fait « pour faire plaisir aux Occidentaux » !, comme si le choix du libéralisme n’aurait pas d’effets dans la société. Or, il en a eu, et, très banalement, aggravé les difficultés sociales pour la majorité. Les conditions étaient alors créées qui ont donné l’explosion qu’on connaît, immédiatement mise à profit par l’Islam politique du pays et les régionalismes. Car la Libye n’a jamais vraiment existé comme nation. C’est une région géographique qui sépare le Maghreb et le Mashreq. La frontière entre les deux passe précisément au milieu de la Libye. La Cyrénaïque est historiquement grecque et hellénistique, puis est devenue mashréqine. La Tripolitaine, elle, a été latine et est devenue maghrébine. De ce fait, il y a toujours eu une base pour des régionalismes dans le pays. On ne sait pas réellement qui sont les membres du Conseil national de transition de Benghazi. Il y a peut-être des démocrates parmi eux, mais il y a certainement des islamistes, et les pires d’entre eux, et des régionalistes. Dès l’origine « le mouvement » a pris en Lybie la forme d’une révolte armée, faisant feu sur l’armée, et non celle d’une vague de manifestations civiles. Cette révolte armée a par ailleurs appelé immédiatement l’Otan à son secours. L’occasion était alors donnée pour une intervention militaire des puissances impérialistes. L’objectif poursuivi n’est certainement ni la « protection des civils », ni la « démocratie », mais le contrôle du pétrole et l’acquisition d’une base militaire majeure dans le pays. Certes, les compagnies occidentales contrôlaient déjà le pétrole libyen, depuis le ralliement de Khadafi au « libéralisme ». Mais avec Khadafi on n’est jamais sûr de rien. Et s’il retournait sa veste et introduisait demain dans son jeu les Chinois ou les Indiens ? Mais il y a plus grave. Khadafi avait dès 1969 exigé l’évacuation des bases britanniques et états-uniennes mises en place au lendemain de la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, les États-Unis ont besoin de transférer l’Africom (le commandement militaire des États-Unis pour l’Afrique, une pièce importante du dispositif du contrôle militaire de la planète, toujours localisé à Stuttgart !) en Afrique. Or l’Union Africaine refuse de l’accepter et jusqu’à ce jour aucun État africain n’a osé le faire. Un laquais mis en place à Tripoli (ou à Benghazi) souscrirait évidemment à toutes les exigences de Washington et de ses alliés subalternes de l’OTAN.

Les composantes de la révolte en Syrie n’ont jusqu’à présent pas fait connaître leurs programmes. Sans doute la dérive du régime baassiste, rallié au néo libéralisme et singulièrement passif face à l’occupation du Golan par Israël est-elle à l’origine de l’explosion populaire. Mais il ne faut pas exclure l’intervention de la CIA : on parle de groupes qui ont pénétré à Diraa en provenance de la Jordanie voisine. La mobilisation des Frères Musulmans, qui avaient été à l’origine il y a quelques années des insurrections de Hama et de Homs, n’est peut-être pas étrangère au complot de Washington, qui s’emploie à mettre un terme à l’alliance Syrie/Iran, essentielle au soutien de Hezbollah au Liban et de Hamas à Gaza.

Au Yemen l’unité s’était construite sur la défaite des forces progressistes qui avaient gouverné le Sud du pays. Le mouvement va-t-il rendre sa vitalité à ces forces ? Pour cette raison on comprend les hésitations de Washington et du Golfe.

A Bahrein la révolte a été tuée dans l’œuf par l’intervention de l’armée séoudienne et le massacre, sans que les médias dominants n’y aient trouvé à redire. Deux poids, deux mesures, comme toujours.

La « révolte arabe » ne constitue pas l’exemple unique, même si elle en est l’expression la plus récente, de la manifestation de l’instabilité inhérente à la « zone des tempêtes ».

Une première vague de « révolutions », si on les appelle ainsi, avait balayé certaines dictatures en Asie (les Philippines, l’Indonésie) et en Afrique (le Mali), qui avaient été mises en place par l’impérialisme et les blocs réactionnaires locaux. Mais ici les États-Unis et l’Europe étaient parvenus à faire avorter la dynamique de ces mouvements populaires, parfois gigantesques par les mobilisations qu’ils ont suscitées. Les États-Unis et l’Europe veulent répéter dans le monde arabe ce qui s’est passé au Mali, aux Philippines et en Indonésie : tout changer pour que rien ne change ! Là-bas, après que les mouvements populaires se sont débarrassés de leurs dictateurs, les puissances impérialistes se sont employées à ce que l’essentiel soit préservé par la mise en place de gouvernements alignés sur le néolibéralisme et les intérêts de leur politique étrangère. Il est intéressant de constater que dans les pays musulmans (Mali, Indonésie), l’Islam politique a été mobilisé à cet effet.

La vague des mouvements d’émancipation qui a balayé l’Amérique du Sud a par contre permis des avancées réelles dans les trois directions que représentent la démocratisation de l’État et de la société, l’adoption de postures anti-impérialistes conséquentes, l’engagement sur la voie de réformes sociales progressistes.

Le discours dominant des médias compare les « révoltes démocratiques » du tiers monde à celles qui ont mis un terme aux « socialismes » de l’Europe orientale à la suite de la chute du « mur de Berlin ». Il s’agit là d’une supercherie pure et simple. Car, quelles qu’aient été les raisons (compréhensibles) des révoltes en question, celles-ci s’inscrivaient dans la perspective de l’annexion de la région par les puissances impérialistes de l’Europe de l’Ouest (au bénéfice de l’Allemagne en premier lieu). En fait, réduits désormais au statut de « périphéries » de l’Europe capitaliste développée, les pays de l’Europe orientale connaîtront demain leur révolte authentique. Il y en a déjà les signes annonciateurs, dans l’ex-Yougoslavie en particulier.

Les révoltes, potentiellement porteuses d’avancées révolutionnaires, sont à prévoir partout ou presque dans les trois continents, qui demeurent, plus que jamais, la zone des tempêtes, démentant par là les discours sirupeux sur le « capitalisme éternel » et la stabilité, la paix, le progrès démocratique qu’on lui associe. Mais ces révoltes, pour devenir des avancées révolutionnaires, devront surmonter de nombreux obstacles : d’une part, surmonter les faiblesses du mouvement, construire des convergences positives entre ses composantes, concevoir et mettre en œuvre des stratégies efficaces, mais aussi d’autre part mettre en déroute les interventions (y compris militaires) de la triade impérialiste. Car toute intervention militaire des États-Unis et de l’OTAN dans les affaires des pays du Sud, sous quelque prétexte que ce soit fût-il d’apparence sympathique - comme l’intervention « humanitaire » - doit être proscrite. L’impérialisme ne veut ni le progrès social, ni la démocratie pour ces pays. Les laquais qu’il place au pouvoir quand il gagne la bataille resteront des ennemis de la démocratie. On ne peut que déplorer que la « gauche » européenne, même radicale, ait cessé de comprendre ce qu’est l’impérialisme.

Le discours dominant aujourd’hui appelle à la mise en œuvre d’un « droit international » qui autorise en principe l’intervention lorsque les droits fondamentaux d’un peuple sont bafoués. Mais les conditions ne sont pas réunies pour permettre d’avancer dans cette direction. La « communauté internationale » n’existe pas. Elle se résume à l’ambassadeur des États-Unis, suivi automatiquement par ceux de l’Europe. Faut-il faire la longue liste de ces interventions plus que malheureuses, criminelles dans leurs résultats (l’Irak, par exemple) ? Faut-il rappeler le principe « deux poids, deux mesures » qui les caractérise (on pensera évidemment aux droits bafoués des Palestiniens et au soutien inconditionnel à Israël, aux innombrables dictatures toujours soutenues en Afrique) ?

Le printemps des peuples du Sud et l’automne du capitalisme

Les « printemps » des peuples arabes, comme ceux que les peuples d’Amérique latine connaissent depuis deux décennies, que j’appelle la seconde vague de l’éveil des peuples du Sud – la première s’était déployée au 20 ième siècle jusqu’à la controffensive du capitalisme/impérialisme néo libéral – revêt des formes diverses allant des explosions dirigées contre les autocraties qui ont précisément accompagné le déploiement néo libéral à la remise en cause de l’ordre international par les « pays émergents ». Ces printemps coïncident donc avec « l’automne du capitalisme », le déclin du capitalisme des monopoles généralisés, mondialisés et financiarisés. Les mouvements partent, comme ceux du siècle précédent, de la reconquête de l’indépendance des peuples et des Etas des périphéries du système, reprenant l’initiative dans la transformation du monde. Ils sont donc avant tout des mouvements anti impérialistes et donc seulement potentiellement anti capitalistes. Si ces mouvements parviennent à converger avec l’autre réveil nécessaire, celui des travailleurs des centres impérialistes, une perspective authentiquement socialiste pourrait se dessiner à l’échelle de l’humanité entière. Mais cela n’est en aucune manière inscrit à l’avance comme une « nécessité de l’histoire ». Le déclin du capitalisme peut ouvrir la voie à la longue transition au socialisme comme il peut engager l’humanité sur la voie de la barbarie généralisée. Le projet de contrôle militaire de la planète par les forces armées des Etats Unis et de leurs alliés subalternes de l’Otan, toujours en cours, le déclin de la démocratie dans les pays du centre impérialiste, le refus passéiste de la démocratie dans les pays du Sud en révolte (qui prend la forme d’illusions para religieuses « fondamentalistes javascript:barre_raccourci(’’,’’,document.getElementById(’text_area’)) » que les Islam, Hindouisme et Bouddhisme politiques proposent) opèrent ensemble dans cette perspective abominable. La lutte pour la démocratisation laïque prend alors une dimension décisive dans le moment actuel qui oppose la perspective d’une émancipation des peuples à celle de la barbarie généralisée.

Le Caire et Paris, mai 2011

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:09

Le despotisme arabe comme mode de gouvernance est en crise, incapable qu'il est de prendre en charge la question sociale. Ce régime politique dont le modèle est  la monarchie Saoudienne, a été généralisé à compter des années 1980, suite au tournant ultra-libéral réalisé sous la tutelle des Etats Unis et des organisations qu'ils contrôlent (FMI, Banque Mondiale...). Même les "Etats républicains" arabes ont été accaparés par des familles  que tente la transmission héréditaire des rênes du pouvoir. En faisant de ce système politique archaïque la norme pour les arabes, les stratèges américains et leurs alliés cherchaient à protéger la mainmise occidentale sur les ressources pétrolières.

Les révoltes populaires en Afrique du Nord et au Moyen Orient mettent en échec ce mode de domination, mais l'administration américaine s'affaire à lui trouver un substitut qui sauvegarde ses intérêts stratégiques. Conscient de cet enjeu fondamental, l'économiste Egyptien Samir Amin a prévenu : l'organisation des Frères musulmans  sera probablement intégrée dans la nouvelle formule d'oppression que dessinent les maîtres du monde pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord. Aux démocrates, notamment  "de gauche", que fascine la capacité de mobilisation des Khouandjia et qui préconisent de s'allier à eux, je recommande cette étude de Husam Tammam et Patrick Haenni. Elle leur rappelle que le dogme islamiste ne saurait, sans nier son totalisme, s'accomoder d'une régulation démocratique du conflit social.

Bonne lecture.

Ramdane Hakem

===========================================================================================

Husam TAMMAM, Patrick HAENNI
Institut Religioscope - Etudes et analyses – N° 20 – Mai 2009 


« Vous voulez les misérables secourus, je veux la misère supprimée. »  Victor Hugo


Obnubilée par le rapport qu’entretient l’islamisme au politique et à l’État, la recherche s’est peu penchée sur la relation de l’islamisme à la question sociale. Le sens commun et les discours idéologiques ont par contre investi le thème, dénonçant « l’islamo-gauchisme » pour les uns ou se mobilisant, à l’autre bord, contre le « fascisme islamique ». Une sociologie à l’emporte-pièce et suridéologisée s’est mise en place, tout autant polarisée entre des assertions contraires. D’un côté, les thèses économistes (l’islamisme gagne du terrain, car il exprime les frustrations des déclassés sociaux et économiques), la (fausse) équation entre banlieue et islamisme et la rhétorique populiste de la révolution iranienne (l’islam comme mouvement de déshérités) accréditent plutôt une vision plébéienne de l’islamisme.

De l’autre, une frange de la gauche, arguant de la présence dominante de l’islamisme dans classes moyennes, réifie ces derniers en « représentants de la petite bourgeoisie locale apeurés par la révolution sociale » (1) ou, selon Gamal al-Banna, penseur syndicaliste et islamiste égyptien, en « mouvement bourgeois de pédagogie morale ne portant aucun intérêt aux luttes sociales ».

Où se situe donc, sur un axe de politique économique, le curseur islamiste ? On a pu croire que, s’il est historiquement fuyant, la crise devrait l’inciter à virer à gauche (2). Les multiples flirts entre la mouvance altermondialiste et les acteurs se référant à l’islam (3) témoigneraient de ce virage.

Une telle vision repose d’abord sur une confusion entre deux fronts (l’alchimie du flirt tient plus de la lutte anti-impérialiste que de la lutte de classe). Elle oublie avant tout le malaise, aux racines à la fois sociales et théologiques, de l’islamisme sunnite face à la question sociale qui rend, à ce jour, improbable tout scénario de virage à gauche de leur part.

La question sociale, cadeau retors de la crise à l’islamisme

Le cas des Frères musulmans en Égypte le montre bien : la question sociale, mise à l’agenda politique en raison de la crise économique sans précédent dans laquelle est plongé le pays, n’a pas dopé la capacité de mobilisation des Frères. Elle leur offre bien une nouvelle cause, mais celle-ci les met mal à l’aise.

Ce malaise a d’ailleurs de multiples ressorts où l’on trouve pêle-mêle : une certaine vision de classe (moyenne), une perception théologique du réel social (corporatiste), une politique de profil bas face au pouvoir (car protester c’est s’exposer, particulièrement pour les Frères), assise parfois sur un fantasme géostratégique (où la protestation sociale, susceptible de produire des troubles, devient suspecte de faire le jeu du chaos constructif souhaité par les Américains pour la réforme de la région).

Mais surtout, la question sociale, parce qu’elle impose l’idée d’un clivage entre dominants et dominés, c’est-à-dire d’une société divisée, heurte de front le grand idéal fondateur d’une communauté de croyants solidaire, unifiée et tendue tout entière et toutes classes confondues vers la défense de l’identité et la revendication de l’État islamique. Une mobilisation en force sur la question sociale reviendrait à pousser la confrérie hors de l’ivresse des grands slogans unificateurs, la contraignant à réagir à des demandes contradictoires et à se mettre en relation ostensible avec un réel social divisé et conflictuel.

Entre le rêve de l’unité et la défense des dominés, il y a donc bien une contradiction principielle. Du coup, les Frères musulmans tergiversent. Leur leadership se réfugie, quand il le peut, dans l’attentisme. Et, quand la chose n’est pas possible, les Frères se divisent entre une ligne « sociale » et une ligne plus libérale, voir néo-libérale, une ligne appuyant la protestation sociale, une autre s’y opposant, révélant que l’univers idéologique des Frères n’est pas étanche à des considérations – voire des intérêts – « de classe ».

Le positionnement à droite d’une certaine frange de l’islamisme...

Sur la vision économique et les éthos de classe de certains Frères musulmans

Ainsi, depuis la sortie du nassérisme, on constate que le leadership de la confrérie, bien que peu disert sur la question économique, a progressivement structuré une vision libérale, voire néo-libérale, dont on retiendra certains temps forts. Tout d’abord, la sortie du tout-à-l’État nassérien et les politiques d’ouverture économique (infitâh), de libéralisation des marchés et les plans d’ajustement structurels défendus par les successeurs du raïs, Anouar al-Sadate et Hosni Moubarak ont été soutenus par les Frères. Même si ceux-ci insistent sur le rôle social du capital, sur son devoir de charité et ont émis des réserves sérieuses sur les programmes de privatisations, celles-ci étaient plus d’ordre nationaliste (les Frères craignant un contrôle de l’industrie égyptienne par le capital étranger) et moral (la corruption accompagnant la mise en pratique de ces programmes) que motivées par des considérations sociales (les risques de précarisation de l’emploi).

En 1997, sur fond de révoltes paysannes, la confrérie a soutenu une contre-réforme agraire qui restituait les terres nationalisées par Gamal Abdel-Nasser à leurs anciens propriétaires. S’adossant sur le droit religieux à la propriété privée, et en dépit de la paupérisation de certaines franges des populations rurales, les Frères purent alors déclarer que grâce à cette mesure d’ajustement typique des recettes du FMI, l’on « revenait ainsi à la loi de Dieu » (4).

À noter en outre que les solutions FMI ne sont pas étrangères aux Frères, en particulier le dégraissage radical des bureaucraties d’État. Ainsi, Abdel-Hamid al- Ghazali, le conseiller économique des Frères musulmans affirmait qu’il faut « restructurer la main-d’œuvre gouvernementale pour se développer. Le gouvernement peut fonctionner avec le tiers de ses employés et se passer des deux autres. Ainsi, on peut réduire les dépenses publiques et garantir un nombre élevé de main-d’œuvre pour le secteur privé » (5).

Une position confirmée par les orientations de principe de la confrérie : lors du débat de 2006 sur la modification de la constitution, les Frères ont soutenu l’abrogation du texte faisant référence au caractère socialiste de l’État, et n’ont émis aucune objection aux amendements consacrant le revirement vers l’économie capitaliste de marché.

Deux cultures militantes : manifestation ouvrière en Égypte....

Et, en dépit de la paupérisation actuelle (près de 20% de la population en dessous du seuil de pauvreté (6), de la dégradation avant tout des classes déjà défavorisées et dans une société où « seule reste une classe appauvrie représentant la majorité du peuple et une élite liée à l’État », Mohamed Habib, le vice-secrétaire général, préfère viser l’étage supérieur et se propose, dans l’agencement de ses priorités, de « remettre en place la classe moyenne ». Un ancien Frère rappelle ainsi qu’une telle orientation a engendré une « rupture entre la confrérie et les classes pauvres » et déplore que, dans les slogans mis en avant par les Frères, rares sont ceux qui abordent la question sociale.

Pour comprendre ce positionnement à droite, il faut d’abord mettre au rancart cette vision de l’islamisme des Frères musulmans comme le porte-parole patenté des laissés-pour-compte de trente ans de libéralisme économique. La plèbe, non seulement les Frères n’en font pas partie (même si ses réseaux caritatifs ont une prise relative sur le petit peuple, la confrérie est peu implantée en termes de membres actifs, dans les quartiers pauvres et/ou ouvriers), mais en plus il existe à leur tête une classe d’affaire qui a largement bénéficié du libéralisme économique et qui pèse fortement sur leur vision socio-économique.

Le rapport des Frères au monde de l’entreprise a donc dès le départ été positif. Hassan al-Banna appela à la création de tout un tissu économique islamiste qui s’inscrivait dans le combat pour un capitalisme national indépendant, mais aussi dans la volonté d’encadrement d’une classe ouvrière mobilisée par des syndicats hostiles à la vision Frères. Des compagnies strictement Frères verront ainsi le jour dans les années 1940 comme la « Compagnie Frères de presse », la « Compagnie Arabe des Carrières et Mines », la « Compagnie Frères d’Imprimerie ».

C’est ensuite durant les années d’exil lors de la période de répression nassérienne qu’une véritable classe d’affaire Frère se structure dans les pays du Golfe alors en plein décollage économique. Des personnes comme Youssef Nada, Abdelazim Luqma, Helmi Abdel-Meguid ou Moustapha Mo’min portèrent ainsi l’étendard de la confrérie dans le champ économique, principalement dans les domaines de la construction et de l’import-export.

... et manifestation de Frères musulmans à Alexandrie.

Avec la fin du nassérisme et la double ouverture d’Anouar al-Sadate sur les Frères et sur l’économie de marché, le capital Frère revient en Égypte et investit massivement dans la construction et l’immobilier, la santé, l’éducation et les transports. Comme la confrérie reste interdite, le capital des Frères est construit par des personnes de l’organisation, mais en situation de forte indépendance vis-à-vis de la Confrérie.

Cela permettra à un tissu économique Frère de prendre pied dans les espaces laissés vacants par un État en phase de dégraissage (l’éducation, la santé, l’immobilier, les transports) et de participer aux logiques de libéralisation économique mises en place par les successeurs de Nasser.

Mais cela favorisa aussi un certain divorce entre la cause politique des Frères et les intérêts économiques de ses représentants dans les milieux d’affaires : une autonomisation qui ira jusqu’à la déconnexion, dans certains secteurs, du capital Frère vis-à-vis de la cause de l’organisation. Ainsi, dans le cas des sociétés tenues par des Frères dans le domaine du bâtiment qui se lancent dans la construction frénétique de villages touristiques dans le Sinaï, participant à une industrie que l’idéologie islamiste regarde avec réticence sinon avec rejet (alors que dans les années 1970, les Frères étaient aussi présents dans le tourisme, mais dans le tourisme religieux principalement lié à l’organisation des pèlerinages). Les PME des Frères vont aussi progressivement privilégier les logiques économiques sur la cause militante. Les engagements vont se faire au mérite et non en fonction de la religiosité, les produits vont suivre la loi du marché et non plus des objectifs dictés par des stratégies de prédication comme dans le cas du monde de l’édition (7) .

Au final, un lobby d’affaires se structure au sein du leadership des Frères autour de personnes comme Khayrat al-Shâtir et Hassan Mâlik ou encore le conseiller économique des Frères Abdel-Hamid al-Ghazalî.

Loin de constituer une aberration, ses positions en matière de politique économique, certaines dégraissantes, traduisent l’affirmation d’un éthos capitaliste et managérial au sein de la strate des Frères intégrée au monde de l’entreprise et à ses valeurs.

Car dans le même temps, de nouvelles dispositions se développement au sein des Frères, valorisant accumulation de richesse et distance sociale. Ainsi, cet ingénieur, ancien membre des Frères auparavant connu pour son ascétisme, clame aujourd’hui : « je veux être quelqu’un, un homme d’influence, efficace. Je veux avoir de l’argent, beaucoup d’argent, de l’argent ostentatoire, qui attire le regard. Je veux être un homme généreux pour tous ceux qui sont autour de moi. L’argent, c’est le pouvoir, et spécialement les manifestations du pouvoir, l’appartement, la voiture »(8) . Un proche connaisseur des Frères s’étonne dès lors que : « les nouveaux islamistes ne parlent jamais de justice sociale ou de redistribution (...). Leur revendication est qu’ils doivent être riches pour être de bons islamistes sans que jamais ils ne renversent l’argument pour dire : les bons islamistes sont ceux qui travaillent pour la justice sociale et la redistribution »(9). C’est cette tendance issue du monde de l’entreprise au sein des Frères qui va contribuer à assurer la propagation en Égypte de la culture du management, par un intense travail de traduction puis de refondation des textes fondateurs de la littérature managériale américaine influençant de nombreux écrits clé des Frères, fondement normatif du « nouvel esprit du capitalisme » marqué par la valorisation du fonctionnement en réseaux, la fin des hiérarchies et la flexibilité. Cette culture managériale va influencer en profondeur certains des écrits clés des dirigeants des Frères durant les années 1990 (10) . C’est également cette tendance qui va adopter les fondements du credo libéral défendu par le régime actuel.

Lorsque l’embourgeoisement n’explique pas tout...

La dépolitisation idéologique de la question sociale

Pourtant, le malaise islamiste sur la question sociale que regrette Mohamed Mosaad a d’autres ressorts que l’apparition d’une classe d’affaire pieuse troquant l’esprit militant pour un éthos de classe bien « à droite ». La seconde pierre d’achoppement sur le chemin de l’adoption par les Frères de la question sociale est de l’ordre des représentations.

L’imaginaire politique des Frères rêvant d’une vision totalisante de l’islam (shumuliyya al-Islam) et, par extension, de l’unité des musulmans, un rêve dont découle une vision corporatiste de la société, s’accommode en effet mal de l’idée de conflits sociaux. Et encore moins du concept de lutte de classes. La lettre du Guide suprême des Frères (11), adressée à ses partisans à l’occasion du jour du travail, le 1er mai 2009, en témoigne. Il évoque la valeur du travail dans l’islam, l’importance pour le travailleur de s’acquitter de son travail avec excellence, et le devoir de justice qui incombe aux propriétaires d’entreprises. La condition dramatique de l’emploi en Égypte, les mises à pied, l’exacerbation des conflits du travail sont passées à la trappe au profit d’une vision consensuelle des rapports de travail.

Ainsi, depuis le début de l’aventure islamiste, la question sociale demeure largement à la périphérie des préoccupations des Frères. Seuls quelques rares livres lui sont consacrés, comme La justice sociale dans l’islam de Sayyed Qutb ou Le socialisme de l’islam du leader des Frères musulmans syriens, Moustapha al-Siba`î, un livre immédiatement réfuté par un haut dignitaire des Frères. Ces ouvrages ont d’ailleurs toujours été marginaux dans la littérature de formation militante. Hors de l’Égypte, l’islamisme sunnite a bien récupéré une partie de la vision de la gauche, mais cela a été plutôt le fait des compagnons de route ex-gauchistes, des expériences en dehors du mainstream des Frères (l’expérience de Khalil Akkawi à Tripoli au Liban, les « islamistes progressistes » en Tunisie, Tariq Ramadan en Occident).

Au-delà, le traitement des enjeux afférents à la question sociale, comme la gestion de la pauvreté, montre que c’est moins le déni que la dépolitisation qui prévaut, la question sociale étant posée en termes de morale et non de droits sociaux. La pauvreté doit ainsi être régulée par la solidarité sociale, c’est-à-dire par la générosité des riches motivée par les obligations religieuses qui y incitent. Elle ne doit pas être combattue par une lutte politique touchant la redistribution des richesses. L’application de la justice passe par la moralisation des riches, lesquels seront, une fois ramenés à la piété, nécessairement généreux face aux pauvres.

La générosité est moins le simple garant du salut des âmes qu’une alternative à l’interventionnisme étatique. C’est ainsi que le programme du parti Wasat, meilleure incarnation à ce jour de la pensée de l’aile politique des Frères (12) , s’adosse à l’islam pour un programme d’extraction clairement néo-libérale. Pour ses maîtres à penser, la clé de la sortie de crise repose sur le rééquilibrage des rapports entre Umma et Dawla, entre l’État et la « communauté », non la communauté croyante des musulmans, mais la société civile, atrophiée et étouffée par la pléthore bureaucratique. D’où les appels directs à la privatisation des secteurs de la santé et de l’éducation, auxquels il faudrait substituer des institutions issues du corps social et financées par les institutions musulmanes de charité (bayt al-Mâl, zakât, sadaqât), privilégiées en raison de leur efficacité supérieure, supposée ou réelle, aux dispositifs étatiques de gestion des biens publics.

On est en plein dans l’esprit des faith-based initiatives et du charity choice : incantations à la société civile, délégation du Welfare State aux pratiques de bienfaisance religieuse, plaidoyer pour un État minimum, privatisation des secteurs de la santé et de l’éducation. Dans cette perspective, le bon vouloir caritatif, le mécénat et les œuvres se profilent comme successeurs du prélèvement obligatoire de la fiscalité, la vertu des hommes remplace la contrainte étatique pour assurer l’ordre public.

L’on voit ainsi selon quelle séquence une vision théologique de la société fait le jeu du libéralisme économique. L’application de l’islam est postulée comme engendrant de manière naturelle l’unité des musulmans et fonde une conception intégrée de la société. Et comme la société est unie par la foi, solidaire grâce à une responsabilité morale conférée par la religiosité des dominants, la question sociale s’en trouve non pas niée, mais expulsée hors du politique. Elle est relogée dans l’univers moins contraignant de la vertu, tributaire de la réforme des âmes, objectif du mainstream des Frères, plus porté sur la prédication que sur l’action politique.

Au miroir du monde de l’usine.

L’ouvriérisme islamiste : la question sociale, éternelle arlésienne

Cette perception communautaire-corporatiste des rapports sociaux se cristallise dans un décalage croissant entre la vision des Frères et la réalité sociale égyptienne marquée par l’exacerbation des rapports de travail et la réaffirmation depuis 2005 d’une action syndicale indépendante du pouvoir et prête à en découdre. Les Frères sont alors pris dans un double mouvement : d’une part, et après les avoir ignorés pendant près de 20 ans de retour sur la scène politique, ils se lancent à la conquête des syndicats ouvriers. Mais, d’autre part, ils ont une difficulté énorme à soutenir les mouvements de protestation sociale qui ont, depuis 2007, traversé l’Égypte en général et le milieu ouvrier en particulier. Les Frères ont donc moins « perdu le peuple » comme l’analyse un fin connaisseur du mouvement (13)que les causes du peuple.

Historiquement, le militantisme des Frères a traditionnellement été mal à l’aise dans le monde de l’usine où, selon Gamal al-Banna « les Frères n’ont jamais véritablement maîtrisé les techniques de la lutte syndicale, voire regardaient les syndicats comme une opération démoniaque dirigée par des leaders communistes ». Un portrait un peu plus nuancé montrerait que c’est plutôt à un activisme ouvrier islamiste de basse intensité auquel on assiste durant l’âge d’or de l’ouvriérisme islamiste, soit de la fin des années 1930 au début des années 1950. En effet, si les Frères en général condamnent les protestations ouvrières, considérées comme « contraires aux enseignements de l’islam », voir collaborent avec le Palais pour briser les grèves dans les années 1940 (14), ils se solidarisent parfois avec les causes des grévistes. Par ailleurs, une prise en charge des ouvriers existait : travail de conscientisation politique, défense ponctuelle de certains de leurs intérêts, pressions occasionnelles en faveur des salaires, contre des licenciements ou contre le favoritisme accordé aux travailleurs étrangers. Mais jamais la logique même du système n’a été contestée ni des pressions de plus forte intensité exercées (15). Ce qui dominait, c’était une perception du monde ouvrier comme espace de prédication. Un peu à l’image du but que se fixa la section ouvrière des Frères, fondée dans l’immédiat après-guerre, à savoir « étendre la da`wa (la prédication n.d.t.) dans les esprits (des ouvriers n.d.t.) afin qu’elle soit une motivation pour leur ferveur vis-à-vis des enseignements religieux »(16). C’est sans surprise alors que la restructuration des Frères après la répression nassérienne s’effectue en premier lieu dans les universités et les unions professionnelles et non dans les syndicats ouvriers.

Il faudra attendre 1998, période de gestation en raison, selon Adel Hamed, parlementaire et syndicaliste, d’un « agencement de priorités qui nous a poussés vers les syndicats professionnels et le Parlement d’abord puis dans le monde des travailleurs durant les années 1990 ». En effet, depuis une décennie, et suite à 20 ans de militantisme principalement concentré dans le monde des unions professionnelles, les Frères veulent s’implanter dans le monde ouvrier.

Après une première expérience réussie en 1998 où ils présentent 200 candidats, qui seront tous élus, les Frères décident de continuer sur leur lancée. Manquant de compétences et d’hommes dans le monde ouvrier (d’où leur entrée timide en 1998 avec à peine 1% des 20 000 postes à repourvoir), les Frères consacrent les années suivantes à la formation de cadres ouvriers et présentent près de 2000 candidats en 2002. En 2006 ils seront 2200. Le régime fait alors barrage et bloque, comme à l’accoutumée lors d’échéances électorales, les candidatures des Frères. Il n’en demeure pas moins que les Frères ont réussi à s’assurer une présence réelle au sein du monde ouvrier. Reste à savoir à quelles fins.

Car ce nouvel intérêt pour le monde ouvrier va de pair avec une approche corporatiste de l’action syndicale contrastant avec la culture politique conflictuelle et protestataire, des nouveaux leaders ouvriers de gauche qui ont redynamisé le monde ouvrier ces dernières années. Dans cette seconde perspective, le rôle du syndicalisme doit être, selon Adel Hamed, parlementaire et syndicaliste Frère « l’instance de réconciliation des intérêts du capital et des ouvriers » en lieu et place d’un activisme syndical traditionnel « spécialiste des hauts cris ». Un jeune Frère rappelle qu’en dépit du bien-fondé de leurs demandes, les protestations sociales restent encore perçues au sein de la confrérie comme « un truc de communistes ». La grève est refusée par beaucoup de personnalités religieuses comme le shaykh Youssef Badri, qui la décrète illicite au nom de la productivité de la oumma, ou par ces prédicateurs salafistes qui ont qualifié les leaders ouvriers de semeurs de « fitna » ou de « kharijites ».

La seule manière d’être syndicaliste et islamiste passe ainsi par l’adoption d’une certaine forme de paternalisme cherchant leur édification religieuse professionnelle et, ensuite, la négociation de meilleures conditions de travail. Pour ce syndicaliste Frère d’Alexandrie, la vocation des Frères dans le monde ouvrier est triple. Par ordre de priorité : l’éducation des ouvriers, leur formation professionnelle, la défense de leurs salaires et de leur temps de travail.

L’ouvrier est alors certes sujet de droit, mais surtout un objet de recrutement et de prédication. Mohamed Habib, le vice guide général des Frères, déclarait ainsi que l’objectif était l’encadrement des ouvriers, non pas celui des révoltes ouvrières. Khaled Hamza, le rédacteur en chef du site anglais des Frères, Ikhwanweb, rappelle que les leaders syndicalistes des Frères sont à 80% des personnes qui doivent leur popularité à leur activité de prédication et non à un militantisme ouvriériste. Pour lui, « leur discours ne s’inscrit qu’à la marge dans le monde ouvrier ». De manière symptomatique, la section ouvrière des Frères n’a pas un seul manuel spécifique d’édification alors que la confrérie se veut détentrice d’une vision « totale » et abonde en écrits sur les questions spécifiques aux autres sections comme la section femmes par exemple. Ce leader ouvrier Frère d’un quartier du vieux Caire, qui regrette ce vide, confie que « pour nous instruire nous lisons la littérature de gauche », littérature « que nous approuvons largement » dit-il, tout en rejetant la notion de conflit social qui précisément fonde la vision de la gauche ...

Les tergiversations des Frères autour de la grève générale du 6 avril 2008 et des mobilisations conséquentes illustrent bien le problème que représente pour eux une participation à des démarches protestataires.

Le « jour de la colère », dénomination choisie par les organisateurs de la grève générale du 6 avril 2008, qui entendaient réagir de manière globale contre le chômage, les emprisonnements politiques, l’absence de libertés et la cherté de la ville, ne fut pas, ou peu, islamiste.

Dans un premier temps, lors d’une visite d’un groupe du « Mouvement des Jeunes du 6 Avril » au Bureau de la Guidance, le responsable des Frères pour la coordination avec les forces nationales réaffirme le refus des Frères de participer à la grève. Fortement critiqués pour leur passivité, ils participent timidement à la seconde grève générale qui a lieu le 4 mai. Contrairement à la première où les ouvriers, notamment ceux des usines de Mahalla al-Kubra, se sont fortement mobilisés, celle-ci se solde par un échec. A l’occasion de la célébration du premier anniversaire de la grève, le 6 avril 2009, les Frères refusent à nouveau, dans un premier temps, de participer, mais ne condamnent pas la grève. Seul un des membres du bureau de la guidance, Abdel-Meneim Abou al-Foutouh, soutient, en solo, le mouvement. Puis, une semaine avant la date fixée la direction des Frères commence à lâcher du lest, et annonce que les étudiants des Frères participeront. Continuant sur la lancée, les Frères appellent finalement le 2 avril le peuple à manifester « pacifiquement ».

Selon un intellectuel proche des Frères, les hésitations de leurs dirigeants tiennent à plusieurs facteurs. Certains sont tactiques, comme cette réticence à tisser des alliances politiques avec des acteurs sans grande surface, plus connus sur Facebook que dans la rue. D’autres sont stratégiques, et liés à cette peur de la spontanéité des masses (le 6 avril 2008, des posters du président égyptien Hosni Moubarak avaient été déchirés, des bâtiments publics détruits). Et l’on retrouve toujours cette crainte de la dissolution de la cause islamique comme cause globale en mouvements de protestations fragmentés et liés à des intérêts spécifiques de catégories sociales différentes.

L’islamisme des Frères, un programme anti-protestataire

Les difficultés du positionnement des Frères dans le monde ouvrier sont donc symptomatiques d’une tendance globale : les mobilisations horizontales, fondées sur des solidarités de classe, passent mal chez les Frères, pour plusieurs raisons. En premier lieu, la peur de la fitna. Celle-ci justifie – et se fonde sur – une politique attentiste des Frères, articulée sur l’impératif de préserver l’oumma face à un scénario régional orchestré par l’administration Bush cherchant le constructive chaos, équivalent logique, dans l’esprit Frère, du concept islamique de fitna. S’avancer sur le terrain de possibles troubles sociaux c’est donc faire le jeu des USA selon plusieurs leaders et cadres syndicaux Frères. Au-delà du discours, et d’un brin de démagogie, la vision stratégique fondant cette réticence est la suivante. Elle se fonde, selon Mohamed Habib, sur la vision de deux mouvements distincts. D’un côté, les mouvements de protestation sociale se développant dans le contexte de renchérissement du coût de la vie. De l’autre les mouvements de protestation politique revendiquant plus de liberté et la fin de la répression.

Or, autant les mouvements de protestation sociale sont forts, analyse le n° 2 des Frères, autant ceux de protestation politique sont faibles. La stratégie du gouvernement consiste à compartimenter les deux mouvements en jouant sur des gains immédiats qu’elle peut donner individuellement aux différents groupes de mobilisés sur la question sociale. En revanche, avec la protestation politique il sera implacable et usera de la violence et des tribunaux militaires. Pour ne pas faire le jeu du régime, il faut, toujours selon Mohamed Habib, d’abord développer une présence dans ces mobilisations pour œuvrer à un travail de désenclavement de la protestation sociale, c’est-à-dire l’articuler sur un discours global qui est celui des Frères.

Il s’agit donc, dans un premier temps, d’encadrer la base plutôt que de récupérer le leadership de ces mouvements restreints assis sur des « revendications catégorielles », un terme aux connotations négatives, car aboutissant à la fragmentation de la Cause. Quitte à se mettre en tension avec une partie de sa base sociale. En effet, selon un Frère, de nombreux jeunes du mouvement islamiste poussaient pour aller aux manifestations aux côtés des ouvriers, mais la direction des Frères a refusé au nom de la crainte de la fitna.

La seconde difficulté du positionnement des Frères dans le monde ouvrier tient au poids de la section de la prédication (da`wa) à l’imaginaire politico-religieux porté par une vision totalisante. Lors d’un débat en interne à propos des questions ouvrières tournant autour du problème de savoir s’il faut intervenir en dehors ou non des enjeux de sharia (voile, pudeur), la section de la da`wa, de loin la plus puissante au sein des Frères, a considéré que les questions sociales ne regardent pas les Frères. L’argument, selon Esam el-Erian, responsable de la section politique des Frères, la plus portée sur l’intervention sur le terrain de la question sociale, est le suivant : les protestations sont fondées sur de nouvelles demandes d’ordre particulariste. Or ces demandes sont des symptômes qu’il convient de guérir par une réforme complète du système et c’est au niveau du système qu’il faut travailler. D’autant, ajoute-t-il, que « la philosophie des Frères n’est pas protestataire, ni violente. Elle est réformiste ». Pour ce jeune Frère, qui le regrette, « il y a toujours cette peur de la dissolution du grand mouvement et de son grand projet en luttes partielles ; mais il y a aussi la peur des leaders du courant de l’Organisation (17) de l’autonomisation d’un courant avec des idéaux spécifiques au sein de l’Organisation » (18).

En troisième lieu, une explication en termes de classe et d’intérêt économique. Le lobby affairiste au sein du leadership des Frères et les nombreuses success stories économiques en son sein poussent parfois les leaders Frères dans des conflits d’intérêt économique avec leurs bases. Ainsi, le profil bas de Frères dans la grande manifestation ouvrière de Mahalla en mai 2008 était entre autres choses explicable par le fait que Saad Husseini, le député Frère de ce gouvernorat, était lui-même un des propriétaires des usines où les ouvriers faisaient grève.

Sans surprise alors, en dépit de l’effort réel des Frères de reprendre pied dans le monde syndical ouvrier, la protestation sociale et ouvrière continue toujours de progresser, mais est toujours moins encadrée : les protestations sociales non encadrées sont ainsi passées de 222 actes ou mouvement en 2006 à 700 en 2007 pour atteindre plus de 1000 en 2008.

Les Frères, moins mobilisés que divisés sur la question sociale

La dramatisation des conditions économiques en Égypte et l’accentuation sans précédent des lignes de l’inégalité sociale ont pourtant poussé les Frères à récupérer une partie des nouvelles causes sociales (la cherté de la vie, les conséquences des privatisations). Ainsi, au Parlement, le bloc parlementaire des Frères s’est mobilisé contre les conséquences sociales des programmes de privatisations. Abdel-Meneim Abou al-Futouh, le membre du bureau de la Guidance le plus porté sur une logique d’action politique, s’est de son côté lancé dans la dénonciation de la classe d’affaires et dans une revendication pour une meilleure distribution des ressources. Les leaders syndicaux islamistes également ont valorisé l’importance de la négociation sur les salaires sur l’approche prédicatrice qui cherche moins à défendre qu’à éduquer les ouvriers. Finalement, la confrérie, dans un communiqué publié le 16 janvier 2008 sous le titre « Autour de la cherté et de l’injustice sociale », met en garde contre l’hégémonie des hommes d’affaires et contre la corruption qui envahit tous les domaines dans le pays et met l’accent sur l’injustice sociale, alors qu’historiquement les Frères étaient toujours concentrés sur l’injustice politique.

Si l’islamisme a pu soutenir des démarches protestataires sur des enjeux de marginalisation économique ou d’exploitation (19), et que le positionnement à droite des Frères n’est donc pas une fatalité, cette nouvelle sensibilité islamiste pour la question sociale ne constitue pas une rupture avec l’orientation traditionnelle des Frères, mais traduit plutôt un nouveau foyer de tension à l’intérieur de la confrérie. En effet, au niveau des syndicats, la volonté plus active de s’engager pour la défense des salaires n’a nullement conduit à une nouvelle vision (plus conflictuelle) des rapports de travail. Le consensualisme domine, au grand regret d’ailleurs de certains dirigeants ouvriers comme Sabri Abou al-Futouh, qui déplorent que les Frères n’osent pas s’engager plus activement dans une logique de confrontation dans les usines.

Quant au communiqué du 16 janvier 2008, il faut aussi le manier avec réserve. D’abord, il n’a pas été suivi de positions de même ordre et reste relativement isolé. Ensuite, et surtout, l’approche est tout sauf de gauche. Le communiqué pose en effet la question sociale dans son rapport au thème de l’ordre social : la menace implicite, c’est les troubles susceptibles d’être causés par la plèbe. Ainsi cadrée, la question sociale devient une préoccupation bourgeoise. Ce qui inquiète c’est la « révolte des affamés » susceptible d’être causée par la collusion de l’argent et du politique. Le communiqué indique donc moins un virage à gauche qu’une nouvelle sensibilité conservatrice et bourgeoise des Frères à la question sociale. Les positions d’Abdel-Meneim Abou al-Foutouh doivent être prises en considération. C’est un responsable au sein du bureau de la guidance. Il bénéficie d’un certain appui au sein de la jeunesse des Frères. Mais c’est aussi le leader d’un courant démocrate en pleine phase de marginalisation au sein des Frères, isolé au sein du bureau de la Guidance et confronté, au niveau du leadership, à un lobby d’affaires beaucoup plus influent.

En d’autres termes, le nouvel intérêt des Frères pour le monde ouvrier ne signifie pas un passage à gauche des Frères, mais une division des Frères autour de la question sociale.

D’où le fait que les Frères, dans leur programme économique, restent souvent dans les généralités ou dans un discours déclinant des orientations socio-économiques contradictoires allant d’un discours franchement néo-libéral focalisé sur le dégraissage des appareils d’État à des positions s’inscrivant dans le droit fil de l’héritage nassérien. Au Parlement également, un observateur constatait que si « la morale unit, l’économie divise »(20), remarquant la tendance des parlementaires Frères à s’aligner sur les intérêts de classe de leur circonscription, une logique de représentation qui pousse les députés issus de districts ouvriers à gauche et ceux quartiers plus aisés de à droite.

La question sociale ? Une incitation à la Realpolitik

Les Frères sont ainsi dans un dilemme stratégique. D’une part, le renchérissement de la vie et les coûts humains des programmes de privatisation les poussent à tenter de récupérer en partie les nouvelles revendications sociales. Mais ces revendications sont nécessairement des revendications de classe, « sectorielles » pour reprendre le terme peu flatteur de Mohamed Habib. Elles sont donc forcément scissipares et ne permettent pas l’unanimisme.

D’une part, les Frères, en raison de leur vision intégrée de la société (corporatiste), de leur vision religieuse du politique fondée sur l’idée de shumuliyya al-islam, de totalisme de l’islam (l’islam est une solution partout, pour tout et pour tous), de la conséquence organisationnelle de cette posture (le totalisme de l’islam, shumuliyya al-islam, implique un « totalisme » de l’organisation, shumuliyya al-tanzim) et de leur peur politico-théologique du désordre, de la fitna, ne veulent pas prendre position sur une ligne « sectorielle ».

Dans le même temps, dans le contexte actuel d’exacerbation des rapports de classe, il devient impossible de soutenir un groupe social (les victimes du renchérissement et des mises à pied dans les usines) sans s’en prendre à une autre catégorie (le cas de Mahalla al-Kobra montre bien qu’un député Frère directeur d’une usine peut difficilement défendre les intérêts des ouvriers, dont certains Frères, qui protestent contre lui).

C’est pour l’instant par l’attentisme que les Frères gèrent la question sociale : leur programme économique reste évasif, leur syndicalisme veut réconcilier les intérêts des parties d’un conflit qui sont moins que jamais des « partenaires sociaux », leurs parlementaires jouent leur rapport à la question sociale à la carte en fonction de considérations locales contradictoires et ne permettant pas de dégager une cohérence du bloc parlementaire Frère autour de la question sociale. La question sociale, c’est ainsi une épreuve capitale pour la vision du monde des Frères. Tant que ceux-ci sont mobilisés sur les grandes causes idéologiques et consensuelles (l’impérialisme américain, la question palestinienne, la question morale, l’autoritarisme du régime, l’État islamique), il était possible de rester dans une conception globale de leur projet et dans une vision unifiée de la société. Pourtant, une vision plus réaliste ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la question sociale en termes de conflit social et donc d’intérêts particularistes. Mais être réaliste c’est entrer dans le conflit social et sortir de l’ivresse de l’idéal d’une société unitaire cimentée par les valeurs et la morale religieuse. Le désenchantement est alors le prix à payer pour que l’islamisme égyptien devienne vraiment la voix des laissés pour compte. Dans la confrérie, le conflit entre les ailes politique et de prédication porte précisément sur ce point : oser ou non le désenchantement, la mise en relation ostensible avec le monde, accepter le retour du social.

Pour l’instant, la répression du régime décrédibilise toute option politique, maintient l’enchantement et rend improbable le « passage à gauche » de l’islamisme égyptien tout en contribuant à l’assujettissement de l’aile politique, principal pôle potentiel de réforme des Frères, à l’ombre d’une section de prédication conservatrice et en phase de « salafisation » ( 21).


Notes

1 Cité sur le site Bellaciao (http://bellaciao.org)

2 Thèse défendue par Husam Tammam : http://www.al-akhbar.com/ar/node/69890 ; http://www.almanaraljadeed.com/show...

3 Depuis une dizaine d’années, les mouvements islamistes prennent en effet langue avec la gauche et l’altermondialisme : Les Frères musulmans égyptiens sont présents aux côtés des mouvements de démocratisation dirigés par des personnalités de gauche, le Hizbollah envoie des représentants dans les Forums sociaux, le Collectif des Musulmans de France, proche de Tariq Ramadan, participe au mouvement Attac. On note aussi une mobilisation des musulmans français passés par l’islamisme dans les sections locales des Verts en France. En retour, une certaine frange de l’altermondialisme soutien le Hizbollah et a participé à plusieurs congrès de soutien à la résistance ces dernières années.

4 Cité in : Charles-André Udry et Ola Hamdi, « Paysans contre propriétaires terriens », Centre Tricontinental, 29 Juillet 2008, accessible en ligne : http://www.cetri.be/spip.php?articl.... 4

5 Cité in Samer Soliman, « La morale unifie mais l’économie divise », Al-Ahram Hebdo, 12 07 2005

6 Selon le rapport annuel du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), le taux de pauvreté en Egypte s’élève à 19,6 %

7 La thèse de Mohamed Mosaad Abdel Aziz abonde en exemples de la déconnexion de l’activité économique des Frères et de la dynamique militante. Mohamed Mosaad Abdel Aziz, Islam and post modernity. The new Islamic discourse in Egypt, thèse de doctorat, Université américaine du Caire, 2004

8 Cité in : ibid., pp. 99-100.

9 Cité in : ibid., p. 102

10 Mohamed Ahmed al-Rashed, Les message de l’œil, Hisham al-Talib, Guide de la formation des cadres, sont les plus révélateurs. Cette littérature passait par une profusion de centres de management de ou proches des Frères. Notamment : Markaz al-Mustashâr, Markaz al-Mustaqbal, Markaz Afâq al-Mustaqbal Markaz al-Namâ, markaz Mahârât.

11 « A l’occasion de la journée du travail, un appel à l’excellence et à la bienfaisance », lettre du Guide suprême Mohamed Mehdi Akef.

12 Même si le Wasat se situe organiquement hors des Frères et entretient avec certains de ses dirigeants des relations tendues, son projet traduit la vision de l’aile politique des Frères.

13 Selon l’expression du journaliste Xavier Ternisien dans son livre Les Frères musulmans, Paris, Fayard, 2005.

14 Hossam al-Hamalawy, « Comrades and Brothers », Middle East Report, n° 242, printemps 2007. Disponible en ligne : http://www.merip.org/mer/mer242/ham.... Selon l’auteur, les Frères musulmans continuèrent leurs opérations anti-mouvements protestataires au début des années 2000 en empêchant par exemple des étudiants de gauche de sortir des campus pour manifester dans la rue.

15 « Les Frères musulmans et la défense des ouvriers », Ikhwanonline, 30/01/06

16 Voir Joël Beinin, Zachary Lockman, Workers on the Nile, Nationalism, Communism, Islam and the Egyptian Working Class (1882-1954), AUC Press, 1998.

17 Le courant de l’Organisation, tayyar al-tanzîm, est principalement concentré à la préservation de l’organisation des Frères. D’où son nom. Il s’est considérablement renforcé face à l’aile politique des Frères, se nourrissant de l’échec des expériences politiques et se renforçant idéologiquement par l’existence d’un courant salafiste, toujours plus important, lui aussi réticent, pour des raison idéologiques, à l’engagement politique conventionnel.

18 Il rappelle que les divisions régionales de l’appareil des Frères ont notamment été établies pour éviter aux solidarités de secteurs (étudiants, professions libérales, ouvriers) de diviser l’appareil militant

19 Le Nahda a soutenu les protestations ouvrières à Gafsa, l’ancien secrétaire général du Hizbollah Sobhi Tufayli, qui nous parlait de sa « révolte des affamés » menée dans la Bekaa en 1997 relève que la protestation sociale est un « droit » et que tenter de la proscrire est une bidaa, une innovation blâmable.

20 Samer Soliman, op. cit.

21 L’expression vient des Frères déplorant ce mouvement, parlant à partir de néologismes arabes (salfana ou tasaluff) pour le décrire et plaider à une restauration de l’islamisme des origines, à savoir le discours de Hassan al-Banna.

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 18:19

Il s'agit d'un entretien avec Elias Sanbar, réalisé par Dominique Lespinas pour Radio Libertaire (diffusé le 12 Novembre 2000). Elias Sanbar est un des négociateurs des accords d’Oslo, membre du Parlement Palestinien, écrivain, historien, traducteur de Mahmoud Darwich et directeur de la Revue d’Etudes Palestiniennes. La transcription, le titre, les bouts de phrases suivis d'une astérix et destinés à faciliter la compréhension, sont de "Algérie en Questions".

Nous avons apprécié cette analyse pertinente et éclairante. Nous avons estimé utile de la faire connaître afin que chacun, s'il partage notre sentiment, aide à la diffusion de ce document. Ainsi, nous espérons contribuer, modestement, à hâter la conclusion d'une paix juste entre Palestiniens et Israéliens. La transcription a été soumise à Elias Sanbar qui nous a encouragé à en assurer la diffusion.

Daniel Timsit et Ramdane Hakem.

R.L. : Après les accords de Camp David et d’Oslo, qui ont montré l'échec de tout un processus de paix qui durait depuis 10 ans, on voit aujourd’hui Arafat repartir à Washington pour tenter, à l’invitation de Clinton, de trouver une solution. Est-ce que les cartes n’ont pas changé ? Est-ce qu’on n’est pas en train de rentrer dans un autre processus ? Est-ce qu’on peut continuer de négocier sur les mêmes bases que Camp David et Oslo?

E.S. : Une précision d’abord, avant de répondre. Cette visite à Washington est destinée, d’une part, à essayer de trouver des moyens pour revenir aux accords de Charm El Cheikh, conclus en pleine crise, en plein affrontements. Et d’autre part, c’est une visite qui obéit au fait très très simple d’une initiative américaine qui a consisté précisément à ce que Clinton invite, devant l’aggravation de la situation, les deux dirigeants des deux parties, à venir le voir. Il est déjà à noter que, contrairement aux réunions passées, il les verra séparément, ce qui montre un peu quelle atmosphère et quelles sont les difficultés. Donc on est très loin d’une négociation entre les deux protagonistes, on est là beaucoup plus dans une sorte de tentative américaine de calmer les choses.

Arafat va en profiter - soit dit en passant, il ne pouvait pas ne pas répondre à l’invitation - pour avoir deux choses tout en sachant qu’il a très peu de chance de les acquérir. La première est l’interposition d’une  force internationale pour la protection des populations civiles, la deuxième c’est la question de la grande commission d’enquête sur ce qui s’est passé.

La grande commission d’enquête, il est possible qu’elle voit le jour, les américains ont déjà annoncé sa composition. Avec une nuance cependant : c’est une commission composée de membres venus, l’un de l’ONU, l’autre représentant la Communauté Européenne et le reste de la part des Etats-Unis. Plus le Président Turc Démirel. Si cette commission regroupe des gens représentant des organes différents, politiquement j’entends, elle n'est pas pour autant une commission d’enquête internationale. La différence n’est pas une différence uniquement de procédure, une différence formelle : une commission d’enquête internationale ne peut être mandatée que par l’ONU, ne peut être que le fait d’une décision du Conseil de Sécurité qui décide de constituer une commission d’enquête et qui donc la mandate, alors que là, nous sommes dans un cas de figure absolument différent, qui est que les Etats-Unis font leur commission, et acceptent d’y inclure un certain nombre d’autres participants. Ceci est important pour montrer que les Américains ont eu l’air de céder, sans céder vraiment sur cette question. Je dirais après pourquoi elle est importante.

La deuxième chose, est la constitution d’une force de protection internationale, laquelle ne peut également être mise  sur pied que sur décision du Conseil de Sécurité.

Le Président Palestinien, après avoir vu, aujourd’hui jeudi, le Président Américain, s’adressera dès demain au Conseil de Sécurité. Le Conseil a accepté l’audition mais il est fort probable (qu'il n'en sortira pas grand chose*) et que, dans le meilleur des cas, le veto américain viendra bloquer. Il n’est pas sûr d'ailleurs que ce soit le seul veto.  Vous savez également que la question de la commission d’enquête internationale et la question de l’envoi de forces internationales de protection des populations civiles sont catégoriquement refusées par la partie Israélienne.

Arafat va un peu dans ce but. Probablement, comme toujours, il se dira d’autres choses que ce qui est annoncé publiquement; cela dit, on voit très mal pratiquement, concrètement, ce que le Président Américain, sortant, pourrait lui proposer, non seulement parce qu’il est en fin de mandat, mais surtout parce que cette visite tombe, par le plus pur des hasards, dans un moment de vide et, c’est le moins qu’on puisse dire, de complexité électorale tout à fait étonnante, et qui probablement fait que l’administration américaine n’est pas vraiment dans le coup.

 

R.L.: Est-ce qu’on n’est pas justement dans une période où on pourrait dire qu’une fenêtre de tir pour une négociation finale s'offre, dans le sens où Clinton pourrait ne travailler qu’à la résolution de ce problème jusqu’à la fin de son mandat, puisqu’après, une nouvelle administration va se mettre en place qui va être pratiquement quasiment inopérante pendant un an, un an et demi, le temps pour elle de s'installer. Est qu’il n’y a pas une autre opportunité, à la fois pour Barak, pour Clinton et les Palestiniens dans cette fenêtre étroite.

E.S.: Il y a certainement une fenêtre en terme de temps, il y a certainement une fenêtre en terme de disponibilité et de possibilité de prise de risque d’une administration qui n’a pas grand chose à perdre puisque, même si les démocrates revenaient au pouvoir et même si c’était Gore qui remportait les élections, nous savons déjà que la totalité de l’équipe du Département d’Etat et notamment le fameux coordinateur Danis Ros du processus de paix, ne continueront plus leurs activités et vont être remplacés. C’est vrai qu’il y a ces deux problèmes mais la question de fond demeure la même. Ce qui manquait au mois de juillet, quand la réunion de Camp David 2 s’est tenue, n’était pas l’absence d’une opportunité pour avancer sur les questions encore en suspens, celles du statut final de Jérusalem, des réfugiés, les colonies, la sécurité, l’eau, les frontières. Mais le fait qu’il n’y avait précisément pas de propositions autres qu’un certain nombre de dictats israéliens et d’offres du type « à prendre ou à laisser » et qui n’étaient absolument pas acceptables du point de vue Palestinien.

Ce qui pourrait constituer une fenêtre de tir aujourd’hui, ce serait, mais il y a très peu de signes en ce sens, que les Etats-Unis aient quelque part décidé d’avoir leur propre position. Je dis bien leur propre position, car jusqu’à présent, elle est littéralement, à de très petites nuances prés, littéralement, complètement alignée sur les demandes israéliennes. Ce qui pourrait faciliter ce que vous dites, ce serait que les Etats-Unis aient des propositions qui ne soient pas forcément et intrinsèquement celles de la partie israélienne, et en tout cas inacceptables pour les Palestiniens. Or, il n’y a rien de tel en ce moment, au contraire, si l’on voit les positions de l'Establishment Démocrate ou Républicain, il y a même une surenchère à faire payer, comme ils disent, aux Palestiniens leur ingratitude, puisqu’il s’agirait, semble-t-il d'ingratitude devant les immenses cadeaux que leur feraient les dirigeants israéliens. Donc nous sommes dans une situation où quels que soient les effets de ces deux visites, de ces deux rencontres, il est, à mon avis, je peux me tromper, très peu probable que cela s’ouvre sur autre chose.

Maintenant vous me demander est-ce que les cartes n’ont pas été changées. Je vous dirais : complètement. C’est cela le fait nouveau; c’est cela, puisqu’on parle de cartes, la donne nouvelle que quelque part les américains - on comprend pourquoi - refusent de voir, en disant que Camp David est toujours là, que le processus d’Oslo est toujours là, parce qu’il y a tout une série de raisons qui font qu’ils ne peuvent pas annoncer eux, la fin d’un processus qu’ils ont eux-mêmes lancé. Et les Israéliens également n’ont aucun intérêt à dire, les cartes ont changé, puisque cela impliquerait forcément, si les cartes ont changé, un changement des règles du jeu. Or les Israéliens trouvent les règles du jeu jusqu’à présent extrêmement favorables pour eux et n’entendent pas du tout les changer. Bien que je pense, car nous sommes à la sixième semaine des affrontements, si cet affrontement continuait, et il est fort probable qu’il continuera, dans un mois ou deux les Israéliens ne seront pas si sûrs du fait qu’ils ne peuvent bouger et qu’ils ne bougeront pas. Il n’y a rien d’immuable dans ce que je dis mais voilà la situation aujourd'hui.

Alors qu’est-ce qui est nouveau?  et c’est cela qu’il faut bien voir. Ce qui est nouveau ce sont deux choses, à deux registres différents. Sur le plan de la diplomatie, il y a le fait que l’option de la paix n’est pas tombée, c’est cela qu’il faut bien voir et cette distinction est à mon avis cruciale. L’option de la paix n’est pas tombée, par contre, en tout cas du point de vue palestinien, il est devenu absolument évident et clair que le processus de paix et non pas l’option de la paix, ne peut plus continuer dans la mesure où une certaine option, une certaine vision des choses, une certaine procédure a été jouée pendant 9 ans, et qu’elle a abouti à un échec plus que grave, je dirais un échec sanglant puisqu’on voit les centaines de morts et les milliers, plusieurs milliers de blessés déjà, et il semble hélas que ce chiffre va continuer à s’accroître. Donc il y a une impasse dans le processus qui est la façon de négocier, qui est les règles de la négociation, qui est un peu toute la procédure autour de laquelle s’est organisé…

 

R.L.: Il y a de nouveaux partenaires dans la négociation comme l’Europe, comme les Nations Unis éventuellement….

E.S. : Par exemple.  L’un des éléments fondamentaux du processus, c’est que l’arbitre, qui n’en est d’ailleurs pas un, loin de là, qui est américain, est unique. Il est très clair que cette négociation s’est faite sans une partie intermédiaire qui puisse être équitable et jouer son rôle, l’arbitrage. Au contraire (la partie américaine*) a pesé de tout son poids, et il est énorme, du côté israélien; or le déséquilibre était déjà, même sans l’intervention américaine, extrêmement fort, entre les deux parties. On ne peut imaginer qu’une négociation entre des occupés et des occupants, avec une occupation qui perdure, ressemble à une négociation, par exemple, entre la Suisse et le Danemark sur le prix du lait. Ce n’est pas du tout ce type de négociations; c’est une négociation avec des militaires qui occupent et qui tapent sur la table, et si vous n’êtes pas contents à la table des négociations, peuvent vous boucler toute votre présence dès le lendemain sur le terrain et vous étouffer, ou vous garder des milliers de prisonniers comme ils le font, ou ne pas respecter leur signature. C’est ce qui s’est passé pendant ces 9 ans.

Donc cela est bloqué et c’est bloqué du fait de ce soulèvement qui montre qu’il n’y a plus de marge, non pas de revenir à la négociation mais de revenir de la même façon. Cela est à mon avis irréversible et personne du côté palestinien, personne, à supposer qu’il le veuille, personne au niveau des dirigeants palestiniens, ne peut l’empêcher. Arafat, je ne crois pas qu’il veuille revenir en arrière parce qu’il a quand même beaucoup pâti de ce type de négociations, jusqu’à présent. Arafat en tout cas, même s’il le voulait, ne peut pas revenir à la démarche antérieure…

 

R.L. Est-ce à dire qu’il y a d’autres courants que le courant Arafat qui sont en train de s'exprimer à l’intérieur de l’OLP?

ES : Tous les courants aujourd’hui sont en pleine expression; il faut bien comprendre, on en parlera peut-être tout à l’heure, toute la société est dans la rue, ce n’est pas du tout le cliché que l’on entend de partout, (les événements sont le fait)* des extrémistes des deux bord; ça n’est pas du tout de cela qu’il s’agit. Il y a peut être des opposants au processus qui sont dans la rue, mais il faut aujourd’hui se mettre dans la tête que c’est le camp de la paix qui est dans la rue. Ce n’est pas l’opposition qui est dans la rue, et pour dire à quel point il est déçu de cette paix et des résultats ou de ses manques de résultats.

 

R.L. Ce camp qui a été rejoint, et je pense que c’est un élément très important, par les Arabes Israéliens qui, pour la première fois, ont participé à l’Intifadha.

ES : Qui ont participé et là encore, je ne crois pas que les choses soient vraiment stabilisées, ça bouge très très fort.

Il y a un deuxième registre important, qui n’est plus le registre diplomatique, qui est que, contrairement à ce qui s’est passé dans beaucoup de conflits célèbre du XXème siècle, je pense notamment à l’Algérie, au Vietnam ou à l’Indochine et ainsi de suite, toutes les négociations de paix qui ont eu lieu ont eu lieu alors que les affrontements sur le terrain continuaient. Il y avait deux sortes de pistes, deux rails; un qui se passait à la table de négociation, donc de façon tout à fait normale, avec des discussions, des arguments…; il y avait également une situation sur le terrain qui explosait ou se calmait selon l’évolution des négociations elles-mêmes; et il est certain que pour les révoltés et les occupés, le fait que les deux rails continuaient à fonctionner leur a donné des cartes; il ne faut pas oublier que les négociations sur le Vietnam, Avenue Kleber à Paris, ne se débloquent vraiment qu’à partir du moment où Saigon tombe. Il faut donc des éléments pour montrer à l’occupant que s’il continuait à tergiverser, à ne pas respecter ses promesses, s’il continuait à vouloir avoir et la paix et la terre comme c’est le cas pour les Israéliens, la situation peut échapper des mains et devenir très très coûteuse. Et donc qu’il faut quelque part que cet occupant comprennent qu’il faut qu’il reviennent un peu à la raison car aujourd’hui, paradoxalement, le déraisonnable n’est pas du côté des révoltés, bien que tout le monde présente cela comme une espèce d’explosion irrationnelle et incompréhensible, le déraisonnable vient du côté de l’occupant qui s’imagine qu’en accumulant les cadavres dans les villes et les villages palestiniens, il va arriver à bout du peuple et qui ne comprend pas que cela fait un siècle que ça dure et que personne n’est arrivé à bout de ce peuple, à commencer par cet occupant Israélien; mais il y a un aveuglement à ce niveau.

 

RL : Est ce que cela ne peut pas conduire les Israéliens comme cela a été rapporté par Newsweek la semaine dernière, à mettre en application un plan (qui paraît-il existe du côté Israélien*) de séparation unilatérale?

ES : Oui, cela se pourrait, cette séparation unilatérale, il faut tout de suite le dire, est un peu l'appellation descente d’un apartheid, car cela ressemble à s’y méprendre à un apartheid.

Cela dit, c’est extrêmement compliqué, non pas du point de vue des choix ou du point de vue de la décision tant qu’elle est sur les cartes, tant qu’elle est sur du papier, mais, pour utiliser un anglicisme, de sa praticabilité. Peut-on la réaliser concrètement? Or le gros problème est presque du niveau de la topologie, de la configuration du terrain, le terrain est incroyablement enchevêtré en Palestine entre Palestiniens et Israéliens. Il y a une espèce d’interpénétration, que la colonisation a compliqué et que les routes de contournement n’ont fait qu’accentuer…donc il y a une espèce d’écheveau absolument impossible, pratiquement, sur le terrain, à démêler pour précisément faire ce qu’ils appellent la séparation.

A moins de deux choses :

-        Soit perdre, liquider un certain nombre de colonies pour, précisément, pouvoir se retirer et se séparer. Or cela va être très compliqué pour le gouvernement Israélien, contrairement à ce qu’on pense aujourd’hui, nous ne sommes plus du tout dans la situation qui a prévalu dans le Sinaï lorsque les Israéliens ont démantelé quelques colonies isolées qui étaient en territoire Egyptien, nous sommes dans un tout autre cas de figure, sur le plan même de la topographie.

-        Et d’autre part, il y a l’autre alternative; c’est, plutôt que de démanteler, d’annexer encore plus. Et à ce moment, puisque c’est enchevêtré, d’annexer davantage et d’opérer des déplacements forcés  de la population Palestinienne des zones nouvellement annexées vers d’autres zones qui seraient laissées au Bantoustan, et ce qui aboutira à encore plus d’affrontements.

 

R.L. : ça voudrait dire perdre complètement comme base de négociation la résolution 242 qui est la base de la résolution…

E.S. : Cela dit, les Israéliens seraient très heureux s’ils la perdaient, cette résolution, car ils n’ont pas très envie de l’appliquer, elle leur enjoint de revenir aux frontières de 1967 c'est à dire d'évacuer tous les territoires occupés, tout rendre et de liquider, démanteler toutes leurs colonies. Or, il y a un phénomène dont il faut parler, qui est fondamental aujourd'hui, et si on ne le dit pas, on reste dans l’incompréhensible ou bien on reste soumis uniquement à des messages de très bonnes intentions, presque angéliques. Comme aujourd’hui cet entretien que fait le Ministre Israélien, qui est une vraie colombe et pas du tout une foudre de guerre, mais même ceux-là sont complètement décalés.  Je pense à l’entretien qui est fait cet après-midi dans Le Monde, par Yonsi Bellem qui dit qu’il ne comprend pas pourquoi (l'Intifadha reprend)*, alors qu’il a été mêlé à toutes les négociations et qu’il était aux premières loges pour comprendre pourquoi ça a explosé. Il fait le naïf et la bonne conscience déroutée mais néanmoins ouverte. Cela dit, il ne faut pas trop l’accabler, c’est un véritable partisan de la paix.

Donc ce qui se passe aujourd’hui et c’est cela qui est essentiel, c’est que nous savons, y compris par la presse Israélienne, que depuis le mandat de Benyamin Netanyaou, les autorités politiques israéliennes ont demandé à l’Etat-major l’élaboration d’un certain nombre de plans, comme ils disent, pour faire face à une éventuelle proclamation unilatérale d’un Etat Palestinien. 7 plans ont été élaborés dont 6 portent dans leur intitulé l’expression « faire couler le sang ». Si on les regarde, ces plans sont des plans de massacres, pour faire payer en monceaux de cadavres une éventuelle proclamation unilatérale d’un Etat.

Nous savons également que la majorité écrasante des hommes qui ont été appelés depuis le début des événements pour rejoindre leurs unités stationnées autour des localités et des concentrations palestiniennes, sont composés de tireurs d’élite de l’armée. Nous savons qu’un très grand nombre de ces hommes tirent avec des fusils à lunette. Nous savons par les hôpitaux palestiniens que la majorité écrasante des blessures ont lieu dans les parties supérieures des corps; depuis la deuxième semaine, la quasi totalité des morts Palestiniens sont atteints d’une balle dans la tête. Nous savons également, au niveau des statistiques hospitalières palestiniennes, que près de la moitié des blessés sont aveugles parque s’ils ont échappé à la mort, ils ont été quand même touchés au niveau de la tête.

Nous savons aussi que la télévision israélienne montre des choses terrifiantes, à la façon de ces reportages très très bizarres que nous avions vu pendant la guerre du Golfe (une caméra installée dans un avion ou un missile, qui filme une cible, ensuite survenait une sorte d’implosion de la cible une fois qu’elle est touchée). Certaines chaînes israéliennes diffusent maintenant des films de caméras installées sur les fusils à lunettes de ces tireurs d’élite, où nous voyons les jeunes gens apparaître dans la cible, suivis par la cible, et puis ils sont touchés.

Nous avons une situation terrifiante sur le terrain.

Une  deuxième chose qu’il faut dire également, pour voir à quel point la situation est dangereuse, il n’est pas sûr du tout, mais là c’est presque un questionnement que je fais, il n’est pas sûr du tout que l’armée restera soumise à l’autorité politique en Israël; il y a au sein de l’armée une présence de plus en plus forte d’éléments venus des colonies de peuplement qui sont des irréductibles de l’affrontement, de l’occupation et du déplacement forcé de la population Palestinienne et qui sont très présents aujourd'hui, en tout cas au niveau des unités d’élite de l’armée israélienne et au niveau également du commandement, c’est-à-dire des officiers de haut grade. Tout cela pour dire que nous entrons dans une phase où les affrontements peuvent devenir encore plus lourds et plus tragiques, plus dramatiques.

 

RL : D’autant plus que la gauche israélienne est d’un silence assourdissant.

ES : La gauche israélienne a été d’un silence assourdissant; il commence à y avoir des réactions surtout, et c’est cela qui est très intéressant, dans ce rapport de force qui apparaît, de prime abord, extrêmement déséquilibré. Des personnes qui viennent de là-bas, des Israéliens, rapportent aujourd’hui que malgré cet état des choses, l’observateur sur place peut constater deux phénomènes. D’une part qu’il y a une détermination assez époustouflante dans le camp Palestinien, malgré la dureté de la répression. Et d'autre part, qu’il y a du côté Israélien, dans la société civile cette fois, un ébranlement très profond, suscité non par une sympathie vis à vis des victimes, je parle de l’opinion au sens large, mais par une question, qui est d'ailleurs une très bonne question : Et après où irons nous? C’est une question qui, semble-t-il, aujourd’hui traverse toute la société Israélienne : D'accord qu'il en tombe tous les jours 5 à 6, qu'il y a tous les jours des raids de l’armée, qu'il y a tous les jours des tirs, de plus en plus de bombardements….et après?

Car, et c’est cela la grande carte qui a changé, cela vous expliquera pourquoi une armée aussi forte que l’armée israélienne semble aujourd’hui un peu paralysée quelque part; et elle n’est pas paralysée parce qu’il y a des divisions blindées gigantesques face à elle, mais par autre chose. Qu'est-ce que cet autre chose?

L’armée israélienne, en tout cas la machine de guerre, est conçue, et elle est efficace, tant sur le plan de la technique que sur le plan de la cohésion de la société, car la cohésion d’une société derrière une armée fait partie de l’efficacité d’une armée; elle est efficace dans la mesure où toutes les guerres qu’elle a menées jusqu’à présent, toute sa vision, toute sa conception d’un conflit fonctionnent forcément avec les deux notions du dedans et du dehors. Les grandes guerre d’Israël sont des guerres où les Israéliens, qui se pensent comme étant des assiégés, sortent de leur citadelle, frappent à l’extérieur de leur citadelle et rentrent à l’abri de leur citadelle. La notion du danger qui est au-dehors et que l’on va frapper pour qu’il ne passe pas dedans est fondamentale dans toute vision de l’affrontement en Israël.

Or le très grand problème, c’est que l’Intifadha est entièrement de l’ordre du dedans, et ce qui est encore plus le dedans du dedans, c’est les arabes Israéliens. C’est encore plus dedans que l’Intifadha qui est quand même dans les territoires occupés. Il y a aujourd’hui un conflit qui est fait dans l’enchevêtrement total.

Prenez les routes de contournement : ce sont des routes qui ont été, en toute illégalité, construites sur des terrains volés, il n’y a pas d’autres termes, aux villages et aux champs domaniaux palestiniens. La raison en était que les colonies se devaient, puisqu’on avait évacué certaines zones rendues à l’autorité Palestinienne, que les colonies se devaient d’avoir leur propre réseau routier. D’ailleurs les palestiniens n’ont pas le droit d’emprunter ces routes qui les relient entre elles et les relient à Israël. Ces routes étaient censées permettre aux colons de sillonner la Cisjordanie, d’aller d’une colonie à une autre. Mais du fait que ces routes sont interdites aux Palestiniens, elles sont devenues des routes cibles pour les attaques puisque, par définition, tous ceux qui y passent sont des colons. Aujourd’hui ces routes sont complètement bloquées parce que les colons n’osent plus les utiliser, sauf s’il y a des convois. Vous voyez comment un élément de géostratégie israélienne s’est complètement retourné et il n’a pu être retourné que parce qu’il y a l’enchevêtrement intérieur. Si ces colonies étaient reliées entre elles et que l’ennemi était, par exemple, au Sud Liban, les colons pourraient circuler, quitte à franchir à un moment donné les frontières Nord et à passer dans le territoire Libanais pour s’affronter aux groupes de la Résistance nationale libanaise. Mais ce n’est plus le cas, il y a cet enchevêtrement intérieur qui est une donnée fondamentale et qui va aller croissant, qui va être de plus en plus un élément de gravité, qui va peser de plus en plus au fur et à mesure que cet crise durera.

 

RL : Est-ce que ça pourrait vouloir dire une implosion de la société israélienne?

ES : Non, non, pas du tout! Ça peut au contraire vouloir dire un renfermement tribal, sur la base que le groupe (cela est valable pour tout groupe* quel qu’il soit) est menacé en tant que tel; ça peut vouloir dire que toute dissonance, toute voix discordante du type « Camp de la paix » n’aura plus droit de cité. Peut être qu’eux mêmes se tairont en se disant : nous ne pouvons pas jouer à faire les pacifistes.…

Quoique beaucoup de voix commencent à s’élever et notamment celle de cette très grande femme qui fut Ministre de l’éducation à un moment - elle était d’ailleurs la bête noire des ultra orthodoxes et des extrémistes fondamentalistes israéliens -  qui est Mme Sholamit Aloni et qui elle, a parlé vrai dès le début de cette crise et n’arrête pas de dire : faîtes attention, est-ce que vous savez où vous allez ?  Nous ne sommes plus au XIXème siècle, à l’époque de la colonisation. Vous ne pouvez pas continuer à imposer que le seul Palestinien qui vous soit convenable soit le Palestinien qui vous est obéissant. Nous n'en sommes plus là, et si vous ne comprenez pas cela vous allez au devant de très graves problèmes. Il y a donc des voix qui commencent à se faire entendre.

Un autre phénomène, apparu il y a quelques jours, me semble très intéressant. Même s’il est très minoritaire il porte une symbolique très importante. Quand Israël était complètement embourbé, empêtré dans le Sud Liban, une association était née, de « mères en noir », de mères de soldats qui réclamaient le retrait et le retour des troupes. Un phénomène analogue est apparu il y a 4 à 5 jours et commence à réclamer le retrait jusqu’à la frontière de 1967. Ce sont des éléments encore très minoritaires, mais il ne faut pas oublier que cette crise n’en est qu’à sa 6ème semaine et que sur la durée, il peut y avoir beaucoup de réactions. Je ne suis pas complètement pessimiste quant au fait que des voix de raison commencent à se faire entendre dans la société Israélienne pour dire que ça ne peut pas continuer comme cela, on ne peut pas espérer faire la paix avec des gens à qui on ne ferait que des dictats et non pas de véritables propositions.

 

RL : il y a quand même une menace aujourd’hui, avec un gouvernement totalement minoritaire, où Barak exerce, je crois, 11 ministères à lui tout seul, qui n’a plus que 47 voix à la Knesset, et avec la montée des faucons, entre autre Sharon et Netanyaou qui revient en piste.  Ce qui voudrait dire que finalement ce gouvernement de Barak a une marge de manœuvre très très réduite, qu’il pratique une fuite en avant continuelle parce que c’est un militaire, comme la plupart des chefs d’Etat et premiers Ministres Israéliens; ils utilisent une dialectique de militaires. Cette fragilité de Barak à l'intérieure, avec la menace de l’arrivée de la droite, risque encore de radicaliser plus les choses. Parce que si Sharon vient au pouvoir, là on est dans le chaos total, non ?

ES : C’est absolument vrai, sauf que je crois - je peux me tromper, je ne suis pas un spécialiste des affaires internes Israéliennes - sauf que je crois qu’aujourd’hui en Israël, il y a beaucoup de forces qui ont les moyens de faire tomber un gouvernement, il n’y a quasiment aucune force capable d’en former un, c’est à dire de rallier toutes les autres. Il est vrai que le Likoud peut, peut être, faire tomber le gouvernement travailliste actuel, mais le Likoud ne peut pas former un gouvernement de remplacement. Il est vrai que le Chas, le parti ultra orthodoxe qui a 17 députés peut également sauver le gouvernement, d’ailleurs c’est lui qui vient de donner un sursis à Barak après l’avoir ébranlé avec la démission de ses Ministres il y a quelques mois. Les dirigeants de ce parti disent que, dans la situation actuelle, étant donnés les dangers qui guettent Israël, ils ont décidé de donner un sursis d’un mois à Barak. En réalité ils attendent que Barak leur débloque les budgets des Eschiva. C'est ça, très profondément, la véritable raison de leur allégeance et de leur patriotisme aujourd’hui. Mais le Chas ne peut pas constituer un gouvernement à lui tout seul… En plus, il ne faut pas oublier qu’au sein même des groupes d’opposition comme le Likoud se déroulent en ce moment des batailles féroces de leadership, par exemple entre Sharon et Natanyaou. C’est vraiment un conflit ouvert …

Ce qui fait qu'à moins que ne se constitue un gouvernement d’union entre travaillistes et Likoud, aucune des forces en elle même n’est capable de diriger un nouveau pôle de gouvernement.

Reste quand même la possibilité que, dans cette impasse, les dirigeants Israéliens décident d’aller à des élections anticipées. A ce moment, dissolution, campagne électorale, mais là encore il y a une grande question : Que sera cette campagne électorale, qui doit durer au moins 6 mois selon la constitution, avec un soulèvement à la porte. Que fera-t-on pendant ces 6 mois? Est-ce que Barak continuera, est-ce que l’armée prendra en main, dans une espèce de situation d’exception…

Donc toutes les possibilités sont ouvertes, mais pas immanquablement celle de l’arrivée de l’extrême droite.

Et puis tout va dépendre et on en parle pas assez, des USA. Il ne faut pas se faire trop d’illusions, la bride est totalement lâchée par les Américains dans cette histoire. Et contrairement à ce qui se raconte, qu’Israël ne ressemble à aucun autre pays et que personne ne peut faire pression sur Israël, et que l'on ne prenne pas Israël pour une République Bananière…  Nous savons par exemple que dans des moments infiniment moins graves, lorsque l’administration Bush était aux affaires aux USA et que Sharon était le Ministre du Logement, c’est à dire de la colonisation (là encore il y a de drôles d'appellations dans ces gouvernements Israéliens) et qu’ils étaient très inquiets par le fait que James Baker, qui était Secrétaire d’Etat, préparait la conférence de Madrid, parce que le Gouvernement Shamir ne voulait pas y aller, Sharon accueillait chaque atterrissage de l’avion de Baker (qui faisait la navette) par l’annonce de la fondation d’une nouvelle colonie.

Baker recevait une claque à chaque atterrissage. (Mais, en redoutable diplomate qu'il était*), a avalé toutes les couleuvres, jusqu’au jour où les Israéliens ont attendu les fameuses 13 mds de $ d’aide américaine et qu'il les a bloquées précisément sur la question des colonies.  Et on a vu comment très très vite, les Israéliens ont compris, comment tout d’un coup il y a eu les fameuses élections, comment Shamir est tombé et comment les travaillistes sont arrivés au pouvoir. Bien sûr les américains ne cessaient de dire, nous ne nous mêlons pas du tout des affaires intérieures israéliennes….

Tout cela pour dire que si les Américains veulent arrêter cette dégringolade, ils le peuvent et que l'on n’aie pas d’illusions là dessus. Maintenant qu’est-ce qui pourrait faire que les Américains décident d’arrêter la dégringolade, là, on passe au plan régional.

 

R.L. : L’administration Clinton a été quant même la première administration américaine à autoriser à ce que des fonds américains et donc aussi des fonds du Congrès, soient investis dans les territoires annexés et dans les territoires occupés depuis 1967, en contradiction complète avec l’article 242 de l’ONU…

E.S. : En contradiction complète non seulement avec ça, mais avec les lois américaines, lesquelles n’ont pas encore reconnu l’annexion, puisqu’il n'y a pas encore d’ambassade américaine à Jérusalem. Ils n’ont pas accepté la question,  en tout cas sur le plan du droit, de l’occupation de la Cisjordanie et de Ghaza. Il y a une loi américaine qui interdit que les fonds publics américains soient investis dans ces zones. Mais vous savez qu’il y a énormément de trouvailles si l’on veut fermer l’œil dans ces cas. Vous savez que par exemple, on peut de façon très très simple, dépenser l’aide américaine en Israël et débloquer sur le budget proprement israélien une somme équivalente qui ira aux territoires occupés, c’est un simple jeu d’écritures. Les américains le savent et parfois d’ailleurs disent : nous allons retracer les itinéraires des fonds, et quand ils veulent être méchants ils retracent (mais souvent*) ils ne sont pas trop regardant sur le lieu final où l’argent arrive.

Tout cela ce sont des éléments de détail, l' élément fondamental, c’est que les américains, s’ils le veulent, peuvent arrêter cette folie et cette crise, cette fuite en avant des dirigeants Israéliens. Mais ils ne l’arrêteront pas, à mon avis, s’ils n’ont pas un sentiment net que l’affaire va devenir coûteuse régionalement, c’est à dire tant que l’affaire est circonscrite à l’espace Israël-Territoire Palestinien, qu’il n’y a pas d’onde de choc régionale. Les américains peuvent vivre avec, ça n’est pas trop coûteux tant qu’elle reste dans ces limites, elle peut durer sans qu’il y ait de changement notable de la politique des Etats-Unis.

Si la crise commençait à déborder ou à susciter d’autres crises - il n’y a a pas forcément une crise qui va sortir de Palestine pour toucher les pays environnant - si l’on voit d’autres crises, comme un peu par secousses, apparaître dans d’autres pays arabes, je crois qu’à ce moment les américains deviendront…, ils sont très pragmatiques, il ne faut pas se faire d’illusions, quelles que soient leurs déclarations, à la seconde où ils penseront que le coût risque d’être élevé, ils ramèneront les Israéliens à la raison, on l’a vu à chaque fois.

 

R.L. : Je voudrais maintenant aborder un autre problème qui est du côté arabe. La Ligue Arabe s’est réunie pour la première fois depuis 6 ans, ce qui est un événement dans le monde arabe, elle a voté une motion mitigée qui condamnait l’agression israélienne et la provocation de Sharon, mais qui n’a pas été aussi forte qu’Arafat l’attendait.  Cela dit, cette réunion de la Ligue Arabe, qui s’est d’ailleurs engagée à se renouveler tous les ans, est-ce que ça peut-être un événement nouveau, une carte nouvelle du côté arabe? Je pense en particulier à la carte du pétrole, qui a déjà commencé à être jouée un petit peu : si on suit l’évolution du cours du pétrole et qu'on suit l’évolution en parallèle de la crise du Moyen Orient, on ne peut pas s’empêcher de penser que les choses sont liées.

E.S. : C’est une carte, mais il faut bien savoir la placer, c'est à dire bien l'interpréter. C’est une carte qui est fondamentalement celle d’un certain nombre de régimes qui sentant les remous qui commencent à gagner leurs sociétés, sont obligés de prendre position davantage que par le passé. Il est fort possible qu’il y ait une espèce de crescendo qui se ferait de la façon suivante : plus les remous deviendraient forts dans telle ou telle société, plus les autorités prendront des mesures plus radicales, plus fermes, vis-à-vis d’Israël. C’est possible, c’est un moyen de ne pas être emporté par sa propre société, et en même temps, de répondre à une espèce de demande populaire très répandue qui dit : voilà ce qui se passe en Palestine, qu’est-ce que vous faites? Est-ce que vous regardez faire? Ainsi de suite.

Mais si je décris ce mécanisme, c’est pour dire que ce sont des pas qui relèvent beaucoup plus d’une gestion défensive que d’une offensive des Etats Arabes. Il n’y a pas de décision des Etats Arabes d’aller à l’affrontement, d’aller à la crise, il y a des gestes défensifs.

 

R.L. : Comment ? Il y a eu quant même la rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, c’est important ça!

E.S. : C’est important, mais ce n’est pas une initiative pour presser Israël, c’est une initiative pour lâcher du lest et calmer momentanément son opinion. Et bien sûr également faire pression sur Israël en disant….Mais c’est fondamentalement quand même de l’ordre d’une logique défensive.

Quelle est l’importance de ces précisions? C’est de dire, il ne faut pas s’imaginer que les Etats Arabes se préparent à des guerres, mais la situation pourrait les emmener jusqu’à des guerres. Il n’y a pas l’idée de se mettre dans un processus qui pourrait mener à un moment donné, à l’affrontement des armées, c’est pour ça qu’il n’y aura pas de guerre dans la région.

Mais il y a autre chose en gestation, il y a des remous dans les sociétés arabes à propos desquels il est très difficile, en tout cas très illusoire, de vouloir faire des pronostics. Il y a quand même des remous très nets, et aujourd’hui, sans préjuger du résultat où tout cela débouchera, il y a deux phénomènes de tourbillons qui commencent à tourner dans les sociétés arabes :

-        il y a un tourbillon de type islamiste qui commence à prendre de l’ampleur et qui commence  à se préparer un peu partout, qui est très anti Américain, très anti-Israélien.

 

-        Il y a un autre tourbillon, dont on ne parle pas assez mais qui est très important également, de type Nassérien et laïc, qu’on croyait à jamais révolu et disparu, qui est en train de réémerger, qui fait une contestation très très forte d’Israël et une grande solidarité avec les Palestiniens, mais qui également, dans ce même mouvement, est en train de réclamer des libertés et de la démocratie (dans les pays mêmes où s'exprime cette tendance*).

 

Lequel de ces deux phénomènes supplantera l’autre, lequel débouchera avant l’autre, il est excessivement difficile de le dire aujourd’hui. Mais la région est profondément parcourue en ce moment par ces deux tendances.

 

R.L. : Il y a aussi la tendance du Hamas, qui était toujours dans le camp du refus d’une négociation avec Israël, qui pratiquait les attentats suicides et une politique « terroriste » vis-à-vis d’Israël, qui étonnamment a été relativement calme ces dernières semaines. A part deux attentats, on s’attendait à une réplique beaucoup plus violente du Hamas, qui en fait joue un profil relativement bas dans cette Intifadha.

E.S. : Oui. Ce qui est peut être la preuve que ce mouvement n’est pas si puissant, contrairement à ce que (certaines gens*) racontaient sur le fait que les Islamistes Palestiniens tenaient tout. Quand des laïcs Palestiniens leur disaient, ça n’est pas du tout la réalité, ils pensaient que ces laïcs ne faisaient qu’enjoliver la situation. Peut être que ces gens, maintenant, se rendent compte que le Hamas est finalement infiniment moins puissant qu’on a voulu le faire croire.

C’est sûr qu’ils sont infiniment moins présents et tous les témoignages, personnellement que j’ai du terrain, disent  qu’ils sont très très peu présents, même dans les affrontements. C’est le camp de la paix qui est dans les affrontements,  ce n’est pas le camp du refus. C’est ça qui est paradoxal mais important à souligner.

La deuxième chose qu’il faut dire, c’est que c’est possible également que ces mouvements, comme beaucoup de mouvements très minoritaires, laissent faire le gros des troupes, laissent aller au feu ceux qui peuvent payer le tribut du feu, avec l’idée de conserver leurs propres forces pour éventuellement profiter d’une situation ultérieure. C’est possible d’ailleurs, que les deux phénomènes soient combinés. D’une part très peu de forces et d’autre part, l’idée de les conserver, mais c’est sûr qu’ils ne sont pas très visibles dans cette crise.

Il y a une troisième chose qu’il faut dire, c’est que, contrairement également à ce qui se raconte, un homme comme le Président Palestinien tient parfaitement son camp aujourd’hui. Je sais qu’il y a eu plusieurs analyses ou affirmations, analyses en France et affirmations des dirigeants Israéliens, comme quoi tout lui échappe, qu’il ne tient plus ses troupes, et que donc, ce n’est plus un interlocuteur.

Mais là (chez les dirigeants israéliens*) on voit une série de déclarations absolument girouettes, chez les mêmes, exactement les mêmes individus et les mêmes Ministres.

Le cas le plus typique est celui de l’actuel Ministre des Affaires Etrangères par Intérim, Shlomo Benamy, qui passe son temps à alterner les attaques virulentes contre Arafat, comme quoi il ne serait plus un interlocuteur, et qu’il faudra attendre son successeur, et nous attendrons… Le même qui alterne ça avec des relations du type, il faut qu’Arafat, qui reste le seul dirigeant, arrête tout, calme les choses, pour que nous puissions rediscuter. Il y a au niveau des dirigeants Israéliens sur ce plan une certaine confusion, c’est le moins qu’on puisse dire.

Même chose concernant les ultimatums : un ami Israélien que j’ai rencontré hier me disait qu’aujourd’hui le grand thème des fou rires en Israël, c’est quand on annonce que Barak vient de lancer un ultimatum à Arafat. Car, peut être que vous l’avez remarqué, nous en sommes, je ne sais plus, au centième ultimatum et Barak semble oublier les heures limites de ses ultimatums 5 mn après les avoir lancés. Aujourd'hui, dès que Barak dit « J'ai d'ailleurs lancé un ultimatum à Arafat", les gens rient en Israël. C'est intéressant de voir cet aspect des choses.

Arafat est vraiment en situation et d'ailleurs il y a une chose très intéressante que je dirais en passant, c'est qu'il n'a quasiment pas prononcé un mot depuis le début de la crise et c'est là un signe de quelque chose, ce n'est pas un signe de perte de contrôle. Il y a une formidable partie d'échec qui est engagée.

 

R.L.: En conclusion, est-ce que tu crois que les nouvelles rencontres américano-israélo-palestiniennes vont déboucher; est-ce que tu es optimiste sur cette démarche?

E.S.: Elle déboucheront si les américains s’attaquent au cœur du problème et ne se contentent pas de dire : Ramenez le calme et puis nous verrons.

Vous vous souvenez peut être de la guerre civile au Liban, il y a eu dans les 600 accords de cessez-le-feu qui duraient jusqu’au prochain accrochage. Il y a quelque chose d’une libanisation également dans ce qui est entrain de se passer. Alors, est-ce que les Américains vont simplement réclamer cela juste pour dire, comme une bulle de savon, nous avons obtenu un accord ? Il va y avoir quelque calme et puis l’accord sautera très très vite, parce qu’on n’aura pas abordé les questions de fond, auquel cas, la situation ne va pas du tout s’arranger.

Est-ce que les américains vont profiter de cette visite pour faire autre chose qu’uniquement les accords de Sharm el Cheikh qui sont des accords de cessez-le-feu, pas plus? Et dans ce cas commencer à aborder de front précisément les dossiers qui ont été complètement bloqués au mois de juillet 2000 à Camp David?  Et quand je dis aborder de front, ça veut dire faire des propositions réelles et pas uniquement venir dicter des demandes israéliennes aux négociateurs Palestiniens. Toute la question est là. Aujourd'hui, je ne crois pas que les américains soient dans une phase d’initiative avec des idées nouvelles. A moins d’un très grand coup de théâtre, mais ça serait un coup de théâtre positif cette fois.

 

R.L. Merci Elias Sanbar, et bonne continuation. A la Palestine, avec comme capitale JERUSALEM.

Repost 0
Algérie en Questions - dans International
commenter cet article